comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

Débats sur la valeur de l'effacement

Ajouté le 10/12/2014 - Auteur : jazz

Le modèle économique de l’effacement de consommation électrique chez les particuliers divise les opérateurs et le gouvernement.

La valeur de l’électricité qui n’est pas consommée est débattue depuis plusieurs années.

Le mardi 9 décembre, les entreprises du secteur, les représentants des consommateurs et l’administration étaient tous réunis au Conseil supérieur de l’énergie (CSE), pour répondre à la question de l’« effacement » de consommation.


Les débats étaient plus tôt houleux et une proposition de rejet a été adoptée pour une large majorité contre un projet d’arrêté.

Ce dernier prévoit de verser une prime de 30 euros par mégawattheure (MWh) aux opérateurs effaçant l’électricité chez les particuliers et les petites entreprises (jusqu’à 36 kVA) entre 7 heures et 23 heures tout les jours de l’année.




Les oppositions au projet sont multiples, au sein du CSE, mais aussi de la part de l’Autorité de la concurrence jugeant le principe d’une prime,  pas nécessaire.

Les représentants des consommateurs ont, pour leur part, contesté le mode de calcul de la prime et son financement.

Les opérateurs, de leur côté, voient leur modèle économique perdre en compétitivité, puisqu’ils réalisent des effacements chez les grands clients industriels, non éligibles à la prime.

Quant à EDF, il conteste une différence de traitement avec ses tarifs à effacement, non éligibles au soutien public.

Enfin, l’Anode, qui représente les fournisseurs alternatifs (Direct Energie, Planète OUI, ENI, ...) conteste la valeur de l’effacement cependant l’association a tout de même voté contre la motion de rejet.

Pour de nombreux acteurs ce projet de prime sert à uniquement à viabiliser le modèle économique du seul acteur présent sur le marché Voltalis qui a lourdement investi dans l’installation de boîtiers chez des particuliers.

En plus, ce projet de prime prévoit un double amendement, qui permet aux opérateurs d’effacement de ne pas indemniser le fournisseur quand l’électricité effacée conduit à une économie d’énergie, ce qui va dans le sens du projet de loi sur la transition énergétique, proposé par la ministre de l’Energie, Ségolène Royal.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Gaz : Hausse de 1,8% prévue en janvier

Ajouté le 08/12/2014 - Auteur : jazz

Une augmentation de 1, 8% est prévue sur les tarifs réglementés du gaz, début 2015, en raison du doublement de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (TICGN), qui doit contrebalancer une diminution du coût de fourniture, d’après le site internet du Figaro.

Après deux mois consécutifs de hausse, les tarifs avaient diminué en moyenne de 0,79 % en décembre.

Les tarifs auraient dû baisser avec la nouvelle formule de calcul prévue par l'Etat, cet été. En effet, cette nouvelle méthode de calcul, renforce l’indexation sur les prix de marché plutôt que sur l'évolution des cours du pétrole brut.


Selon le site internet le Figaro, "si la formule avait été strictement appliquées, les tarifs réglementés du gaz auraient dû baisser de 0,6% des tarifs réglementés."

Mais la fiscalité sur les énergies évolue et la TICGN à laquelle sont soumis les 7,4 millions de foyers, se chauffant au gaz, passera de 1,41 euro par mégawattheure, en 2015 à 2,93 euros, puis à 4,45 euros en 2016.

La TICGN équivaut pour le gaz, aux taxes intérieures de consommation perçues sur les carburants.


Depuis l’ouverture du marché de l’énergie en 2007, les français peuvent quitter les tarifs réglementés du gaz et de l’électricité.

Une concurrence qui reste encore peut méconnue des consommateurs français, mais d'après l'observatoire trimestriel de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), pour le gaz naturel, le nombre de clients ayant abandonné les tarifs encadrés par l'Etat, pour passer aux offres de marché a augmenté de 7,4% au cours du troisième trimestre.

Ainsi, sur un total de 10,6 millions d'abonnés au gaz, 3,197 millions de clients étaient en offre de marché au troisième trimestre.

L’observatoire constate que parmi eux, 1,69 million (53%) se sont dirigés vers GDF Suez qui est aujourd’hui un fournisseur alternatif et qui propose également des offres à tarifs libres, à côté des tarifs réglementés.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Hydroliennes : GDF Suez-Alstom et EDF-DCNS choisis

Ajouté le 04/12/2014 - Auteur : jazz

EDF-DCNS et GDF Suez-Alstom ont remporté l'appel d’offre, pour construire les premières fermes-pilotes d'hydroliennes au large du Cotentin (Manche).

Annoncés par le Premier ministre, Manuel Valls, ce mardi à Montoir-de-Bretagne, les lauréats de l'Appel à Manifestation d'Intérêt pour l'implantation d'hydroliennes au large du Cotentin sont EDF et GDF Suez, alliés respectivement à DCNS et Alstom.


Les gagnants ont jusqu’à 2018, pour mettre en service sept machines de 2 MW pour EDF-DCNS et quatre de 1,4 MW pour GDF Suez-Alstom.

Les hydroliennes doivent être plongées et installées dans le secteur à très fort courants sous-marins. "Ce projet pilote au large du Cotentin est une étape nécessaire pour confirmer la viabilité technico-économique de la filière avant de la développer à une plus grande échelle", a souligné GDF Suez dans un communiqué.

L’inauguration de l’usine d’éoliennes offshore d’Alstom à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) et l'ouverture des Assises de l'économie maritime à Nantes, le mardi 2 décembre étaient l'occasion pour Manuel Valls et à la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, de donner un coup d’accélérateur aux énergies marines renouvelables.




Manuel Valls, a également souligné l'importance de "la croissance bleue" à côté de la croissance verte. En juin 2015, un appel à manifestation d'intérêt pour des fermes pilotes d’éoliennes flottantes sera lancé, pour un budget de 150 millions d'euros.

DCNS et Alstom qui ont apprécié cette nouvelle annonce, se sont déjà mis en ordre de marche pour cette prochaine échéance.

Concernant le troisième appel d’offres attendu par les industriels, Manuel Valls a déclaré travailler "dans la concertation à l'identification de nouvelles zones propices". Celui-ci viendrait s'ajouter aux deux premiers, qui ont attribué la construction de six grands parcs offshore au large des côtes françaises.

Au total, l'appel à projets pour construire ces turbines sous-marines productrices d'électricité représente un investissement d’environ une centaine de millions d'euros.

Même si le coût élevé et le défi technique de l'immersion prolongée sont encore des obstacles à son développement à grande échelle, l'énergie hydrolienne reste une des nouvelles filières émergentes des énergies renouvelables.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

L'éolien en mer a du potentiel

Ajouté le 03/12/2014 - Auteur : jazz

Lors de la réunion du lundi 1er décembre, les industriels français se sont montrés confiants sur l'avenir éolien, malgré quelques récalcitrantes de la part de certains observateurs.

Areva, Alstom, EDF Energies Nouvelles, ils étaient tous réunis et représentés par le Syndicat des énergies renouvelables (SER), pour redire avant tout que l'éolien offshore est une énergie d'avenir, malgré de nombreux observateurs qui estiment que cette source de production d'électricité est beaucoup trop chère.


Cette intervention du SER survient à l’occasion de l’inauguration de l’usine d’Alstom, mardi 24 novembre, un moment industriel favorable, puisque le premier ministre Manuel Valls, était présent.

Le prix du mégawattheure (MWh) établi pour les deux premiers appels d'offres éolien offshore (au total 6000 mégawatts (MW)), tourne autour de 200 euros.

Le président du SER, Jean-Louis Bal reconnait qu'il s'agit d'un prix élevé, mais compare aussitôt avec le photovoltaïque, ou le prix variait autour de 300 euros le MWh, il y a quelques années, contre environ 100 euros, aujourd’hui.


Les industriels évoquent deux orientations capables de faire baisser les coûts de production d'électricité d'environ 20%, afin d'optimiser la rentabilité de la filière qui arrive à maturité :

- Des turbines plus puissantes à l’avenir
- Des délais de construction des sites en mer plus rapides

Troisième appel d'offres en mer

Pour le lancement d'un troisième appel d'offres au large des côtes françaises, en 2015, la filière d’EDF compte sur les pouvoirs publics, afin que les délais de procédures administratives soient diminués.

Les industriels français croient en cette filière en plein démarrage au niveau mondial, avec moins de 7000 MW installés, ils estiment que la France a encore largement le temps d’étudier de nouveaux projets éoliens.

Les industriels rappellent d’ailleurs le potentiel de l'Hexagone qui offre plusieurs milliers de kilomètres de côtes et 11 millions de mètres carrés d'espaces maritimes.

Pour finir, les acteurs se projettent même au niveau international, où ils y voient aussi de nombreux débouchés.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Réduire sa facture d’énergie

Ajouté le 01/12/2014 - Auteur : jazz

Selon le ministère de l’écologie, en 2013, la facture énergétique des ménages a encore grimpée de 6 %, par rapport à 2012.

Malgré l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence en 2007, moins d’un Français sur dix à osé changer de fournisseur.

Une opération pourtant très simple à réaliser et qui permet d’économiser jusqu’à 150 euros par an, en choisissant les formules moins chères, disponibles uniquement sur Internet.


Mais avant, il est nécessaire de bien comparer les tarifs proposés par les fournisseurs alternatifs Direct Energie, Planète OUI, ENI et de s’intéresser à l’évolution des tarifs réglementés du gaz et de l’électricité.

En plus des prix de l’énergie, il faut aussi vérifier celui de l’abonnement, qui peut varier du simple au double, et ne pas se laisser avoir par les promotions.

Si vous souscrivez un contrat chez nouveau fournisseur, la résiliation de votre ancien abonnement est automatique et vous conservez vos compteurs. Il suffit de lui fournir un relevé de consommation récent.

Le consommateur n’a aucune durée d’engagement, il peut changer à tout moment si l’offre ne lui convient plus et revenir aux tarifs réglementés sans pénalités et sans délai, à condition que sa consommation annuelle soit inférieure à certains seuils.


Rénovation énergétique

En parallèle, pour les propriétaires qui veulent diminuer leur factures, il est recommander de vérifier la qualité de l’isolation de leur foyer, car il existe un éventail d’aides destinées à rénover la résidence principale.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE), permet de déduire 30 % des dépenses de ses impôts pour des travaux de rénovation énergétique ou pour l’achat d’équipements permettant des économies d’énergie.

L’écoprêt à 0 %, permet à tout propriétaire d’emprunter jusqu’à 30 000 euros sans intérêts auprès des banques pour améliorer l’isolation de son logement construit avant 1990. Au moins deux sortes de travaux doivent être réalisées parmi une liste fixée par la loi (isolation des combles ou des murs extérieurs, changement des fenêtres…).

A partir du 1er janvier 2015, pour bénéficier de ces aides, il faudra faire appel à des professionnels labellisés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), recensés sur le site renovation-info-service.gouv.fr.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

La France et l’Allemagne peuvent montrer le chemin

Ajouté le 27/11/2014 - Auteur : jazz

La France et l’Allemagne peuvent ensemble orienter l’Europe dans la une capacité à réduire les émissions de carbone au plus bas coût possible.

L’Europe atteint actuellement ses objectifs de réduction des émissions de CO2, mais la légère croissance explique une grande partie de ces résultats.

Pour réduire durablement les émissions de carbone, il est necessaire que l’Europe renouvelle sérieusement sa stratégie et ses outils, mais le contexte économique n’y est pas favorable.


Cette nécessité se heurte donc à un contexte économique difficile et à une situation politique moins favorable aux ambitions européennes, depuis les dernières élections.

L’Observatoire du long terme, qui a analysé cette situation a pointé l’intérêt de développer « l’espace énergétique franco-allemand ». Malgré les visions différentes des deux pays sur certains sujets (nucléaire, charbon), ils devraient pouvoir coopérer davantage sur d'autres domaines de leurs systèmes énergétiques.

France et Allemagne peuvent travailler sur la capacité et la flexibilité, de leurs marchés, pour éviter les coupures. Ou créer un mécanisme d’incitation aux technologies comme le stockage ou l’efficacité énergétique, afin d’obtenir le prix le plus bas par tonne de CO2 évitée.


Les investissements dans les infrastructures pourraient aussi être mieux coordonnés, une coopération permet d’échanger des projets. Par exemple, un peu de solaire dans le sud de la France contre de l’éolien dans les régions venteuse d’Allemagne, permettrait d’avoir plus d’énergie renouvelable pour moins cher.

La coopération permettrait aussi la sécurisation des ressources, comme le gaz particulièrement avec la crise Russie/Ukraine, qui ne doit pas être oubliée.

C’est donc avant tout à la création d’un « espace énergétique commun », qu’ il faut penser.

Puisque que la France et l’Allemagne ne peuvent à eux seuls diminuer les émissions de carbone du monde entier, ces deux pays peuvent, ensemble, guider l’Europe dans le sens d’une plus grande « carbonefficacité », c’est-à-dire une capacité à réduire les émissions de carbone au plus bas coût possible grâce à la l’innovation et une plus grande efficacité de fonctionnement de leurs systèmes énergétiques.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

EDF: La feuille de route de Jean-Bernard Levy

Ajouté le 26/11/2014 - Auteur : jazz

Jean-Bernard Lévy le futur PDG d’ EDF a présenté mardi, ses projets pour l’entreprise devant les commissions des Affaires économiques du Sénat et de l'Assemblée. Il sera officiellement nommé ce mercredi.

À la veille de sa nomination en Conseil des ministres, le futur PDG d'EDF a évoqué en tête de liste de ses chantiers prioritaires, le rééquilibrage des tarifs réglementés de l’électricité afin d’améliorer la santé économique du groupe, en développant de nouveaux services énergétiques.


Jean-Bernard Lévy a déclaré lors d’une audition devant la commission des affaires économiques du Sénat : «A mes yeux, un rééquilibrage tarifaire s’impose».

La transition énergétique, est aussi au centre de sa feuille de route via le développement des services énergétiques.

Hausse des tarifs de l'électricité

Jean-Bernard Lévy a fait valoir la nécessité d'une hausse plus importante des tarifs réglementés de l'électricité, se référant à la dernière augmentation de 2,5% au début du mois de novembre.

Le futur PDG veut rattraper les retards préoccupants sur les trajectoires réelles des tarifs, comme celles qui avaient été convenues avec l’Etat. Ces écarts conduisent EDF à augmenter sans cesse sa dette", à laquelle le groupe recourt pour payer chaque année le dividende des actionnaires, dont l'Etat à hauteur de 84,5%.


La transition énergétique

EDF poursuivra par ailleurs son développement dans le cadre de la transition énergétique en se renforçant dans les énergies renouvelables et dans les services énergétiques, via sa filiale Dalkia, un marché dont la croissance annuelle moyenne est estimée de 5 à 10% en Europe.

Jean-Bernard Lévy a notamment insisté sur la rénovation de logements et la production décentralisée.

Côté Nucléaire

En matière nucléaire, le dirigeant s'est par ailleurs engagé à resserrer la coopération avec Areva et améliorer la conduite des grands chantiers nucléaires, à commencer par l'EPR de Flamanville, qui accumule les retards.

Sa mise en service a été reportée à 2017, ce qui devrait entraîner de nouveaux surcoûts par rapport au montant de 8,5 milliards d'euros déjà revu en hausse.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Payer son gaz moins cher avec UFC

Ajouté le 24/11/2014 - Auteur : jazz

Pour la deuxième année consécutive, UFC-Que Choisir lance la campagne ‘‘Gaz moins cher ensemble’’.

Après une première campagne couronnée de succès, Que Choisir propose à nouveau aux consommateurs de s’unir pour tirer les tarifs des fournisseurs vers le bas.

L’opération ‘‘Gaz moins cher ensemble’’ fonctionne sur un principe très simple : L’association UFC-que Choisir va démarcher l’ensemble des fournisseurs sur le marché du gaz en imposant que ceux-ci proposent un tarif inférieur de 12% à celui du tarif réglementé.


Dans le même temps, elle invite un maximum de personnes à s’inscrire jusqu’au 20 janvier au programme « Gaz moins cher ensemble » sur internet ou par téléphone, pour afficher leur volonté de vouloir changer de fournisseur, sans pour autant s’engager à signer le moindre contrat.

A compter de cette date, les participants seront invités à valider leur inscription, mais à la différence de l’année dernière, une participation aux frais de 10 € leur sera demandée. (5 € pour les adhérents ou abonnés de l’Association Que Choisir).

Une fois le fournisseur choisi par l’association, les personnes inscrites se voient proposer une offre de contrat d’un an, supposée leur permettre de diminuer leur facture de gaz de façon considérable.

Grâce à cette opération, l’année dernière les participants ont pu économiser 202 euros en moyenne sur leur facture annuelle de gaz.


Rappelons, que seul le fournisseur Lampiris, avait répondu à l'UFC, ce qui représente un joli pactole pour la société belge.

L’idée de cette action est avant tout de faire jouer la concurrence pour faire chuter les tarifs du gaz. En effet, malgré libéralisation du marché depuis 2007, GDF Suez reste très largement leader avec 85%, soit 10,6 millions de foyers français lui sont restés fidèles.

Cette initiative à pour but de rappeler aux consommateurs que des fournisseurs alternatifs existent, et bon nombre d’entre eux affichent des tarifs plus intéressants que leur principal concurrent.

De plus, changer de fournisseur est une opération très simple, puisque le nouveau fournisseur de gaz se chargera des démarches auprès de l’ancien.

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Trêve hivernale jusqu’au 31 mars 2015

Ajouté le 20/11/2014 - Auteur : jazz

Cette protection des consommateurs découle de l’adoption par le Parlement de la loi Brottes sur la transition énergétique et son décret d'application du 15 novembre 2013. Aucune coupure ne peut intervenir durant cette période.

La loi accordait initialement, une trêve hivernale des coupures pour l'électricité et le gaz pour tous les foyers à partir du 1er novembre jusqu'au 15 mars, mais étant donné que la loi Alur est venue la prolonger de 15 jours, GDF Suez et EDF ont accepté de poursuivre d'autant la trêve hivernale de l'énergie.


Cette loi accordait automatiquement pour 4 millions de ménages, des tarifs réduits pour le gaz et l'électricité dès l'hiver 2013.

Le 3 juin dernier, le médiateur national de l'énergie annonçait 1,6 millions de ménages bénéficiaires du tarif électricité et 650 000 du gaz, dans le rapport annuel et le bilan provisoire de la trêve hivernale de l'énergie 2013-2014, un objectif non atteint, alors rendez vous l'année prochaine.


Comment bénéficier de ces tarifs réduits pour le gaz et l’électricité ?

Il n’y a pas de démarche particulière à faire, les revenus du foyer sont directement identifiés par les organismes sociaux ou l'administration fiscale. Les ayants droits recevront un courrier et bénéficieront du tarif social dès que le fournisseur les aura identifiés.

Les tarifs sociaux existants sont :

• Le tarif de première nécessité (TPN) pour l'électricité correspondant à une réduction moyenne annuelle sur la facture d’environ 100 €.

• Le tarif spécial de solidarité (TSS) pour le gaz correspond à une réduction, variant entre 22 et 156 € par an.

Les nouveaux bénéficiaires ne seront pas pénalisés, les fournisseurs GDF Suez et EDF se sont engagés à appliquer rétroactivement les tarifs sociaux à compter du 1er novembre.

Si ces nouvelles mesures vous concerne et vous souhaitez avoir de plus amples informations, composez les numéros vert suivants :

• 0800 333 123 (pour l'électricité)
• 0800 333 124 (pour le gaz)

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

DIRECT ENERGIE Résultats exponentiels

Ajouté le 19/11/2014 - Auteur : jazz

Le chiffre d'affaires de l'énergéticien Direct Energie s’élève à 142 millions d’euros au 3ème trimestre 2014, soit une progression spectaculaire de 12.3%, selon un communiqué du troisième acteur français de l'électricité et du gaz.

Le fournisseur d’énergie confirme ses objectifs annuels avec une croissance de 5.8% depuis le début de l’année 2014, pour un CA total de 567.6 millions d’euros, malgré des conditions climatiques qui lui ont été défavorables.



La conquête de nouveaux clients est la principale raison de ce succès, avec 118 000 nouveaux sites clients (dont 88 000 en électricité et 30 000 en gaz), soit 294 000 depuis le 01/01/14.

Direct Energie comptabilise dorénavant 1,23 millions de sites clients.

Direct Energie espère conquérir 400.000 nouveaux sites clients, soit une prévision d’accroitre son CA de 7 à 10%, en fonction des conditions climatiques. Il table aussi sur le doublement de son résultat opérationnel courant.

Dans le cadre de la fin des tarifs réglementés en 2015 pour le gaz et 2016 pour l’électricité, Direct Energie se met au service de tous les professionnels : 800.000 clients professionnels (entreprises, copropriétés et collectivités) seront dans l'obligation de souscrire une offre de marché auprès du fournisseur de leur choix avant les dates butoirs.


Direct Energie accompagne depuis 10 ans les acheteurs publics et privés avec plus de 200.000 clients professionnels. Il compte parmi ses sites professionnels Bouygues Telecom, Allianz et des marchés publics comme le Syndicat d’Ile de France, du Calvados et les villes de Versailles ou de Roubaix...

Le fournisseur d’électricité et de gaz sera présent à tous les futurs évènements et expositions : au Salon de la copropriété, au Salon Usine et au Salon des Maires et des Collectivités Locales.

Les avantages de Direct Energie :

1) Des offres à prix fixe, la meilleure réponse à la hausse des tarifs,
2) Un service client « Une Référence Nationale ».

Comparez et changez vos fournisseurs d'énergie Direct Energie, Planète OUI, ENI, GDF Suez et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités