comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

Gaz : Les tarifs resteront stables en juin

Ajouté le 29/05/2017 - Auteur : jazz

Après deux mois consécutifs de baisse, les tarifs réglementés du gaz, appliqués à 5,8 millions de clients, resteront stables en juin.

Les mois se suivent et ne se ressemblent pas sur le front des prix réglementés du gaz.


Les tarifs réglementés appliqués par ENGIE (ex Gdf-Suez) qui avaient baissé en moyenne de 0,7% en avril et encore de 3,3% en mai, marquant la baisse de la consommation de gaz liée à la fin de l'hiver ne bougeront pas le 1er juin.

Cette stabilité intervient alors que la courbe a suivi des inflexions différentes depuis le début de l'année.

Avant le repli du mois de mai, les tarifs réglementés du gaz avaient augmenté respectivement de 2,3% en janvier et 2,6% en mars, reculant parallèlement de 0,6% en février et 0,7% en avril.

Les derniers mouvements sont évidemment moins importants que ceux observés pendant l'hiver, qui correspondent à la «saison de chauffe» pour les ménages.

Précisément, le dernier hiver a été plus rigoureux que les précédents, avec notamment une sévère vague de froid en janvier.



Révision mensuelle

Les tarifs réglementés du gaz sont révisés mensuellement, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole.

L'ampleur de leur évolution, demandée par ENGIE, est étudiée chaque mois par la Commission de régulation de l'énergie, le gendarme du secteur.

Quelque 6 millions de foyers, 5,8 pour être précis, sont concernés par cette évolution tarifaire.

À noter que les prix réglementés du gaz sont aujourd'hui largement indexés sur les prix de marché - à plus de 77% - après avoir été calculés à partir des contrats d'approvisionnement à long terme de l'entreprise.

Depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l'ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par ENGIE que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, ENI, Lampiris, etc.).

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EnR : 19 % de la consommation en France

Ajouté le 24/05/2017 - Auteur : jazz

L’électricité renouvelable a représenté 18 % de la consommation au 1er trimestre 2017 en France et 19 % en moyenne sur les 12 derniers mois, rapporte le 10e panorama de l’électricité renouvelable.


Publié chaque trimestre conjointement par RTE, le SER, Enedis et l’ADEeF, le 10e panorama l’électricité renouvelable indique que l’électricité renouvelable a représenté 18 % de la consommation électrique française au 1er trimestre 2017.

Sur les 12 derniers mois, l’électricité renouvelable a représenté 19% en moyenne de la consommation.

90% des objectifs 2018 de la PPE

La puissance du parc de production d’électricité renouvelable – hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies – enregistrée fin mars 2017 était de 46 392 MW, ce qui représente 90 % de l’objectif 2018 entériné par la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

Avec une puissance installée de 12 141 MW à fin mars et une production en recul de 14 % par rapport à 2016, l’énergie éolienne couvre 4,1 % de la consommation électrique française.

Le parc éolien atteint 81 % de l’objectif fixé à la filière par la PPE à l’horizon 2018.



Si le parc solaire marque le pas en terme de déploiement, sa production de 8,5 TWh est en hausse de 12 % par rapport aux douze derniers mois. Elle représente 1,8 % de la consommation.

La filière bioénergie en avance

La production de filière bioénergies électriques a augmenté de 6,1 % en un an.

Les bioénergies couvrent 1,4 % de la consommation électrique dans l’hexagone.

La filière bois énergie atteint l’objectif annoncé par la Programmation à l’horizon 2018 et 75 % du scénario bas 2023.

Pour finir, le parc hydraulique reste stable avec 25 475 MW.

Au premier trimestre, la filière hydraulique a produit 14,8 TWh soit 18 % de moins qu’au même trimestre 2016.

L’hydroélectricité représente 10,3 % de l’électricité consommée au premier trimestre, et 11,6 % sur les 12 derniers mois.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Electrabel suscite le moins de plaintes

Ajouté le 22/05/2017 - Auteur : jazz

Le dernier rapport d’activités du médiateur de l’énergie rapporte qu’Electrabel est le fournisseur qui suscite le moins de plaintes.

En 2016, le nombre de plaintes reçues par le médiateur de l’énergie a augmenté de 30%, soit 5526 plaintes enregistrées.


Explications sur les raisons de ces plaintes

Le rapport d’activité 2016 du service médiation qui vient d’être publié apporte des explications sur les raisons de ces plaintes et les fournisseurs visés.

Selon le médiateur la hausse du nombre de plaintes serait du à l’alourdissement des taxes sur la facture d’électricité en 2015 et 2016, soit l’augmentation de la TVA à 21% et à la hausse des tarifs de réseau de distribution.

Côté litiges, la consommation facturée reste, comme en 2015, la première cause des plaintes.

Suivie du manque de transparence en matière de tarifs (16,2%), les processus de facturation (16%), les problèmes de paiement (13,6%) puis les pratiques de vente et de marché des fournisseurs d’énergie (11,5%). Le médiateur indique une hausse des plaintes dans ce domaine.



De très fortes disparités

La majorité des plaintes sont adressées aux fournisseurs d’énergie alors que certains problèmes viennent du gestionnaire de réseau de distribution.

Si l’on compare le pourcentage de plaintes déposées par fournisseur avec ses parts de marché, on constate de très fortes disparités.

Dans ce cas, Electrabel ressort comme le fournisseur qui suscite le moins de plaintes, comme en 2015, suivi de Lampiris.

Ce qui n’est pas le cas pour Poweo, la filiale du groupe français Direct Energie qui opère en Belgique, avec un score catastrophique de 4,26% de plaintes pour seulement 0,28% de parts de marché en Belgique.

Ce qui signifie proportionnellement qu’il suscite 26 fois plus de plaintes qu’Electrabel.

Les factures d’acompte chez Poweo sont très problématiques. Parmi les autres fournisseurs français un problèmes récurrent est constaté : le remboursement des trop perçus.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Pourquoi et comment changer de fournisseur ?

Ajouté le 18/05/2017 - Auteur : jazz

Depuis juillet 2007, le marché de l’énergie s’est ouvert à la concurrence. Durant c’est 10 dernières années, de nouveaux fournisseurs d’électricité et de gaz ont fait leur apparition.

Avant l’ouverture EDF était le seul fournisseur en France depuis de nombreuses années.


Si les prix restent compétitifs par rapport à nos voisins européens, ils ne cessent d’augmenter.

Mais pourquoi changer ? Et comment ?

Des alternatives parfois moins chères ou plus écolo

Depuis 10 ans, le marché de l’énergie s’est ouvert à la concurrence et de nombreux acteurs alternatifs comme par exemple, Direct Energie, Planète OUI, ENI ou encore ENGIE ont vu le jour proposant des offres parfois moins chères ou plus écolo.

Changer de fournisseur d’électricité est souvent et avant tout une question d’économies.

Avant de changer il faut savoir que la facture est constituée de trois éléments : la fourniture d’électricité (coûts d’approvisionnement et commerciaux), les frais d’acheminement et les taxes et contributions.



Quel que soit le fournisseur, les frais d’acheminement et les taxes restent les mêmes.

La différence se fait donc sur le prix du kWh (jusqu’à 10% de réduction) et sur l’abonnement (jusqu’à 20 % moins cher).

EDF, le fournisseur « historique » doit, lui, respecter les tarifs réglementés fixés par le gouvernement.

Les autres fournisseurs fixent eux-mêmes leurs tarifs.

Pour comparer les prix, utilisez notre comparateur d’énergie qui permet de faire le tri entre les différentes offres et tarifications.

Une démarche simple et gratuite

Quel que soit le fournisseur pour lequel vous avez opté, le changement est très simple : il vous suffit en général d’appeler le fournisseur choisi ou de vous rendre sur son site et d’effectuer les démarches en ligne.

Que vous décidiez de changer pour des raisons écologiques ou économiques, sachez que ce changement est entièrement gratuit.

Pas besoin de changer de compteur et le basculement prend 24h maximum.

Le gestionnaire de réseau reste Enedis, ex ERDF, qui garantit la sécurité de l’approvisionnement en électricité et sa qualité.

Dans le cas où le changement vous déplaît, vous pouvez sans délai et sans frais revenir chez EDF.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Engie va fournir de l’électricité Outre-Manche

Ajouté le 17/05/2017 - Auteur : jazz

Engie a annoncé jeudi 11 mai son lancement sur le marché résidentiel de l'électricité et du gaz au Royaume-Uni, où le groupe gazier français est déjà présent sur une partie de la chaîne énergétique, en proposant des offres concurrentielles.


"Engie annonce aujourd'hui le lancement de son activité énergie domestique au Royaume-Uni, devenant ainsi la plus grande entreprise à s’imposer sur le marché intérieur britannique de l'énergie depuis plus de 15 ans", a indiqué le groupe dans un communiqué.

Engie fournira de l'électricité d'origine renouvelable

Le géant gazier français s'est engagé à fournir à ses clients "le tarif le plus bas" et prévoit de lancer cet été un "energy tracker", à savoir un produit permettant de refléter les changements des prix de gros sur la facture des particuliers.

ENGIE concurrencera les six principaux fournisseurs nationaux (appelés "Big Six"): British Gas (filiale de Centrica), EDF Energy, npower (RWE), EON UK, Scottish Power et SSE.

Engie, qui veut aussi "apporter une innovation en matière de maison connectée" outre-Manche, prévoit de fournir de l'électricité d'origine renouvelable pour l’ensemble de ses contrats, "sans surcoût", comme c'est déjà le cas dans l’Hexagone.



"Forts de la conjugaison de notre connaissance du pays et de notre expertise en solutions B to C, nous sommes convaincus de pouvoir fournir une nouvelle dimension à nos clients britanniques : des tarifs équitables, clairs et transparents, accompagnés de programmes d'économies d'énergie et de réduction des coûts", a déclaré la directrice financière Judith Hartmann, chargée des activités opérationnelles au Royaume-Uni et en Amérique du Nord.

Détenu à près de 29% par l'Etat français, ENGIE recrute 20.000 salariés au Royaume-Uni, où le groupe produit de l'électricité et commercialise de l'énergie et des services énergétiques aux clients professionnels, privés comme publics.

Il est également engagé dans l'exploration et la production d'hydrocarbures en mer du Nord britannique, une activité dont il a dit le 11 mai vouloir se désengager au profit du britannique Neptune Energy.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Enercoop passe au gaz renouvelable

Ajouté le 15/05/2017 - Auteur : jazz

Après l’électricité renouvelable, Enercoop passe au gaz après avoir reçu l’autorisation d’opérer comme fournisseur de gaz pour des clients domestiques.

Un arrêté du 29 mars, publié au Journal officiel du 7 avril dernier, autorise l’énergéticien alternatif à exercer l’activité de fourniture de gaz naturel sur le territoire français.


Sur le même modèle que ce qu’elle fait actuellement en électricité, via des contrats directs auprès des producteurs, la coopérative qui s’inscrit dans une logique de circuit court proposera une offre de gaz renouvelable dès 2019.

Plus de 26 sites d’injection biométhane dans l’hexagone

Les offres de gaz naturel destinées aux particuliers sur le marché français sont issues en quasi-totalité des énergies fossiles.

L’injection de gaz vert dans les réseaux est un élément clé dans tous les scénarios de transitions et surtout dans le domaine énergétique.

En France, il existait 26 sites d’injection biométhane fin 2016 (contre 17 fin 2015) pour une production totale de 215 GWh, équivalent à la consommation de 18 000 logements.

Une augmentation qui témoigne d’une volonté d’accélérer la transition énergétique en réduisant les émissions de gaz à effets de serre.



Pour le lancement de son offre de gaz naturel renouvelable, Enercoop signera avec les producteurs des contrats d’achat sur 15 ans, ce qui correspond aux mécanismes de soutien existants dans la filière.

Pour Enercoop, les sites de biométhane représentent une opportunité majeure pour fédérer, sur un territoire, différents acteurs de la transition : le milieu agricole et paysan, les Particuliers et les collectivités à travers leurs biodéchets, ainsi que les activités de l’agro-alimentaire.

« Enercoop observe déjà de la demande de la part de ses clients actuels en électricité. Cette offre de gaz vert constituera une véritable opportunité pour accélérer la transition énergétique et environnementale, de manière pédagogique et militante », déclare Suzanne Renard, directrice du projet gaz chez Enercoop.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Direct Energie: Activité en hausse

Ajouté le 11/05/2017 - Auteur : jazz

Le 3ème fournisseur d'électricité et de gaz Direct Energie a annoncé mercredi un chiffre d'affaires trimestriel de 648,5 millions d'euros, en forte croissance de +25,7% par rapport au 1er trimestre 2016.

« Cette importante augmentation est tirée notamment par un gain record de nouveaux clients », souligne Direct-Energie.


240.000 nouveaux sites au 1er trimestre

L'activité du groupe a progressé de 25,7% à 648,5 millions d'euros, par rapport à la même période 2016, a précisé le 3ème fournisseur d'électricité et de gaz français, dans un communiqué.

A périmètre constant, le chiffre d'affaires de Direct Energie affiche une augmentation de 24,3%, une performance "d'autant plus dynamique" selon le groupe qu'elle fait suite à une envolée de 62% sur la même période un an auparavant.

L’énergéticien souligne la montée en puissance du segment production, reconnu en marge sur Energy Managemen (31,8 ME au total), sous l'effet combiné de la première contribution de la centrale à gaz de Marcinelle à hauteur de 7,1 ME avec une production de 425 GWh, ainsi que de celle de Bayet à hauteur de 25,5 ME (production de 505 GWh).



Côté fourniture d'électricité et de gaz, le fournisseur Direct Energie se félicite d'un gain record de clients sur le 1er trimestre, avec 240.000 nouveaux sites enregistrés.

"Cette performance permet au parc clients de croître de 7,9% par rapport au 31 décembre 2016, et de s'établir à 2.227.000 sites au 31 mars 2017", précise le groupe.

Conforté par cette dynamique, Direct Energie, le 3ème fournisseur énergétique français confirme ses objectifs pour l'exercice 2017 :

- un parc clients de 2,5 millions de sites,
- un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros,
- un résultat opérationnel courant de 100 ME à températures conformes aux normales saisonnières.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les prix du gaz resteront stables en juin

Ajouté le 10/05/2017 - Auteur : jazz

Après deux mois consécutifs de baisse, les tarifs réglementés du gaz resteront inchangés le mois prochain.

Près de six millions de foyers en France sont concernés par cette mesure.


Les prix du gaz ne bougera pas le 1er juin

Les prix du gaz ne bougera pas le 1er juin, a révélé mardi Le Figaro.

Ces tarifs appliqués par ENGIE (ex GDF -Suez) à environ 5,8 millions de consommateurs en France avaient baissé en moyenne de 0,7% en avril et encore de 3,3% en mai, marquant la baisse de la consommation de gaz liée à la fin de l'hiver.

Cette stabilité intervient alors que la courbe a suivi des inflexions différentes depuis le début de l'année.

Avant le recul du mois de mai, les tarifs réglementés du gaz avaient augmenté respectivement de 2,3% en janvier et 2,6% en mars, reculant parallèlement de 0,6% en février et 0,7% en avril.

Les derniers mouvements sont évidemment moins importants que ceux observés pendant l'hiver, qui correspond à la «saison de chauffe» pour les ménages.



Une révision mensuelle

Depuis plusieurs années, les tarifs administrés du gaz font l'objet d'une révision mensuelle.

À noter que les prix réglementés du gaz sont aujourd'hui largement indexés sur les prix du gaz de marché de gros - à plus de 77% - après avoir été calculés à partir des contrats d'approvisionnement à long terme de l'entreprise et aussi sur le cours du baril de pétrole.

L'ampleur de leur évolution, demandée par le fournisseur Engie, est étudiée chaque mois par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) qui délibère sur le sujet.

Depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l'ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par ENGIE que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, ENI, Lampiris, etc.).

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

CEE : objectifs doublés pour 2018-2020

Ajouté le 04/05/2017 - Auteur : jazz

Après sa signature fin avril par Ségolène Royal, le décret pour le doublement des objectifs d’économies d’énergie, sur la période 2018-2020, a été publié mercredi 3 mai au Journal Officiel.

Cette ambition, annoncée il y a plusieurs mois par le ministère de l'Énergie, est désormais fixée à 1 600 térawattheures pour les années 2018-2020, au lieu des 800 térawattheures de la période en cours.


Sur ce volume d'économies d'énergie, un quota de 400 térawattheures devra être réalisés au bénéfice des ménages en situation de précarité énergétique, précise le texte.

Une réduction de 10 milliards d'euros par an

Selon le ministère, les travaux réalisés grâce aux CEE doivent permettre une réduction de 10 milliards d’euros par an de la facture énergétique des ménages, entreprises et organismes publics.

Le dispositif des CEE, créé en 2006, oblige les fournisseurs d'énergie (EDF, Engie et Total) à financer des actions d’économies d’énergie (rénovation thermique des bâtiments, changement de chaudières, énergies renouvelables, etc.), sous peine de fortes pénalités.



Depuis sa création, il a permis d'installer 1 million de chaudières individuelles performantes et d’améliorer l’isolation de 450 000 logements (combles, toitures et murs), selon le ministère.

La société Primesénergie, qui aide les consommateurs à financer des travaux en leur versant une prime financée par les fournisseurs d'énergie via les CEE, a salué mercredi une "très bonne nouvelle pour les ménages français".

Les obligés sont plus critiques

Pour leur part, les fournisseurs d'énergie sont plus critiques, notamment sur le coût du dispositif, payé indirectement par les consommateurs sur leur facture d'énergie.

L'association des fournisseurs alternatifs d'énergie (Anode) et l'Association française du gaz (AFG) pointent un coût à venir d’environ 2 milliards d'euros par an, soit une hausse des factures d'énergie de l'ordre de 2% pour les clients.

Une étude publiée en 2013 par l'Ademe montre toutefois le rôle de "catalyseur" des CEE, avec 30% à 50% des ménages interrogés qui ont réalisé plus de travaux que prévus initialement ou choisi un équipement plus performant.

Pour réaliser des économies sur votre facture d’énergie , n’hésitez pas à comparer les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Un vent nouveau souffle sur l'éolien

Ajouté le 03/05/2017 - Auteur : jazz

Selon le dernier aperçu mensuel sur l’énergie électrique publié jeudi 27 avril 2017 par RTE, la production et les exportations éoliennes auraient battu un nouveau record, au mois de mars 2017, prenant ainsi toujours plus de place dans le mix électrique français.


En plus de l’augmentation régulière des capacités de production installées, les performances de l’énergie éolienne seraient liées avant tout aux bonnes conditions météorologiques caractérisées par des vents quasi-réguliers sur toute la période.

Plus de 18,2% de la consommation

La production d’électricité d’origine éolienne en France a battu un nouveau record avec plus de 18,2% de la consommation d’électricité sur tout le mois de mars et cela « grâce aux bonnes conditions venteuses ainsi qu’à l’augmentation du parc installé », a souligné le gestionnaire du réseau électrique à haute tension dans son aperçu mensuel sur l’énergie électrique.

De manière générale, la production des énergies renouvelables (hors hydraulique) est repartie à la hausse après quatre mois de baisse.



Ce qui permis à la France de limiter le recours à des moyens d’origine fossiles (gaz, charbon, etc.), même si la production de ces derniers est en forte hausse depuis le début de l’hiver et a donc augmenté de 17,7% par rapport à mars 2016.

Concernant la consommation d’électricité, les températures en dessous des normales saisonnières sur l’ensemble du mois ont provoqué une baisse de 9,4% par rapport au mois de mars 2016.

« Le mois de mars 2017 est le plus chaud des mois de mars sur la période 1900-2017 », précise le gestionnaire du réseau haute tension.

Résultat, la France a pu consacrer une part plus importante de sa production à l’exportation d’électricité.

D’ailleurs, les exportations ont elles aussi battu un record avec plus de 17 GW exportés le 30 mars à 19h30, soit l’équivalent de la capacité d’environ dix-sept réacteurs nucléaires.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités