comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

La loi de transition énergétique

Ajouté le 03/10/2014 - Auteur : jazz

L’examen du projet de loi sur la transition énergétique défendu la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal à débuté mercredi à l'Assemblée nationale.

Il aura fallu deux ans de consultations pour constituer ce projet de loi, destiné à alléger la facture de la France tout en réduisant sa part de nucléaire et d’énergies fossiles.

Une procédure accélérée est prévue pour l’examen du projet (une seule lecture par chambre).


Objectifs

Pour 2050 par rapport à 2012 :

- Diminution de la consommation énergétique finale de 50%,

- Diviser les émissions de gaz à effet de serre par quatre,

Pour 2030 par rapport à 2012 :

- Diminution de la consommation des énergies fossiles de 30%,

- Augmenter la proportion des énergies renouvelables,

Et plafonner la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% vers 2025.


Des logements rénovés

En cas de travaux de ravalement, de toiture, et d'aménagement de nouvelles pièces, les travaux de rénovation énergétique seront obligatoires, afin d'arriver en 2050, à un parc immobilier entièrement rénové aux normes «bâtiment basse consommation».

D'ici 2017, près de 100.000 artisans seront formés et reconnus par l’Etat pour réaliser ces travaux : il faudra faire appel à eux pour pouvoir bénéficier des aides publiques

- Pour les travaux réalisés entre le 1er septembre et le 31 décembre 2015, un nouvel allègement d'impôt qui sera porté à 30% du montant des travaux de rénovation (jusqu'à 8.000 euros pour une personne seule et jusqu'à 16.000 euros pour un couple).

- Eco-prêt à taux zéro,

- Le «chèque énergie» pour les plus précaires.

Parmi les autres mesures:

- La prolongation de la trêve hivernale, du 15 au 31 mars,

- Les réseaux de distribution d'électricité et de gaz sont dans l’obligation de fournir aux clients leurs données de comptage et de les avertir en cas de surconsommation,

- De plafonner le poids du nucléaire à 63,2 gigawatts,

- Le développement des énergies renouvelables en France et à l’étranger,

- Diminuer de moitié les quantités des déchets, améliorer le recyclage d'ici 2025 et interdiction des sacs en plastique à usage unique.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

HAUSSE DE 3,9% DES PRIX DU GAZ au 1er octobre

Ajouté le 02/10/2014 - Auteur : jazz

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a confirmé une hausse de 3,9% des tarifs réglementés du gaz naturel, au 1er Octobre.

Pour les 8 millions d’utilisateurs, c’est plutôt une mauvaise nouvelle, la hausse sera de 1,3% pour ceux qui n'utilisent le gaz que pour la cuisson et de 2,4% pour ceux qui font tout au gaz – chauffage, cuisson et eau chaude.

Cette augmentation intervient au début de l’automne, comme habituellement elle se pratique, période où les consommateurs rallument généralement leurs chaudières. De la même façon, entre printemps et l’automne, les tarifs réglementés s'affichent le plus souvent à la baisse.


Le gendarme de l’énergie avait averti que l’élévation des prix du gaz, à l'approche de l'hiver, associé aux risques potentiels liés à la crise russo-ukrainienne, engendreraient une hausse importante des prix de marché du gaz.

Un nouveau mode de calcul

D'autant que la formule de calcul des tarifs réglementés du gaz a été modifiée en juillet dernier, elle doit intégrer l’intégralité des coûts d'approvisionnement de GDF Suez dans le prix du gaz et inclure les prix de marché à hauteur de 60 % (contre 45 % précédemment), alors qu'autrefois ils étaient essentiellement adossés à l'évolution des cours du pétrole brut.


Baisse continue depuis janvier

Cependant, cette nouvelle hausse a été précédée d’une baisse ininterrompue des tarifs réglementés du gaz, depuis le début de l'année soit 6,8 % sur les neuf premier mois, selon les calculs de la CRE.

Révisés chaque mois, les tarifs réglementés du gaz consistent en un prix de détail, qui ne comprend pas encore les diverses taxes, mais comprend les coûts d'approvisionnement de GDF Suez.

Fin juin, sur un total de 10,6 millions abonnés au gaz, environ 7,7 millions de foyers étaient aux tarifs réglementés, tandis que 2,9 millions avaient opté pour des offres à prix libres, dites « de marché », chez GDF Suez ou un fournisseur alternatif.

Lampiris, le concurrent belge de GDF Suez affirme dans un communiqué «Depuis l ‘ouverture du marché de l’énergie en 2007, les fournisseurs alternatifs proposent tous des offres compétitives en dessous des tarifs réglementés».

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Le solaire, première source en 2050 ?

Ajouté le 01/10/2014 - Auteur : jazz

L'électricité issue du solaire pourrait devenir la première source d'énergie dans le monde.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prédit, selon les deux études qu’elle vient de publier, que l'énergie solaire serait susceptible de représenter 26% de la production électrique mondiale d'ici 2050.

Cependant l'organisation prévient que cette prévision ne se réalisera qu'à condition que les pouvoirs publics optent pour des politiques claires et fortes pour soutenir le développement de cette énergie verte, en mettant en place des cadres réglementaires stables et sécurisants pour les investisseurs...


A savoir selon l’AIE, les panneaux photovoltaïques pourraient fournir 16% de l'électricité mondiale (soit une puissance totale de 4.600 gigawatts) et les centrales thermiques à concentration représenteraient 11% de l'électricité produite d'ici 2050 (avec une capacité de 1.000 GW), soit 27% de l'électricité produite dans le monde et 6 milliards de tonnes d'émissions de CO2 évitées par an.

Une économie qui équivaut quasiment à toutes les émissions actuelles de gaz carboniques des États-Unis par an, ou encore celles des transports dans le monde.

La baisse des coûts des modules et systèmes photovoltaïques va permettre le vrai décollage du solaire à partir de 2025 et le prix de cette électricité devrait ainsi baisser de 25% d'ici à 2020, de 45% d'ici à 2030 et de 65% d'ici à 2050, selon l’AIE.


La Californie possède la plus grande centrale solaire du monde

Géographiquement, la Chine et les États-Unis sont les leaders dans l'expansion des panneaux photovoltaïques. La Californie abrite la plus grande centrale solaire thermodynamique du monde.

Quant aux centrales thermiques à concentration solaire, elles devraient se développer en priorité dans des zones ensoleillées comme l'Afrique, l'Inde, le Moyen-Orient et les Etats-Unis.

La réalisation de ces prévisions dépendra des efforts que feront les États, d'instaurer des politiques énergétiques sur le long terme, surtout, la stabilité des discours et des actions aura un impact décisif.

En cas de réussite, c'est l'ensemble du commerce mondial de l'énergie qui sera modifié, avec des pays qui tendront vers l'autosuffisance.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Succès d'EDF au Royaume-Uni

Ajouté le 25/09/2014 - Auteur : jazz

EDF devrait construire deux réacteurs nucléaires EPR de nouvelle génération avec son partenaire Areva à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre.

La Commission européenne a confirmé son avis favorable au projet de construction d'une centrale nucléaire par EDF au Royaume-Uni.

Lundi 22 Septembre 2014, le commissaire européen chargé de la Concurrence, a émis un avis positif (avant un vote définitif) sur ce projet officialisé en octobre 2013 et soupçonné d'entraîner des distorsions de concurrence.



Sans dévoiler les détails de l’accord, les concertations entre Joaquin Almunia, commissaire européen chargé de la Concurrence et les autorités britanniques ont abouti à un « avis favorable de conditions ».

Une décision devrait être prise plus précisément courant octobre.

L’accord a été officialisé entre différents partenaires : le gouvernement britannique, l'électricité français EDF, associé aux groupes chinois CGN et CNNC, ainsi que le groupe français Areva.

L'investissement est chiffré aux alentours de 19 milliards d'euros.

Suite à des craintes de distorsions de concurrence, une enquête de Bruxelles avait été ouverte en décembre 2013, afin d'en vérifier la conformité aux règles en matière d'aides d'État.

Finalement, EDF est assuré par le pouvoir exécutif britannique d'un prix garanti pendant 35 ans pour l'électricité produite par la nouvelle centrale de Hinkley.


Ce prix est nettement supérieur au prix ordinaire de l'électricité pratiqué Outre-Manche.

Il a été fixé à 89,50 livres par mégawattheure si EDF décide par la suite de construire les deux autres EPR à Sizewell (Angleterre). Dans le cas contraire, il s'élèvera à 92,5 livres.

Concrètement, si le prix marché est inférieur au prix garanti, le gouvernement britannique paiera la différence.

Ce dispositif est généralement réservé aux énergies renouvelables.

L’État britannique garantira aussi les emprunts réalisés par EDF pour construire la centrale.

Dans le cadre du renouvellement du parc nucléaire britannique vieillissant, ce projet d’EPR a été voté en 2008 par les travaillistes et confirmé par le gouvernement conservateur de David Cameron en 2011 malgré la catastrophe nucléaire de Fukushima.

A l’origine prévue pour 2018, la mise en service de l’EPR Hinkley Point est désormais repoussée à 2023.

Vous aussi comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Le futur chèque énergie

Ajouté le 24/09/2014 - Auteur : jazz

Dans un rapport confidentiel, le chèque énergie proposerait une aide pour 4 millions de Français sur leur facture d’énergie de 50 euros à 150 euros.

Ségolène Royal hésite à le faire cohabiter avec les tarifs sociaux.

Le futur projet de loi sur la transition énergétique doit-il inclure la lutte contre la précarité ?

La création de ce "chèque énergie" pour les plus précaire figure dans le texte gouvernemental, mais ne semble pas recueillir les faveurs de la ministre de l'Écologie.


Profitant à 1,6 million de foyers, la loi Brottes compte élargir le dispositif à 4 millions de ménages.

Le rapport constate lourdement :

- que la mise en œuvre des tarifs sociaux limite le nombre de bénéficiaires à environ 2,5 millions.

- et que les tarifs sociaux visent uniquement les foyers qui se chauffent à l'électricité ou au gaz excluant tout autre énergie.


L'instauration du chèque énergie paraît indispensable : 1,2 million de ménages recevraient pour la première fois cette aide.

Pour simplifier les démarches administratives, ce chèque serait attribué en fonction du seul critère du revenu. Auparavant, son attribution dépendait des impôts, de la Sécurité sociale et d'EDF ou de GDF Suez.

Trois montants seront versés chaque année de 50 euros, 100 euros ou 150 euros en fonction des revenus : inférieurs à 481€, entre 481€ et 552€, et entre 552€ à 615€.

Actuellement, les bénéficiaires des tarifs sociaux touchent jusqu'à 200 euros par an. Certains réclament un chèque jusqu’à 250 euros.

Le coût du dispositif chiffrerait alors à 1 milliard d'euros, quand le rapport l'estime à 500 millions d'euros pour des versements de 150 euros.

« Une position intermédiaire doit être trouvée, ainsi de nouvelles sources de financement » indique l'entourage de la ministre de l'Écologie.

Le ministère recommande de ponctionner dans la contribution climat énergie.

Cependant cette "taxe carbone", qui doit engendrer 2,5 milliards d'euros l'an prochain, doit servir à financer le crédit d'impôt compétitivité emploi, dispositif phare de la politique gouvernementale en faveur des entreprises…

GDF Suez et EDF ralentissent aussi la mise en œuvre du dispositif, de peur de voir leurs clients supporter la facture des plus pauvres.

Ségolène Royal hésite aussi à "la cohabitation temporaire" du chèque énergie et des tarifs sociaux, « par peur que certains se retrouvent sans aide ».

Mais "c'est surtout un message d'assistanat qu'elle ne souhaite pas porter", confie un proche du ministère.

Ce nouveau dispositif aurait pu être mise en place dès janvier 2015 si la décision avait été prise au printemps dernier.

Vous aussi comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

La concurrence d'EDF/GDF progresse

Ajouté le 23/09/2014 - Auteur : jazz

Selon l'observatoire trimestriel de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), la concurrence sur le marché de l’énergie se renforce au second trimestre 2014.

L’étude montre que les consommateurs ont continué à opter pour des offres d’énergie chez les fournisseurs alternatifs.



ELECTRICITÉ

Côté électricité, 127.000 clients (+4,9%), on choisit d'abandonner les tarifs réglementés de l'électricité et du gaz régis par l’État et révisés chaque mois, proposés par EDF et GDF Suez, contre 135.000 au premier trimestre.

Désormais, la part des clients résidentiels en offre de marché atteint 2,738 millions sur un total de 31,2 millions. Parmi eux, 2,731 millions ont opté pour un fournisseur concurrent d’EDF, qui propose également des offres de marché (contrats aux tarifs fixés librement par l'opérateur), au côté des tarifs réglementés.


GAZ

Côté gaz naturel, on note une ouverture à la concurrence en progression avec 226.000 clients supplémentaires en offre de marché (+8,2%), contre 263.000 à avoir quitté les tarifs réglementés au premier trimestre. Fin juin, 2,976 millions de particuliers, sur un total de 10,6 millions, ont choisi une offre de marché, dont 1,616 million chez un fournisseur concurrent à GDF Suez.

Pour les entreprises, le nombre de passages à la concurrence a aussi continué d’augmenter pour le gaz naturel, avec 6.000 nouveaux clients en offre de marché (+1,8%) au 30 juin (contre 9.000 au premier trimestre).

Par ailleurs, la CRE note "un léger recul" de -0,4% du nombre de clients non résidentiels passés à la concurrence sur le marché de l'électricité par rapport au premier trimestre.

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence le 1 er juillet 2007, toutes les catégories de consommateurs peuvent choisir des offres dites de marché, à prix libres, auprès du fournisseur de leur choix (alternatif ou historique), ou rester chez les fournisseurs historiques, EDF pour l'électricité et GDF Suez pour le gaz qui proposent des offres à tarifs réglementés (fixés par les pouvoirs publics).

Vous aussi comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Direct Energie : sort le 'Pack Chauffage'

Ajouté le 22/09/2014 - Auteur : jazz

Diminuer sa consommation d’énergie en pilotant plus précisément son chauffage grâce au thermostat intelligent de Nest, c’est ce que propose Direct Energie à ses clients avec son offre « Pack Chauffage ».

Direct Energie, 3ème acteur français de l'électricité et du gaz, devient le premier « partenaire énergie » de Nest en France. Ainsi, il poursuit son engagement dans la réduction de la consommation d'énergie de ses clients.



Les clients souscrivant à l’offre Pack Chauffage de Direct Energie pourront acquérir le Nest Learning Thermostat au prix exceptionnel de 149 € (au lieu de 219€) et bénéficier d’une installation gratuite par un professionnel agrée, de l'entretien annuel obligatoire de la chaudière, un diagnostic sécurité et une assistance dépannage.

Pour réduire encore plus la consommation sans altérer le confort, le thermostat possède un programme innovant Les « Seasonal savings ».


Lequel permet de réduire encore d’avantage la consommation d'énergie grâce à de légères variations de température pilotées automatiquement par le thermostat.

Hormis la remise de 70 euros par rapport au prix public du thermostat Nest et l'installation gratuite, le Pack Chauffage propose un service complet et économique qui permet d'accompagner les clients dans la maîtrise de leur consommation d’énergie (chauffage), ce qui représente 60% du montant de la facture.

Le Président Directeur Général de Direct Energie, Xavier Caïtucoli, a déclaré : "Direct Energie se félicite de ce partenariat majeur qui lui permet d'être associé au lancement du Thermostat Nest en France et d'en faire bénéficier ses clients.

Les deux sociétés partagent la passion de l'innovation et s'inscrivent pleinement dans la transition énergétique, avec des solutions « domotique » qui permettent à chacun de réduire sa facture énergétique et de piloter automatiquement le confort de sa maison".

Selon Nest qui a réalisé une étude, les clients du thermostat Nest en France pourraient réaliser des économies de l'ordre de 13-31 % au niveau du chauffage, cela représenterait entre 20 et 560 € d'économisés.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

200.000 coupures d'électricité et de gaz

Ajouté le 18/09/2014 - Auteur : jazz

Les services du Médiateur de l'énergie ont indiqué jeudi dernier qu’environ 210.000 coupures d'électricité et de gaz ont été effectuées par les fournisseurs d’énergie EDF,GDF Suez, depuis le mois de mars soit la fin de la première trêve hivernale.

Depuis la fin de la première trêve hivernale pour l'énergie qui s'est terminée en mars, presque 210.000 coupures d'électricité et de gaz ont été effectuées dans l’hexagone.



De plus, les réductions de puissance d’électricité qui ont eu lieu au cours du premier semestre 2014 se chiffrent à 159.000, nécessitant 370.000 interventions sur cette période.

La loi "Brottes" sur l'énergie, adoptée l’an dernier, a mis en place une trêve hivernale pour les bénéficiaires des tarifs sociaux et pour les copropriétés chauffées au gaz entre le 1er novembre et le 15 mars, pour les coupures d'électricité et de gaz, similaire à celle en vigueur pour les expulsions de logements.

La fin de cette période avait été prolongée du 15 au 31 mars 2014 avec l’accord des fournisseurs GDF Suez et EDF toujours pour les clients bénéficiant du tarif de première nécessité (TPN) pour l'électricité, du tarif spécial de solidarité (TSS) pour le gaz et du fonds de solidarité pour le logement (FSL), ainsi que pour la fourniture de gaz aux copropriétés.


Le Médiateur de l'énergie, Jean Gaubert présent mercredi dernier à la commission spéciale de l'Assemblée nationale en charge d'examiner le projet de loi sur la transition énergétique, a souligné "Il n'y a pas eu d'effet d'aubaine, il n'y a pas eu de dérapage".

Puis, "S'il y a un peu d'augmentation, je crois qu'il faut le lier plutôt à l'augmentation de la précarité que le lier à la mauvaise volonté des consommateurs".

Alors que les fournisseurs pensaient que la trêve entraînerait une forte hausse des factures impayées.

Le Médiateur avait recensé en 2012, 580.000 coupures et réductions de puissance d’électricité.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Vers la fin des tarifs réglementés du gaz ?

Ajouté le 17/09/2014 - Auteur : jazz
Les quelques 8 millions de Français aux tarifs régulés pourront constater dans un proche avenir :

- Une augmentation de 3,9 % des tarifs réglementés actée pour le 1er octobre,
- Une tendance haussière de cette énergie, lorsque les besoins de chauffage tirent les prix à la hausse ou lors d’instabilité sur les marchés internationaux du gaz (comme en Ukraine),
- Des tarifs réglementés qui incluent, dorénavant, 60 %, des prix de marché du gaz naturel depuis début juillet.

Tous ces arguments vont dans le sens contraire à maintenir en France des tarifs réglementés pour le gaz.

Le Conseil d'Etat, saisi par les concurrents de GDF Suez, doit statuer prochainement sur la question et étudier vraisemblablement les modalités possibles d'une disparition progressive, y compris pour les particuliers (leur disparition est déjà programmée pour les professionnels fin 2015).

En avril 2013, un avis de l'Autorité de la concurrence citait déjà l’exemple des pays comme l'Allemagne ou la Grande-Bretagne, qui ont renoncé à une régulation des prix dans l'énergie et où le gaz est moins cher qu'en France.

Malgré la pression de l’Europe, la France a fait le choix de continuer à réguler les prix du gaz et de l'électricité, en attendant que les opérateurs alternatifs (Lampiris, ENI, Planète OUI …) s'installent.

Les tarifs réglementés doivent légalement couvrir les coûts de l’opérateur historique (GDF Suez) mais il ne doit pas pratiquer des tarifs trop bas, impossibles à concurrencer.


Le marché du gaz ne répond pas aux mêmes contraintes économiques que les Télécoms, mais plutôt à la négociation de contrat sur le long terme.

Cependant les gouvernements - des deux bords - ont bloqué les hausses annoncées, afin de protéger le pouvoir d'achat, mais ces décisions ont été invalidées par le Conseil d'Etat avec facturation rétroactive des consommateurs.

Selon l'Autorité de la concurrence et les fournisseurs alternatifs (Direct Energie, EDF…) : sur le marché du gaz, la concurrence est faussée du fait même de l'existence d'un tarif réglementé.

Les arguments ne manquent pas en faveur de la suppression des tarifs réglementés, devenus au mieux inutiles.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Gel des tarifs d'électricité confirmé

Ajouté le 15/09/2014 - Auteur : jazz
Le Conseil d'Etat a rejeté le recours déposé par l’ANODE pour faire annuler un arrêté gouvernemental.

Cet arrêté gouvernemental consiste à supprimer une hausse de 5% des tarifs régulés de vente de l’électricité aux particuliers prévue début août pour 92 % des foyers.



NOUVEL EPISODE dans le FEUILLETON des TARIFS de l’ÉLECTRICITÉ

Le juge des référés du Conseil d’État confirme le gel des tarifs décidé et annoncé par Ségolène Royal.

Il avait été saisi à la demande des concurrents d’EDF via l’ANODE (Association nationale des opérateurs détaillants en énergie) pour suspendre l’arrêté du 28 juillet 2014 au motif que la condition d’urgence propre à la procédure de référé n’est pas remplie.

LE MODE DE CALCUL DES TARIFS BIENTÔT RÉFORMÉ

La ministre de l’Écologie et de l’Énergie souhaitait suspendre cette hausse de 5% en attendant la nouvelle refonte du mode calcul des tarifs « bleus » d’EDF (particuliers et petits professionnels), espérée avant fin 2014.

Le Conseil d’État a souligné que l’arrêté n’avait « qu’une portée temporaire, dans l’attente de la mise en place de nouvelles modalités de tarification de l’électricité ».


UN GEL TARIFAIRE QUI NE FAVORISE NI EDF NI LES FOURNISSEURS ALTERNATIFS

Le Conseil d’État a indiqué qu’il se prononcera prochainement « au fond sur la demande d’annulation introduite par l’Anode contre ce même arrêté ».

L’ANODE avait insisté pour que cette augmentation soit appliquée ; les opérateurs alternatifs Direct Energie,Planète OUI, ENI, etc., avaient conçus toutes leurs politiques commerciales sur cette augmentation.

Mais le Conseil d’État a estimé que l’arrêté gouvernemental ne porterait pas une « atteinte grave et immédiate » à la rentabilité des fournisseurs de l’Anode.

À l’inverse, il a considéré que la suspension de l’arrêté « pourrait porter atteinte à l’intérêt des consommateurs ».

Suite à l’annonce de cette décision du Conseil d’État, le titre d’EDF a chuté de plus de 3 % à la Bourse de Paris, signant la plus forte baisse du CAC 40 vendredi 12 septembre.

Comparez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités