comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

Les prix du gaz vont baisser de 0,7% en avril

Ajouté le 08/03/2017 - Auteur : jazz

Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par ENGIE (ex-GDF Suez), aux particuliers en France, vont baisser de 0,7 % au 1er avril, rapporte le Figaro.fr.

La procédure veut que le groupe énergétique adresse à chaque fois « une demande de révision tarifaire à la Commission de régulation de l’énergie (CRE), qui possède un avis consultatif dans ce dossier », souligne le journal, qui rappelle qu'« environ 7 millions de foyers sont concernés par cette mesure ».


Une baisse de 0,7% au 1er avril prochain

La volatilité des prix de l'énergie reste décidément d'actualité.

Après une baisse de 0,56 % en moyenne en février et une hausse de 2,63 % en mars, les tarifs réglementés du gaz pour les particuliers (appliqués par Engie) vont à nouveau baisser de 0,7% au 1er avril prochain.

L’arrivée du printemps coïncide donc avec une légère baisse des prix du gaz qui, tout au long de l'hiver, ont donc enregistré de nombreuses variations.



Cette évolution contrastée est allée de pair avec un hiver plus rigoureux que les précédents, notamment pendant le mois de janvier, marqué par une bonne dizaine de jours en dessous des normales saisonnières.

Les tarifs réglementés du gaz sont révisés mensuellement, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole.

La semaine dernière, le prix moyen du Brent à Londres a légèrement baissé à 54,63 contre 55,31 la semaine précédente.

La fermeté des cours tient notamment au fait que les engagements des pays membres de l'Opep de réduire leurs livraisons ont été tenus.

Les prix de marché

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz peuvent choisir les tarifs réglementés de l’ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, ENI, Lampiris, etc.).

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF lance son compte Snapchat

Ajouté le 06/03/2017 - Auteur : jazz

Après Facebook, Twitter, Instagram et LinkedIn, EDF digitalise un peu plus sa communication avec l’ouverture du compte Snapchat @EDFofficiel.

Le fournisseur historique EDF souhaite engager le dialogue avec les millennials autour de contenus liés au quotidien plutôt qu’à des offres commerciales.


Plus d’authenticité, d’horizontalité et de spontanéité

Les 18-25 ans attendent un nouveau traitement en communication : plus d’authenticité, d’horizontalité et de spontanéité.

Les Millenials ont une perception parfois assez lointaine de l’entreprise car ils ont très peu de raisons d’être en relation avec elle.

La plupart ne sont pas clients et ont une vision lointaine de l'entreprise.

Julien Villeret, directeur de la communication du groupe EDF explique dans un communiqué "nous sommes dépositaires d’une marque unique, patrimoniale, animée de valeurs fortes et aimée des Français depuis plus de 70 ans.

L'enjeu pour nous est de partager ces valeurs avec celles et ceux qui, bientôt, auront à choisir leur fournisseur d’énergie.

EDF a toujours été une entreprise et une marque en prise avec son époque et doit continuer à faire partie intégrante de la culture et de la vie des Français".



Les aventures d’Aymeric

Le fournisseur confie l’animation de son compte Snapchat à un jeune adulte qui va partager ses débuts dans la vie.

En collaboration avec Havas Paris et Havas Media, on peut désormais suivre les aventures d’Aymeric, petit cousin d’Eric Judor, héros de la saga Electric.

De son emménagement à ses découvertes scientifiques et culturelles, Aymeric, accompagné de ses amis Buddy Bob et Juliette, partagera ses aventures sur Snapchat. Eric Judor lui rendra quelques visites et lui donnera quelques conseils.

Aymeric fera aussi la connaissance de quelques snapeuses de talent comme Léa Camilieri et Studio Danielle.

Mettre EDF dans le quotidien des jeunes adultes ; montrer que la marque est capable de s’adapter à leurs codes et à leurs attentes ; engager le dialogue autour d’un contenu plutôt que d’une offre : tels sont les piliers de l’approche novatrice de la marque EDF sur Snapchat.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

2 commentaires - Voir | Rédiger

Electricité : Record d'importation en France

Ajouté le 02/03/2017 - Auteur : jazz

Durant le mois de janvier, lorsque la vague de froid s’est installée pendant presque 15 jours, les importations d'électricité ont largement contribué à la sécurité d'approvisionnement du pays.


La France a dû faire appel à l'Allemagne, l'Espagne et la Belgique pour assurer l’approvisionnement en électricité pendant cette période de grand froid.

La France peut compter sur ses voisins

Au mois de janvier, durant la vague de froid qui s’est installée pendant quasiment 15 jours avec des températures inférieures de 6 à 8 % sous les normales saisonnières, la France a du faire importer depuis ses pays voisins une grande quantité d’électricité.

Un nouveau record a même été établi, avec un solde importateur équivalent à 0,95 térawattheure (TWh).

Depuis l'hiver 1980, un tel seuil n’avait pas été enregistré.

Trois pays en particulier - l'Allemagne, l'Espagne et la Belgique - ont acheminé de l’électricité vers l'Hexagone en grandes quantités.



Un autre record a été enregistré en janvier concernant la consommation d'électricité en France, avec une hausse de 14,3 %, par rapport à la même période en 2016 et un pic a été enregistré à hauteur de 94,2 gigawatts (GW), le plus élevé depuis 2012.

Cette année en France, la perspective de l'hiver avait suscité de nombreuses inquiétudes par rapport aux années précédentes, en raison des incertitudes sur le fonctionnement du parc nucléaire.

En effet, à la fin de l'automne, une vingtaine de réacteurs, soit plus d'un tiers du parc, étaient à l'arrêt soit pour maintenance, soit pour des tests de résistance de certains gros équipements.

Finalement, la plupart des réacteurs ont été raccordés au réseau avant la vague de froid mais cela n'a pas empêché la production nucléaire de reculer de 2,6 % au mois de janvier.

A contrario, les livraisons des centrales thermiques, en particulier les cycles combinés gaz, ont augmenté de 71 %, à 8,3 TWh.

Une telle situation renforce les positions des défenseurs d'un «mix» énergétique équilibré, avec le maintien d'énergies fossiles pour effacer les intermittences des énergies renouvelables.

Toujours en janvier, la production éolienne a reculé d’environ 30 %.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Gaz : Tarifs en hausse de 2,63%

Ajouté le 01/03/2017 - Auteur : jazz

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a approuvé la demande d'Engie et confirme la hausse du prix du gaz pour les particuliers de 2,63%, à partir du 1er mars.


Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie (ex GDF-Suez) augmentent de 2,63% en moyenne dès aujourd’hui, a annoncé ce mardi la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Quelques 7 millions de foyers sont concernés par cette augmentation qui est de 0,9% pour les foyers n'utilisant le gaz que pour la cuisson, de 1,7% pour ceux ayant un double usage cuisson et eau chaude et de 2,7% pour les particuliers se chauffant au gaz.

La CRE précise dans son communiqué que cette nouvelle augmentation fait suite à la hausse des prix du gaz sur les marchés de gros des Pays-Bas et du Nord de la France (PEG Nord), par rapport au mois de février.



"La baisse marquée des températures en janvier a encouragé la consommation de gaz et l'utilisation des stocks, ce qui a entraîné une évolution à la hausse des prix européens ", conclue-t-elle.

Des tarifs en baisse de 12,7% depuis 2014

Depuis le 1er janvier 2014, les tarifs réglementés du gaz ont toutefois baissé de 12,7% en moyenne. Ces tarifs sont révisés mensuellement, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole.

Depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l'ancien monopole et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (et EDF, Direct Energie, ENI, Lampiris, etc.).

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Engie et Schneider ont signé un partenariat

Ajouté le 27/02/2017 - Auteur : jazz

Les parcs éoliens et solaires déployés par Engie, seront bientôt équipés de la technologie de logiciels de contrôle et de gestion des données, développés par Schneider Electric.


Les deux groupes viennent d’annoncer la signature d’un partenariat "pour explorer et déployer de nouvelles solutions digitales pour l'efficacité opérationnelle des champs éoliens et photovoltaïques" du géant gazier « Engie ».

Ces solutions seront fournies via le système logiciel baptisé « Wonderware » déjà développé par Schneider Electric, pour le contrôle, l'acquisition et la gestion des données.

Pour ENGIE, il s'agit d'"uniformiser" la collecte, l'organisation et le traitement des données issues des parcs éoliens et solaires qu'il envisage de construire dans les prochaines années.

Ce protocole d'accord qui fait suite à plus un an d’échanges entre les deux groupes, "s'inscrit dans le processus de digitalisation du groupe".



Engie s'engage ainsi à utiliser exclusivement la solution de Schneider, en échange de "la garantie que les évolutions du produit dont il pourrait avoir besoin soient traitées de manière privilégiée, rapide, efficace, avec Schneider".

Pour Schneider Electric, le partenariat est source d'opportunités dans la mesure où ENGIE a notamment l'ambition de développer plusieurs gigawatts dans le solaire dans les trois futures années.

Il s'agit du "premier accord cadre mondial" dans le secteur des énergies renouvelables, signé par Schneider pour Wonderware, selon Philippe Delorme, directeur général de la branche Building & IT du groupe.

Il met aussi en avant les "2 millions de licences (Wanderware) déjà vendues dans le monde et un réseau de plus de 4.000 systèmes intégrateurs", ainsi que les garanties de son système logiciel en matière de cyber-sécurité, enjeu "de plus en plus central", notamment dans le domaine de l'énergie.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Le biométhane s'installe en France

Ajouté le 23/02/2017 - Auteur : jazz

Le panorama 2016 du gaz renouvelable, publié le 22 février, chiffre le potentiel de développement de biométhane dans le réseau de gaz naturel en France.

Actuellement, la production de gaz renouvelable représente seulement 0,05 % de la consommation française, donc encore loin des objectifs fixés.


Une dynamique enclenchée

Le panorama 2016 du gaz renouvelable signale que la production de gaz renouvelable ne représente que 0,05 % de la consommation française alors que la loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) fixe à 10 % la consommation de gaz renouvelable à l'horizon 2030.

Ceci dit, la dynamique est enclenchée, puisqu’une augmentation annuelle de 162 % en 2016, soit 215 GWh ont été injectés dans le réseau de gaz, l'équivalent de la consommation de près de 18000 logements ou 1000 bus.



Ainsi, en fin d’année dernière, 26 sites injectaient du biométhane dans le réseau de gaz naturel. Soit une augmentation de 53 % qui porte à 410 GWh/an la capacité de production installée.

Sans compter les 241 projets d'injection recensés dans la file d'attente : ils représentent une capacité supplémentaires de 5000 GWh/an.

Un an avant, la précédente édition comptabilisait 17 sites d'injection et 200 en file d'attente.

Potentiel d'injection de biométhane pour 2020

L'année 2016 a été marquée par la mise en œuvre d'une ordonnance donnant la possibilité de recourir aux appels d'offres, venant en complément des mécanismes de soutien actuels, afin d'atteindre les objectifs.

Si l'ensemble des acteurs de la filière saluent cette avancée majeure, cette dernière ne peut suffire à elle-même », préviennent par communiqué les auteurs du panorama, GRDF, GRTgaz, le SER, SPEGNN et TIGF.

Parmi les mesures réclamées, plusieurs portent sur le dispositif de soutien à la filière par un tarif d'achat.

La filière estime à 3000 GWh/an le potentiel d'injection de biométhane à l'horizon 2020. Soit l'équivalent de la consommation de près de 250.000 logements ou de 13.000 bus.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF : Hausse de votre prochaine facture

Ajouté le 22/02/2017 - Auteur : jazz

Les clients d’EDF abonnés au Tarif Bleu de l'électricité ne devraient pas tarder à voir leurs factures légèrement augmenter.

En effet, la régularisation consécutive à l'annulation, il y a trois ans, du gel des tarifs de l'électricité va bientôt leur être réclamée.


Une augmentation de 35 euros en moyenne sera réclamé par foyer et ce n'est pas la faute d’EDF, mais de la ministre de l'Energie, Ségolène Royal.

Il y a trois ans, la ministre avait décidé au nom de la "préservation du pouvoir d'achat des Français", de geler la hausse des prix de l'électricité. Au lieu de +5% à partir du 1er août 2014 et +2,5% (hors taxes) entre le 1er novembre 2014 et le 31 juillet 2015, les tarifs réglementés de l'électricité ne bougeront donc pas pour les 28 millions de français abonnés au Tarif Bleu d'EDF.

Une décision mal vu par l’Anode (Association nationale des opérateurs détaillants en énergie), qui regroupe les concurrents d'EDF (Direct Energie, Planète OUI, Lampiris…). L’association avait alors déposé un recours auprès du Conseil d'État pour faire annuler le gel et a obtenu gain de cause en octobre dernier.

Résultat : les foyers concernés vont devoir mettre la main au porte monnaie pour régulariser la situation.

Quelles sont les personnes concernées ?

Tous les abonnés au tarif Bleu d’EDF sur tout ou partie de la période allant du 1er août 2014 au 31 juillet 2015 sont concernés par cette régularisation : les actuels clients de l'opérateur historique (y compris en cas de déménagement, de changement de situation ou de passage aux offres de marché de l'électricien) ainsi que les anciens clients qui l'ont quitté pour la concurrence.

Les bénéficiaires du tarif social de l'électricité (Tarif de Première Nécessité, TPN), n'y échapperont pas non plus.



Comment la régularisation est-elle calculée ?

EDF explique que cette dernière est calculée en fonction de la consommation et de l'abonnement sur les périodes concernées. Pour plus de renseignements, le fournisseur historique a mit en ligne une page pédagogique dédiée à cette régularisation.

La régularisation serait donc, en moyenne, 35 euros TVA comprise par foyer. Une moyenne qui cache évidemment de fortes disparités. Par exemple, un ménage de quatre personnes utilisant l'électricité pour la cuisine et se chauffer devra régler un rattrapage bien plus salé qu'un célibataire qui ne l'utilise que pour s'éclairer.

Quand va-t-elle être prélevée ?

En juin dernier, Ségolène Royal annonçait, la somme d’ 1,5 euro à régler en plus par mois sur 18 mois.

Mais on le sait, ce montant variera fortement selon la consommation et l'abonnement de chacun. De plus, le recouvrement de la régularisation ne se fera pas au même moment et de la même façon selon les abonnés.

Si vous n'avez pas changé de contrat durant la période concernée (du 1er août 2014 au 31 juillet 2015), la hausse rétroactive sera bien ponctionnée petit à petit sur chacune de vos factures, parfois jusqu'à l'été 2018. Des lignes supplémentaires apparaîtront au dos des factures ainsi qu'une note de bas de pas précisant "le contexte de cette régularisation".

Dans deux autres cas, une facture spéciale de régularisation vous sera adressée : si votre contrat a changé (la facture supplémentaire concernera que tout ou partie de la période) ou si vous avez quitté le fournisseur historique.

Est-il possible d’y soustraire ?

Non ! Il n’y a pas moyen de s’acquitter de cette hausse rétroactive. Si vous réglez vos factures par prélèvement automatique, la surfacturation sera d'ailleurs automatiquement débitée.

Et inutile de brandir face à l'électricien l'article L 224-11 du Code de la consommation qui précise qu'"aucune consommation d'électricité ou de gaz naturel antérieure de plus de 14 mois au dernier relevé ou autorelevé ne peut être facturée (...)". La régularisation ne concernant pas votre volume de consommation (problème de compteur, par exemple) mais le prix appliqué à celle-ci, EDF est parfaitement dans son droit.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF prêt pour sa recapitalisation de 4 milliards

Ajouté le 20/02/2017 - Auteur : jazz

Le conseil d'administration d'EDF réuni le 13 février 2017 a décidé d'engager une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires pour un montant total, prime d'émission incluse, d'environ 4 milliards d'euros.

Une véritable opération de sauvetage alors que le groupe est confronté à une situation financière difficile.


Cette opération, annoncée le 22 avril 2016 et autorisée en juillet dernier par l'assemblée des actionnaires, pourrait être bouclée avant la fin mars.

Tandis que l'Etat, actionnaire à 85,6 % d'EDF, a promis d'y souscrire à hauteur de 3 milliards d'euros, le PDG du groupe, Jean-Bernard Lévy, débutera un « road show » auprès des investisseurs pour les inciter à souscrire le milliard d'euros restant.

Négociée depuis quelques mois avec l'exécutif, l'opération est rendue nécessaire tant par l'environnement du groupe que par sa stratégie.



Depuis fin 2015, les prix de gros de l'électricité ont chuté fortement, restant sur des niveaux qui limitent la rentabilité d'EDF.

Avec la fin des tarifs réglementés pour les entreprises et les collectivités locales, le fournisseur historique a vu ses parts de marché et ses marges diminuées.

Le groupe a par ailleurs lancé le projet contesté de construction de deux réacteurs nucléaires EPR au Royaume-Uni pour 21 milliards d'euros, dont il prend 66,5 %, qu'il financera sur ses fonds propres.

Et pour éviter la faillite d'Areva, il doit clôturer d'ici à la fin de l'année l'acquisition d'au moins 51 % de son activité Réacteurs et services, valorisée 2,5 milliards d'euros en totalité.

L'annonce de l'augmentation de capital d'EDF s'est accompagnée d'une promesse de l'Etat de prendre une nouvelle fois son dividende en titres EDF plutôt qu'en espèces, alors que le gouvernement a reconnu une politique de dividende trop gourmande avec un taux de distribution entre 55 % et 65 %.

Alors que la capitalisation boursière d'EDF est passée sous les 20 milliards d'euros, avec une chute du cours de près de 30 % en 2016, EDF va proposer ses nouveaux titres en priorité aux investisseurs institutionnels.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Electricité : Exportation plombée en 2016

Ajouté le 16/02/2017 - Auteur : jazz

Le solde exportateur a baissé de 36,6% en 2016, ainsi, il atteint son plus bas niveau depuis 2010. La production d'électricité, elle, a reculé de 2,8% dû à l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires pour des contrôles de sûreté, tandis que la consommation est restée stable.


Baisse de la production nucléaire

Le dernier bilan publié par RTE (gestionnaire du réseau français de transport d'électricité), rapporte que le solde des échanges transfrontaliers d'électricité de la France est resté positif en 2016 à hauteur de 39,1 TWh, mais a chuté de 36,6% en raison de la baisse de la production nucléaire.

La filiale du fournisseur historique EDF a souligné que ce solde était le plus bas depuis 2010, avec une chute des exports au cours du deuxième semestre.

Dans le détail, la baisse du solde exportateur atteint 29% environ avec la Grande-Bretagne, 27% avec la Suisse et 16% avec l'Italie.

Le solde des échanges français a même été légèrement importateur de 0,13 TWh en moyenne en décembre, ce qui n'était plus arrivé depuis février 2012.



La production totale d'électricité en France s'est repliée de 2,8% à 531,3 TWh en 2016 tandis que la consommation est restée stable, en données corrigées de l'aléa climatique, à un niveau de 473 TWh.

La production nucléaire (72,3% de la production totale en 2016) a baissé d'environ 8% en raison des arrêts pour maintenance et des contrôles de réacteurs exigés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) depuis le mois de novembre.

La production des énergies renouvelables c’est en revanche amélioré et couvert près de 20% de la consommation d'électricité grâce à des conditions météorologiques favorables, égalant le niveau record de 2014.

Le gestionnaire a aussi souligné le déficit d'offre d'électricité sur le territoire en janvier 2017, avec un niveau de consommation de 93.000 mégawatts (MW) à comparer avec des capacités de production de 90.000 MW.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Tarifs gaz: Augmentation de 2,6% en mars

Ajouté le 15/02/2017 - Auteur : jazz

A compter du 1er mars, les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie (ex-GDF Suez), vont fortement augmenter.

Après une baisse de 0,6% au 1er février, les tarifs réglementés du gaz pour les particuliers (appliqués par Engie) enregistreront une hausse de 2,6% au 1er mars prochain.


L’énergéticien a déjà remis cette demande de révision tarifaire à la Commission de régulation de l'énergie (CRE), qui possède un avis consultatif dans ce dossier.

Mauvaise nouvelle pour les six millions de ménages concernés par cette mesure, qui n'auront sans doute pas oublié les 5% de majoration appliqués au 1er janvier, en raison de la hausse d'une taxe et des coûts d'approvisionnement d'ENGIE.

D'autant que les chaudières ont tendance à tourner à plein régime pendant cet hiver particulièrement rigoureux.

Ceux ne sont pas les énergéticiens qui vont s’en plaindre, au contraire, ils apprécient d'autant plus la situation, car l'hiver 2015-2016 avait été particulièrement doux, au point d'être considéré comme l'un des plus cléments depuis le début du XXème siècle.



Les cours du pétrole sont repartis à la hausse

Les tarifs sont revus tous les mois selon une formule de calcul qui prend notamment en compte l'évolution des tarifs sur le marché de gros du gaz et celle des cours du pétrole, qui sont repartis à la hausse ces dernières semaines.

Ainsi, vendredi dernier, le brent à Londres s'échangeait ainsi à plus de 56 dollars, en progression de 1,19 dollar par rapport à la clôture de la veille sur l'Intercontinental Exchange.

De son côté, le WTI à New York cotait à plus de 53 dollars.

Cette augmentation des cours témoigne du fait que les marchés croient que l'accord trouvé à la fin de l'année dernière entre l'Opep et les pays non-Opep sera effectivement appliqué.

Les deux parties se sont mises d'accord sur le principe d'une réduction des livraisons de 1,8 million de barils par jour.

En toile de fond, elles souhaitent que le baril s'installe durablement au dessus de la barre des 50 dollars, après une année 2016 où il atteint 44 dollars en moyenne (contre 55 en 2015).

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités