comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

GDF Suez : Pénalisé par sa branche Energie Europe

Ajouté le 17/11/2014 - Auteur : jazz

GDF Suez a publié jeudi des résultats en recul pour les 3 trimestres 2014. Alors que le géant de l’énergie avait déprécié ses actifs européens pour 15 milliards d’euros dans ses comptes 2013, c’est maintenant les déboires de ses centrales belges qui affectent ses performances financières.

Un revers qui a contraint GDF Suez à revoir légèrement ses objectifs de résultat net récurrent part du groupe sur 2014 : il table désormais sur le milieu d’une fourchette de 3,1 à 3,5 milliards d’euros, contre 3,3 à 3,7 visés auparavant.



La situation du nucléaire belge affecte les comptes du groupe. En effet, trois de ses sept réacteurs sont aujourd’hui à l’arrêt : Doel 3 et Tihange 2 ont été stoppés fin mars pour des tests de sûreté supplémentaires sur les cuves, ce qui représente un impact de 40 millions d’euros par mois sur le résultat net part de GDF Suez (soit, déjà près de 300 millions sur 2014).

De plus, Doel 4 a subi en août une dégradation ayant conduit, lui aussi, à l’arrêt du réacteur.

« Nous sommes complètement confiants sur un redémarrage de Doel 4 d’ici la fin décembre, concernant les deux autres, nous espérons un redémarrage pour le 1er avril 2015, sous réserve de l'approbation de l'AFCN* », a précisé Gérard Mestrallet.


En matière de dividende, GDF Suez n’a pas changé ses objectifs 2014, le groupe prévoit un taux de distribution de 65% à 75%, avec un minimum de 1 euro par action payable en numéraire.

Le groupe a réalisé au cours des neuf premiers mois de 2014 un résultat opérationnel courant de 5,4 milliards d'euros (-17,3% en brut, -13,7% en organique), un Ebitda de 8,9 milliards (-15,4% en brut, -12,0% en organique) et un chiffre d'affaires de 54,5 milliards (-7,5% en brut, -7,3% en organique).

Hors Energie Europe, son chiffre d'affaires enregistrerait une croissance organique de 5,0% à la fin du troisième trimestre.

* AFCN : Agence fédérale de Contrôle nucléaire

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

La demande d’énergie augmentera de 37% d’ici 2040

Ajouté le 13/11/2014 - Auteur : jazz

L’efficacité énergétique et la hausse des prix ralentiront la consommation mondiale.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a prédit mercredi dans son étude prospective annuelle, que le monde utilisera beaucoup plus d’énergie en 2040, mais la croissance de la demande se freinera sous l’effet d’un renchérissement des tarifs et d’une efficacité énergétique renforcée.

L’approvisionnement en pétrole, provoque des inquiétudes….



«La demande mondiale d’énergie sera en hausse de 37% d’ici à 2040 dans notre scénario central, mais la croissance démographique et économique se tassera, a souligné l’AIE.

La croissance de la demande mondiale augmentera nettement, passant de plus de 2% par an au cours des deux dernières décennies à 1% par an après 2025. Cette tendance est attribué selon AIE, à l’augmentation des tarifs et à l’efficacité énergétique, mais aussi au «amélioration structurelle de l’économie mondiale au profit des services et d’une industrie plus légère».


L’essor des pays émergents

Cependant tous les pays n’auront pas la même demande, suivent l’essor économique de certains d’entre eux.

La consommation restera stable dans la majorité des pays européens, au Japon, en Corée du Sud et en Amérique du Nord.

La demande en Asie, sera en nette augmentation, ce qui représentera 60% de la hausse mondiale.

Les pays asiatiques importeront d'ici à 2040 deux tiers des barils échangés à l'échelle internationale. Au début des années 2030, la Chine devancera même les Etats-Unis comme premier consommateur mondial d'or noir.

Côté Afrique subsaharienne, au Moyen-Orient et en Amérique latine, la demande restera semblable pour le pétrole.

Dans l’ensemble, le pétrole devrait représenter environ un quart des approvisionnements dans le monde en 2040, une portion comparable à celle du gaz, du charbon et des ressources faiblement émettrices de CO2, comme les énergies renouvelables mais aussi le nucléaire.

- Incertitudes sur la production pétrolière –

La question est de savoir si la production suivra. «Quelque 900 milliards de dollars d'investissements annuels (725 milliards d'euros) sont nécessaires jusqu'aux années 2030 pour développer les secteurs pétrolier et gazier en amont afin de répondre à la hausse de la demande.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Eclipse : Conséquence sur l'energie solaire

Ajouté le 12/11/2014 - Auteur : jazz

La prochaine éclipse solaire qui passera au-dessus de l’Europe est prévue le 20 mars 2015, dernier jour de l'hiver et pourrait être à l’origine d’une panne de courant sans précédent. Les industriels de l'énergie s'inquiètent des conséquences sur la production photovoltaïque et s’organisent.

L’éclipse est prévue de 9 heures 09 à 10 heures 31 dans la matinée du 20 mars 2015 et le taux d'occultation de l'astre pourrait dépasser les 80 %.

Le phénomène qui devrait être similaire à l’éclipse de 1999 plongera une bonne partie de l’Europe dans le noir.



Cette journée préoccupe déjà beaucoup les industriels de l'énergie. Les conséquences sur la production photovoltaïque en Europe seront immédiates : quelque 30.000 mégawatts (MW) d'énergie solaire pourrait disparaître brutalement, si les conditions d'ensoleillement sont bonnes en cette dernière journée d'hiver.

30.000 mégawatts, c’est un peu moins d'un quart de la puissance de la France, qui s'élève à près de 130.000 mégawatts. Cela représente aussi l'équivalent de la production de l’Hexagone au plus creux de l'année (mi-août).

Pour éviter le black-out en Europe, Réseau de transport d'électricité (RTE) filiale d’EDF s’est déjà entretenu avec ses homologues européens afin de trouver les solutions les plus adaptées.


Jean-Paul Robin, directeur du Centre national d’expertise du système électrique de RTP a proposé 3 solutions :

- Diminuer préventivement le volume photovoltaïque ;
- Prévoir de la puissance hydraulique, le moyen de production le plus rapide à mettre en œuvre ;
- Allumer environ trois heures avant l’arrivée de l’éclipse des centrales à gaz.

Cependant, tous les pays européens ne seront pas logés à la même enseigne le jour J.

L'Allemagne, par exemple, avait raccordé au réseau des capacités neuf fois supérieures à celles de la France. Elle disposait de 36,9 gigawatts (GW) de puissance installée photovoltaïque, à fin 2013.

Actuellement, dans l'Hexagone, la production d'énergie solaire représente 0,75 % de la production totale d'électricité.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Électricité : La France devrait exporter cet hiver

Ajouté le 10/11/2014 - Auteur : jazz

L'équilibre entre l'offre et la demande d'électricité en France sera assuré pendant l'hiver 2014-2015 même en cas de grand froid.

C’est le bilan prévisionnel publié vendredi 7 novembre par Réseau de Transport d’Électricité (RTE), le gestionnaire du réseau, filiale d’ EDF.

L’Hexagone dispose de marges suffisantes pour que les français puissent s’éclairer et se chauffer et devrait être en mesure d’exporter vers ses pays voisins.


En effet, la Belgique, s’apprête à rencontrer un fort déficit d’approvisionnement en raison de l’arrêt de trois réacteurs nucléaires, ce qui pourrait aussi être le cas en Grande-Bretagne, où un incident s’est produit sur un de ses réacteurs.

EDF a toutefois précisé la semaine dernière que les quatre réacteurs concernés redémarreraient d’ici fin décembre.

L’ensemble de ces échanges se soumettront aux conditions de marché sur le prix de gros de l’électricité.


Même en cas d'hiver particulièrement froid, avec des températures entre 6 et 8 degrés en dessous de la moyenne de saison (cas plutôt rare, qui arrive, selon les statistiques, que tous les 20 ans et qui s'est produit en 2012), les niveaux d'importations nécessaires pour couvrir l'augmentation de la consommation pourraient atteindre 4.300 MW fin janvier.

Pour la France, cet hiver devrait tout de même être le dernier vraiment confortable avec la transition énergétique décidée par le gouvernement.

En effet, en septembre, RTE a pointé un déséquilibre entre l’offre et la demande à compter de l’année prochaine, à hauteur de 900 MW en 2015-2016 puis à hauteur de 2.000 MW l’hiver suivant.

En 2015, la France devra importer près de 900 mégawatts d'électricité pour faire face à la demande, selon RTE.

Même en estimant avoir « une panoplie de moyens »pour assurer l’équilibre, le gestionnaire de réseau attend la publication des textes régissant le futur marche de capacité, censé renforcer la sécurité d’approvisionnement d’ici deux ans.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Le prix du nucléaire reste inchangé

Ajouté le 06/11/2014 - Auteur : jazz

Les concurrents d'EDF vont devoir patienter, pour connaître les tarifs auxquels ils se fourniront auprès d’EDF.

La date de réévaluation du prix de l'Arenh (accès régulé à l'électricité nucléaire historique) auquel l’entreprise publique cède une partie de son énergie nucléaire à ses concurrents, a été reportée au 1er juillet 2015 au lieu du 1er janvier 2015.

Les autorités avaient élaboré de nouvelles méthodes de calcul soumises à la Commission de régulation de l'énergie (CRE), à l'Autorité de la concurrence et au Conseil d'État pour dynamiser la concurrence.


Ce projet a ensuite été communiqué à la Commission européenne qui poursuit actuellement son examen du texte, ont précisé les ministères, en évoquant la nécessité de "préserver le pouvoir d'achat des Français".

Le gouvernement n’ayant pas les conclusions et ne pouvant pas adopter le schéma définitif, a indiqué mardi que le prix de l'Arenh restera fixé à 42 euros le mégawattheure (MWh), jusqu'à la prochaine réévaluation fixée au 1er juillet 2015.

Mi-octobre, la CRE avait annoncé qu'elle retenait une hypothèse d’augmentation de 2 euros/MWh par an de l'Arenh sur la base des données dont elle disposait, ce qui porterait le prix à 44 euros en 2015 et 46 euros en 2016.


Depuis son instauration en juillet 2011, le prix de l'Arenh, qui concerne un quart de la production du fournisseur historique, a été vivement contesté.

Pour les rivaux d'EDF ce prix est beaucoup trop élevé, pour faire jouer la concurrence tandis que les industriels critiquent un tarif qui grève leur compétitivité.

L'Arenh est déterminant pour la facture énergétique des ménages, il est désormais intégré dans les tarifs de l'électricité, tout comme les coûts d'acheminement et de commercialisation.

EDF, qui met en avant la hausse de ses investissements supplémentaires en matière de sécurité dans le parc nucléaire français, suite à la catastrophe de FUKUSHIMA, a indiqué à plusieurs reprises, qu'il souhaitait voir l'Arenh atteindre progressivement 50 euros par MWh.

Actuellement, le prix de l'Arenh et les prix de marché de l'électricité sont très proches.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

La tendance est aux Energies renouvelables

Ajouté le 05/11/2014 - Auteur : jazz

La loi française sur la transition énergétique et les engagements européens pour la lutte contre le changement climatique, mettent en avant les énergies renouvelables.

Côté économie et finance cette nouvelle tendance se fait sentir.

Les "cleantech" (entreprises spécialisées dans les technologies et services industriels utilisant les ressources naturelles), ont reçu au premier semestre 2014, 172 millions d’euros de capitaux de la part des fonds de capital-investissement, soit une progression de 28 % par rapport au premier semestre 2013.



Les technologies sont arrivées à maturité, après une phase expérimentale plus longue que prévu et suscitent l’intérêt croissant des investisseurs, également rassurés par l’impulsion politique en Europe.

En France, EDF et sa filiale EDF Energies Nouvelles restent incontestablement, l’acteur majeur dans le développement des énergies vertes.

Actuellement, le groupe possède déjà en France et en Europe plus de 7 000 mégawatts et 2 300 mégawatts supplémentaires sont en construction, principalement dans l’éolien, mais également dans le solaire.

EDF est aussi présent aussi aux États-Unis où son chiffre d’affaires approche les 1,3 milliard d’euros.


Au cours des quatre dernières années, l’opérateur historique a consacré un tiers de ses investissements à ce secteur pour une somme totale de 6,5 milliards d’euros.

En effet, actuellement EDF exploite trois des quatre principaux parcs éoliens offshore de France, grâce à son partenariat avec Alstom, de plus, un autre projet éolien est en cours dans les Ardennes. Son ouverture est prévue pour 2019-2020 et sera sans doute le parc le plus important du pays.

Bien sûr, EDF n’est pas le seul à investir dans ce marché d’avenir, c’est également le cas d’Areva ou encore de Total.

Total a lui aussi investit massivement, jusqu’à devenir l’un des leaders mondiaux de l’énergie solaire. Le groupe construit actuellement le plus grand parc photovoltaïque du monde en Californie (600 mégawatts).

Le gouvernement et les grands groupes ne s’y trompent pas, la tendance est aux énergies renouvelables et le développement de cette filière continuera d’accélérer au rythme de la baisse des coûts de production.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Conflit juridique des fournisseurs alternatifs

Ajouté le 03/11/2014 - Auteur : jazz

Direct Energie et les fournisseurs alternatifs souhaitent pouvoir concurrencer les prix réglementés du gaz et de l’électricité.

GDF Suez devra bien ouvrir une partie de ses fichiers clients à ses concurrents. C’est ce qu’a jugé vendredi la Cour d’appel de Paris, confirmant la décision de l’Autorité de la concurrence prise le 9 septembre dernier.

Cette victoire de l’Anode, qui regroupe Direct Energie et plusieurs fournisseurs alternatifs (ENI, Lampiris, Planète OUI et Gaz de Paris), vient s’ajouter à celle du mois d’Avril dernier concernant la hausse des tarifs insuffisante des tarifs de l’été 2012.


Conformément à la demande de GDF Suez, la Cour d'appel lui a toutefois accordé des délais plus importants, afin de leur laisser le temps de faire jouer leur droit d’opposition à la transmission des données clients. Le groupe aura jusqu'au 13 novembre au lieu du 3 novembre pour ses fichiers de clients professionnels et pour les clients particuliers la date a été repoussée au 15 janvier 2015, au lieu du 15 décembre.

Les fournisseurs alternatifs ont pour objectif, de pouvoir concurrencer les prix réglementés du gaz et de l’électricité.


Des procédures qui payent puisque, Direct Energie enregistrait 1,1 million de clients à fin 2013 et en vise plus de 2 pour 2018.

Direct Energie peut se permettre aujourd’hui vu la meilleure santé financière de la société d’aller jusqu’au bout de ses actions en justice. C'est d'ailleurs un contentieux contre la politique tarifaire du distributeur ERDF qui lui avait permis d’engranger ses premiers bénéfices.

Direct Energie annonce d’autres procédures juridiques, notamment contre la réforme du mode de calcul des tarifs de l’électricité qui vient d’être adoptée pour laquelle il reste en désaccord.

Malgré une l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie depuis 2007, l’autorité de la concurrence constate que la part des fournisseurs alternatifs n’est que de 5 % pour les clients résidentiels et de 13 % pour les clients industriels et commerciaux.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

29 % des Français ont un logement mal isolé

Ajouté le 28/10/2014 - Auteur : jazz

A l’approche de l’hiver et des augmentations annoncées pour le mois prochain des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité, le coût du chauffage va peser lourdement sur le budget des français.

COÛT DE LA RÉNOVATION

D’après le baromètre AFP-PowerMetrix, spécialiste des études sur la consommation d'énergie, isoler un logement de 120 m² représente un investissement de 35.000 euros.



29 % des français se plaignent de vivre dans un logement humide, avec des fenêtres en mauvais état ou d’avoir froid dans leur pièce principale en hiver.

La rénovation de ces logements, d'une superficie moyenne de 117 mètres carrés, reviendrait à 35.000 euros par foyer, soit 280 milliards d'euros, "l'équivalent du budget en chauffage de l'ensemble des foyers français sur 10 hivers consécutifs", selon ce baromètre.

Dans le cas de certain logement, les coûts de rénovation thermique restent très onéreux.

Les incitations fiscales (crédit d’impôt, éco-prêt à taux zéro, chèque énergie) misent en place dans le cadre de la loi de transition énergétique de Ségolène Royale, ne sont pas à la portée de tous.

Parmi les foyers concernés, plus de la moitié sont des locataires vivant en appartement et 16 % reconnaissent avoir déjà rencontré des difficultés à régler leurs factures d'électricité, ils n'ont donc pas les moyens d’entreprendre des travaux de rénovation énergétique.


DE LA RÉNOVATION DE 150 à 500 €/m²

Les besoins thermiques varient sur le terrain :

Pour les 4 % de familles vivant dans un logement sans isolation des murs et avec des fenêtres à simple vitrage, les dépenses de rénovation s’élèveraient à 500 €/m².

6% habitent des logements bien isolés, qui nécessitent des rénovations plus limitées, le coût revient à 150 €/m², (Chauffage plus performants, etc..).

Et les 19 % qui se trouvent dans une situation intermédiaire, amenés à isoler les murs, le plafond ou a poser des doubles vitrages, le coût estimé est de 300 €/m².

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Hausse de 2,5 % de l’électricité le 1er novembre

Ajouté le 24/10/2014 - Auteur : jazz

Le gouvernement socialiste annonce une augmentation de 2,5% sur les tarifs réglementés de l'électricité au 1er Novembre.

Les tarifs du gaz augmenteront de leur part de 2,31%, dès novembre.

Le Projet d’arrêté gouvernemental sera transmit au Conseil Supérieur de l’Energie (CSE) et à la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) pour un avis consultatif.

Cette hausse avait été annoncée il y a semaine, mais on ne connaissait pas son ampleur.



Ce sont les tarifs réglementés dits « bleus » appliqués à la plupart des particuliers, qui sont concernés.

Lors de sa nomination, la ministre de l’énergie, Ségolène Royal avait annulé l’augmentation de 5 % prévue au 1er août, pour préserver le pouvoir d’achat des Français.

Une nouvelle méthode de calcul des tarifs devait rentrer en vigueur, qui jusque là couvrait les coûts d’EDF.

On attendait donc les résultats de cette réforme, et son impact à l’automne.

L’entourage du premier ministre avait bien indiqué qu’une hausse interviendrait Fin Octobre.


Le 16 octobre La CRE avait préconisé l’augmentation d’au moins 1,6 % en 2014.

Si on appliquait le principe de couverture des coûts d’EDF (non respecté en 2012 et 2013) la perte, pour le fournisseur historique, est estimée à 1,14 milliard d’euros.

La différence entre 1,6 % et 2,5 % correspond à ce rattrapage.

La CRE avait aussi estimé que, d’après ses simulations, l’augmentation devrait être de 1,5 % en 2015, et de 2 % en 2016.

Le nouveau mode de calcul des tarifs, prévoit les coûts de transport, les taxes, et le prix de fourniture de l’énergie, qui correspond au prix de l’électricité sur le marché de gros dit de marché.

Les consommateurs doivent théoriquement profiter de la tendance baissière des prix de marché.

Les tarifs réglementés du gaz avaient augmenté de 3,9 % au 1 octobre, et donc une hausse moyenne de 2,31 % au 1er novembre est encore prévue, selon la délibération de la CRE publiée jeudi au Journal officiel.

Le tarif réglementé du gaz avait cependant baissé de 6,8 % les neufs premier mois de l’année.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Plus de contre à l'exploitation du gaz de schiste

Ajouté le 23/10/2014 - Auteur : jazz

Le gaz de schiste est un gaz naturel le plus souvent piégé dans le sous-sol à de grandes profondeurs, dans des roches compactes et imperméables.

Il peut en être extrait grâce à la fracturation hydraulique, un méthode qui consiste à créer des fissures dans les roches et y infiltrer un mélange d'eau, de produits chimiques et de sable.



Les problèmes environnementaux associés à son extraction, notamment l'utilisation intensive et la pollution des nappes phréatiques ainsi que l'émission de gaz à effet de serre, entraînent une défiance de l'opinion publique.

D’après une récente étude BVA, 60 % des Français s'opposent à l'exploitation du gaz de schiste en France.

Soixante deux pour cent des personnes interrogées s’opposent totalement à une autorisation de son exploitation, alors que 36 % des sondés sont favorables.

Côté politique, 80% des personnes sondées « sympathisants » de gauche s’opposent à l’exploitation du gaz de schiste.

En détail, 92 % des sympathisants Ecolos, 86 % des sympathisants « plus à gauche que le PS » et 74 % des sympathisants socialistes.

Les militants de droite sont plutôt partagés : 51 % sont favorables à cette source d'énergie et 45 % sont contre. 56 % des sympathisants UMP et 50 % du côté Front national, sont pour l’exploitation du gaz de schiste.


SARKOZY est POUR

Ce sondage a été réalisé alors que Nicolas Sarkozy, s'est dit favorable à l'exploration de cette énergie, au nom des effets bénéfiques qu'elle pourrait avoir sur l’économie française, lors de son meeting à Lambersat, le 25 septembre dernier.

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a réaffirmé qu’il n'y aurait pas d'exploitation de gaz de schiste et pas d'investigation sur le gaz de schiste, durant son mandat sous la présidence de François Hollande, qui prévoit la réduction de la part du nucléaire dans le mix énergétique de 75% à 50% en France à l'horizon 2025.

Tout sera dirigé vers, la rénovation énergétique et les énergies renouvelables.

Le sondage a été mené par téléphone le 30 septembre et 1er octobre sur un échantillon de 1 064 personnes représentatif de la population française.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités