comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

EDF met la centrale de Fessenheim à l'arrêt

Ajouté le 24/07/2017 - Auteur : jazz

Les 2 réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim sont à l'arrêt pour des travaux de maintenance.

EDF vient d’annoncer que la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) est à l'arrêt total depuis samedi, et cela devrait durer plusieurs semaines.

Son premier réacteur a besoin de travaux de maintenance, alors que le deuxième est à l'arrêt au moins jusqu'à début 2018, à cause d'une anomalie.


L'arrêt du réacteur numéro 1, depuis samedi, "permettra aux équipes de renouveler le combustible contenu dans le réacteur et de réaliser des activités de contrôle et de maintenance dans les parties nucléaires et non nucléaires des installations", a indiqué EDF.

Quant au réacteur numéro 2, il a été arrêté en juin 2016, en raison d'une anomalie détectée sur un générateur de vapeur présentant une irrégularité de fabrication à l'usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire), EDF devant prouver sa fiabilité à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Début juillet, le fournisseur historique EDF a indiqué que le redémarrage de ce réacteur n'interviendrait pas avant début 2018.



L'ensemble de Fessenheim doit fermer lors de la mise en service du réacteur de nouvelle génération EPR de Flamanville (Manche), prévue en 2019, une perspective confirmée par le nouveau gouvernement français mais contestée par des élus régionaux et les syndicats d'EDF.

Chacun des deux réacteurs de Fessenheim a une capacité de 900 MW.

En 2016, la centrale de Fessenheim a produit 8,4 milliards de kWh, soit "environ 65% de la consommation d'électricité alsacienne", d’après des données fournies par EDF.

Cet aspect est régulièrement mis en avant par les défenseurs de la centrale, qui mettent en garde contre une situation de pénurie énergétique en cas de fermeture définitive.

A l'inverse, les militants anti-nucléaires « vent debout » depuis des décennies contre une centrale qu'ils considèrent comme vétuste et dangereuse s'appuient sur les fréquents arrêts des réacteurs pour affirmer qu'une fermeture ne mettrait pas en danger l'approvisionnement énergétique du Grand Est, ou de la France en général.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Electricité : vers une augmentation des tarifs

Ajouté le 20/07/2017 - Auteur : jazz

La Commission de régulation de l'électricité devrait proposer une hausse 1,1% ou de 1,7% des tarifs de l'électricité au 1er août.

Les tarifs réglementés de l'électricité en France, encore appliqué par EDF à quelque 27,3 millions de foyers, devraient augmenter de 1,1% ou 1,7% le 1er août.


La hausse atteindrait 1,7% si le régulateur et le gouvernement procédaient intégralement à un "rattrapage" encore nécessaire sur des tarifs appliqués en 2012 et 2013.

La progression serait limitée à 1,1%, si l'on s'en tient au calcul permettant la révision des tarifs une fois par an au mois d'août.

Calcul qui repose sur l'addition des coûts de l'énergie (prix sur le marché de gros et prix du nucléaire historique), le coût d'acheminement de l'électricité et le coût de commercialisation.

Cette méthode a fait l'objet de plusieurs recours de la part de concurrents d' EDF, qui reprochent à l'Etat de ne pas couvrir les coûts croissants du fournisseur historique.



En plus, le rattrapage tarifaire

Mais la CRE doit cette année intégrer un élément supplémentaire à ses calculs. Le régulateur doit en effet appliquer un rattrapage tarifaire sur les tarifs appliqués en 2012 et invalidés par le Conseil d'Etat en 2016, après une plainte des concurrents d'EDF.

En effet, le Conseil d'Etat en 2014 avait invalidé le plafonnement à 2% de la hausse des tarifs pour la période d'août 2012 à août 2013, décidé par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

Une partie de ce rattrapage a déjà été effectuée, mais il reste un reliquat de 190 millions d'euros à apurer et à récupérer sur la facture des clients qui étaient abonnés aux tarifs réglementés sur la période considérée.

Dès lors, la hausse des tarifs au 1er août sera soit de 1,1 %, soit de 1,7 %, selon que la CRE décidera de rattraper tout ou partie de ce reliquat.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Tarifs énergie : C’est Bruxelles qui décide !

Ajouté le 19/07/2017 - Auteur : jazz

Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire rapporte que la France va devoir appliquer les demandes de Bruxelles concernant la suppression des tarifs réglementés de vente de gaz et d'électricité et l'ouverture des concessions des barrages hydroélectriques.


La France ne pourra pas continuer à "repousser l'échéance" sur ces deux sujets, sources de désaccord ces dernières années entre Paris et la Commission européenne, défendant la concurrence, a affirmé le ministre.

Supprimés récemment pour les gros consommateurs, les tarifs réglementés de vente de gaz et d'électricité, sont toujours en vigueur en France pour les particuliers et les petits professionnels, malgré la l’ouverture du marché depuis 10 ans.

"On a des injonctions, on peut faire en sorte que ça soit lissé dans le temps, mais nous avons déjà repoussé l'échéance et il en va du gaz comme de l'électricité, à un moment ou à un autre, il faudra s'y plier", a déclaré M. Hulot devant les sénateurs.

Le Conseil d'Etat doit se prononcer ce mercredi sur un recours déposé par les fournisseurs alternatifs, concurrents d' ENGIE (ex-GDF Suez), contre les tarifs réglementés du gaz.

Semblant anticiper la décision de la Commission européenne, le ministre a aussi assuré que le gouvernement allait "faire en sorte que ça se fasse le moins douloureusement possible".



Concernant l'hydroélectricité, la plus haute juridiction administrative a mis en demeure la France afin qu’elle ouvre à la concurrence ses barrages, aujourd'hui essentiellement réservés par l'Etat à EDF, pour introduire plus de concurrence dans ce domaine.

Là encore, "on ne pourra pas repousser en permanence l'échéance", a jugé M. Hulot.

Pour répondre à Bruxelles, la loi sur la transition énergétique, votée en 2015, a autorisé la possibilité de créer des sociétés d'économie mixte (SEM), au capital partagé entre public et privé, et la possibilité de prolonger les concessions en contrepartie de la réalisation de travaux nécessaires.

Au delà de ces deux options, la France n'a "pas beaucoup d'autres marges de manoeuvre", a expliqué le ministre, estimant que sinon la France risquait "de rentrer dans des contentieux qui sont lourds", et qui pourraient porter préjudice à EDF, exploitant 85% de la puissance installée en France.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EnR: Engie va investir 1 milliard d’euros en Chine

Ajouté le 17/07/2017 - Auteur : jazz

Engie, le groupe énergétique français souhaite développer sa position sur le marché du solaire, du biogaz et des bornes de recharges pour véhicules électriques. Il a l’ambition de devenir le leader mondial de la transition énergétique.


Le géant gazier français vient d’annoncer un plan d'investissement d'un milliard d'euros dans le secteur des énergies vertes en Chine au cours des prochaines années.

Un plan d'investissement de 22 milliards d'euros

Isabelle Kocher, la directrice générale du groupe souhaite développer le solaire, le biogaz, les stations de recharge pour les voitures électriques ainsi que dans les réseaux urbains de chaleur et de froid en Chine.

Cette annonce fait partie d'un plan d'investissement de 22 milliards d'euros au plan mondial dans les énergies nouvelles.

Le géant énergétique français ENGIE est à la recherche d'un partenaire chinois pour marier ses capacités technologiques.

Depuis 2016, le groupe souhaite se désengager des activités les plus émettrices de gaz à effet de serre et se recentrer sur les énergies renouvelables et les services.



Déjà présent en Chine sur le marché du renouvelable

En avril, le groupe Engie annonçait avoir signé un accord pour prendre 30 % du capital d'Unisun, acteur chinois spécialisé dans le photovoltaïque.

Ce dernier, qui réalise 90 % de son activité en Chine, a déjà développé 500 mégawatts de projets et vise 4 gigawatts d'ici à 2020.

ENGIE, qui a l'ambition de devenir le leader mondial de la transition énergétique, met en avant « une opportunité de se lancer sur le plus grand et le plus prometteur des marchés du renouvelable dans le monde et surtout en Chine. »

En effet, le secteur est extrêmement porteur en Chine et dans ce contexte, le géant gazier français a de très belles années de développement devant lui.

Selon Isabelle Kocher « Les besoins sont immenses ». La dirigeante d’Engie s'est dite « impressionnée » par « la vitesse de déploiement » des énergies renouvelables en Chine.

Dans le biogaz notamment, « le potentiel chinois est considérable, en particulier à partir des déchets agricoles, et son prix est déjà compétitif par rapport à celui du gaz naturel », a-t-elle précisé.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF : Dérapage budgétaire des EPR de Hinkley

Ajouté le 13/07/2017 - Auteur : jazz

EDF vient d’annoncer que le projet de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point C coutera 8% de plus que prévu et qu’il y a un risque de retard de 15 mois sur la mise en service du premier réacteur.


Une nouvelle estimation normale à ce stade du projet

Selon le directeur d’EDF, cette revue de projet est tout à fait normale.

Cette nouvelle estimation des coûts intervient après les reports successifs de la signature du contrat et la nécessaire adaptation du design de la centrale pour répondre à l’évolution du contexte et à des demandes du régulateur.

Pour autant, ce qu’entend EDF par adaptation du design, reste assez difficile à éclaircir.

On sait seulement que cela a concerne le système de ventilation dans le bâtiment primaire, qui doit respecter des règles différentes de celles appliquées en France.

Toutefois les équipes de Hinkley Point C devront tirer parti du retour d’expérience des EPR de Flamanville et de Taishan, au sud de la Chine.

Tenir la date d’une mise en service de l’EPR de Flamanville fin 2018 est donc indispensable pour que le transfert de compétences se fasse et que les délais soient tenus.



Un plan d'action avant fin juillet

Pour l'instant, la revue de projet a mis en évidence un risque de report de la livraison (COD) de 15 mois pour la tranche 1 et de neuf mois pour la tranche 2, a reconnu EDF.

Et ce risque induirait un potentiel coût supplémentaire de l'ordre de 0,7 milliard de livres sterling (au cours 2015).

Mais actuellement EDF maintient son objectif initial d’une mise en service du premier réacteur en fin d'année 2025 et du deuxième six mois plus tard, mi-2026.

Le directeur d’EDF Energy assure que même si le risque se matérialise, il n’y aurait aucun impact sur le contrat signé avec le gouvernement britannique et aucune incidence sur la rémunération d’EDF.

On serait en effet bien en deçà des réserves prévues au contrat. Presque uniquement des bonnes nouvelles, donc.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

UFC : «Énergie moins chère ensemble»

Ajouté le 12/07/2017 - Auteur : jazz

L’association UFC-Que Choisir vient d’annoncer le lancement d’une nouvelle campagne "Énergie moins chère ensemble" pour la 4ème année consécutive, afin de permettre aux consommateurs d’obtenir les meilleures offres sur le gaz et l’électricité.


Dix ans après l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence l'association des consommateurs des consommateurs UFC lance sa 4ème campagne d'offres groupées d'abonnements pour la fourniture de gaz et d'électricité.

Une opération baptisée «Énergie moins chère ensemble» qui permettra aux consommateurs intéressés de bénéficier de l'offre énergétique la plus compétitive.

Pour cela, l'organisme lance un système d'enchères inversées entre les nombreux fournisseurs ayant répondu à son appel d'offres.

L'UFC-Que Choisir retiendra ensuite l'offre la moins chère pour en faire bénéficier les foyers intéressés.



Un prix garanti sur deux ans

La nouveauté cette année: l'association des consommateurs lance deux appels d'offres (gaz et électricité) auprès des fournisseurs qui proposeront aux consommateurs un prix fixe sur deux ans, contre un les années précédentes. En sachant qu'au bout de ces 2 ans, le fournisseur lauréat ne pourra pas proposer une offre moins avantageuse que sa meilleure offre de marché.

L'UFC-Que Choisir insiste sur le fait que malgré cette uniformité temporelle de tarif, le client peut changer d'offre à tout moment quand il le souhaite, comme l’autorise la loi.

Autre nouveauté, le lancement d'un troisième lot pour une offre à prix fixe sur un an d'électricité renouvelable.

Cette dernière sera issue essentiellement de sites français de production d'énergie renouvelable en France.

Mais seulement les 25.000 premières personnes inscrites pourront profiter de cette offre d’électricité verte.

Pour couvrir les frais d'organisation, une participation de 10 euros sera demandée aux souscripteurs, pour une énergie.

Et de 14 euros pour les deux énergies (les adhérents ou les abonnés à l'association paieront respectivement 5 et 8 euros).

Pour en savoir plus sur cette offre groupée et pour s’inscrire, rendez-vous sur le site www.choisirensemble.fr ou auprès des associations locales de l’UFC-Que Choisir.

A noter que l’inscription est gratuite et sans engagement.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Cinq millions de compteurs Linky déjà installés

Ajouté le 10/07/2017 - Auteur : jazz

Enedis, la filiale à 100 % d’EDF chargée de 95 % du réseau de distribution d’électricité en France, a déjà déployé cinq millions de compteurs.


Selon Bernard Lassus, directeur du programme Linky, 22 000 compteurs environ sont posés par jour et en octobre le rythme devrait atteindre les 33 000 à 35 000.

L’objectif est d’atteindre les huit millions de compteurs Linky installés fin de 2017.

Actuellement, le déploiement se fait partout en France, dans les villes comme dans les zones rurales.

Les abonnés peuvent se rendre sur le site Internet d’Enedis pour voir à quel moment ils recevront leur nouveau compteur.



Les opposants à Linky

La contestation reste stable à un très faible niveau, même si certains opposants à Linky font beaucoup de bruit.

Le directeur du programme Linky explique que des processus de concertation ont été développé en amont du déploiement.

« Nous faisons beaucoup de pédagogie, à partir des études des autorités sanitaires indépendantes qui ont montré que Linky ne posait pas de problème. »

« Nous travaillons aussi en étroite concertation avec les élus et nous essayons de répondre le mieux possible aux demandes qui nous sont faites. Nous avons fait venir, par exemple, des membres d’un conseil municipal dans nos laboratoires où sont réalisés les tests sur Linky».

« Dans certaines communes, nous avons mis un médiateur à la mairie pour expliquer le pourquoi et le comment de ce nouveau compteur », souligne t-il.

Linky et la transition énergétique ?

Les cinq millions de compteurs déjà posés, vont permettre de montrer son efficacité.

Parallèlement au déploiement, un espace dédié a été mis en place pour chaque client qui dispose de ce nouveau compteur.

Il peut surveiller sa consommation électrique et donc mieux la maîtriser, à partir bien souvent de simples éco-gestes.

Avec Linky, les fournisseurs d’électricité vont pouvoir déployer des offres tarifaires, en fonction des heures de la journée, de la semaine ou du week-end.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Ouverture du marché énergétique

Ajouté le 06/07/2017 - Auteur : jazz

Dix ans après l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, avez-vous pensé à changer de fournisseur ?

Une étude réalisée par 60 millions de consommateurs montre que vous pourriez faire des économies.


Souvenez-vous, il y a dix ans, il n’y avait qu'EDF l'unique fournisseur d’électricité qui proposait un seul tarif, le tarif réglementé.

Pour ceux qui utilisent le gaz, il n’y avait aussi qu’un interlocuteur, Gaz de France. On s’intéressait peu à ses factures, sauf pour déplorer leurs augmentations.

On déplore toujours les hausses mais la situation a changé.

Depuis le 1er juillet 2007, les marchés de l’énergie sont ouverts à la concurrence pour les clients particuliers.

EDF et Gaz de France (rebaptisé GDF-Suez, puis ENGIE) sont toujours là, mais ils ont désormais une vingtaine de concurrents.



Des consommateurs mal informés

Que ce soit pour le gaz ou l’électricité, on peut désormais souscrire une offre de marché auprès du fournisseur de son choix, ou rester au tarif réglementé proposé uniquement par EDF pour l’électricité et par ENGIE pour le gaz.

Beaucoup de consommateurs sont encore mal informés.

Le dernier baromètre du médiateur national de l’énergie montre que seulement la moitié des personnes interrogées savent qu’elles peuvent changer de fournisseur.

Moins d’un tiers savent qu’EDF et Engie sont des sociétés distinctes et concurrentes. Seulement deux sur cinq, enfin, disent connaître la marche à suivre pour changer de fournisseur.

Dans les faits, plus de huit clients sur dix sont toujours au tarif réglementé avec EDF. Pour le gaz, c’est presque moitié-moitié : un client sur deux est au tarif réglementé, l’autre est en offre de marché.

Faire des économies sur ses factures

Toutefois, le rythme de souscription des offres de marché s’accélère. Les offres d’achats groupés, lancées par des associations comme l’UFC-Que Choisir ou Familles de France ces dernières années, ont aidé des consommateurs à franchir le pas et à profiter de tarifs avantageux.

Car, et c’est bien là le bénéfice de cette ouverture à la concurrence, on peut faire des économies en quittant le tarif réglementé.

En effet, pour une facture annuelle dépassant les 1 000 €, il est possible d’économiser 102 € par an en électricité et 95 € par an en gaz en choisissant l’offre la plus compétitive.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF va augmenter ses tarifs le 1er août

Ajouté le 05/07/2017 - Auteur : jazz

Le tarif réglementé de vente de l'électricité, encore appliqué par EDF augmentera au 1er août de 1,1% ou de 1,7%, selon l'AFP.

La hausse sera de 1,7% si le régulateur décide de "faire cette année la totalité du rattrapage tarifaire" encore nécessaire sur les tarifs appliqués en 2012, précise l'agence.


Si la Commission de régulation de l'énergie (CRE) décide de n'effectuer qu'une partie de ce rattrapage, les tarifs augmenteront de 1,1%.

En avril 2014, le Conseil d'État avait invalidé le plafonnement à 2% de la hausse des tarifs pour la période d'août 2012 à août 2013.

La mesure du gouvernement avait été attaquée devant la plus haute juridiction administrative par les concurrents d'EDF, estimant que cette hausse n'était pas suffisante pour couvrir les coûts de production d'électricité comme l'impose la loi.

Une partie de ce rattrapage a déjà été effectuée, mais il reste un reliquat de 190 millions d'euros à apurer et à récupérer sur la facture des consommateurs qui étaient abonnés aux tarifs réglementés sur cette période.



Déjà un rattrapage en 2016

En 2016, le Conseil d'État avait déjà imposé un autre rattrapage pour la période allant du 1er août 2014 au 31 juillet 2015. Il s'est traduit par une hausse de 30 euros en moyenne sur la facture des abonnés.

Les tarifs réglementés de vente d'électricité sont révisés chaque année au 1er août.

Ils sont calculés en additionnant les coûts de l'énergie (prix sur le marché de gros et prix du nucléaire historique), le coût d'acheminement de l'électricité (réseaux de transport et de distribution) et le coût de commercialisation.

La CRE propose une évolution de ces tarifs et le gouvernement a 3 mois pour s'opposer.

Les tarifs réglementés de l'énergie (gaz et électricité) sont très critiqués par certains fournisseurs alternatifs, qui y voient un obstacle à la concurrence, totalement ouverte depuis 10 ans.

Le Conseil d'État doit se prononcer prochainement sur une plainte de l'Anode, association qui regroupe plusieurs fournisseurs alternatifs, contre l'existence même des tarifs réglementés du gaz, appliqués par ENGIE à environ 5,3 millions de particuliers.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Ouverture du marché de l’énergie à la concurrence

Ajouté le 03/07/2017 - Auteur : jazz

Depuis maintenant 10 ans, les particuliers peuvent choisir un fournisseur d'électricité et gaz autre qu’EDF et Engie (exGdf-Suez). Mais, le "bilan reste mitigé", selon Alain Bazot, le président d'UFC-Que Choisir.


Engagée dès 1996, l'ouverture du marché de la concurrence a été officielle le 1er juillet 2007 en France.

Fini le monopole d'EDF et d’Engie

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a recensé 17 fournisseurs d'électricité pour les particuliers, et 9 dans le gaz à la fin du premier trimestre 2017.

Mais les consommateurs restent timides face à l’ouverture, puisque seulement 15% des particuliers se sont détournés d'EDF pour l'électricité et un tiers ont quitté ENGIE pour le gaz.

Et pour cause : "La moitié des Français ne savent toujours pas qu'ils peuvent changer de fournisseur", regrette Fabien Choné, le directeur général de Direct Energie.



La faute, selon lui, "aux différents gouvernements, de droite comme de gauche, qui n'ont jamais communiqué sur l'intérêt que pouvait avoir la concurrence pour le pouvoir d'achat des consommateurs".

"En plus on leur a fait croire, pour ceux qui savaient que le marché était ouvert, qu'il fallait rester au tarif réglementé, que c'était protecteur, que c'était moins cher", ajoute t-il auprès de France Info.

Les nouveaux fournisseurs ont également leur part de responsabilité, selon les associations de consommateurs. Leurs prix sont à peine 10% en dessous des tarifs réglementés et les démarchages commerciaux sont parfois abusifs.

UNE VRAIE JUNGLE

De son côté, Alain Bazot, président de l'UFC-Que-Choisir, parle d'un "bilan mitigé" et déplore auprès de la radio un marché "devenu une vraie jungle".

Il y a 10 ans, l'association de consommateurs ne recensait aucun litige lié à l'énergie, alors qu'aujourd'hui, "c'est plusieurs milliers de litiges par an", a-t-il poursuivi.

L'association invite ainsi les consommateurs français à s'unir pour obtenir une offre groupée et, ainsi, pousser les fournisseurs à baisser leur prix, car le marché de l'énergie "a compliqué la vie des gens".

C'est même devenu "une source de stress" pour les consommateurs, a ajouté Alain Bazot.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités