comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

Electricité : Tarifs bientôt en baisse de 10 % ?

Ajouté le 27/07/2015 - Auteur : jazz

La CSPE (contribution au service public de l'électricité) destinée aux énergies renouvelables, pourrait être modifiée à partir de septembre prochain mais étendue au gaz et aux carburants.

Ce qui induirait une baisse de la facture d'électricité pour les usagers mais une hausse du gaz et de l'essence, rapporte le Journal du Dimanche 26 juillet.


Selon le JDD, cette taxe , prélevée auprès des usagers, "pourrait être révisée à la rentrée prochaine, lors du projet de loi de finances pour 2016", ce qui pourrait faire diminuer la facture d'électricité d'environ 10%.

L'objectif étant d'élargir son champ aux énergies carbonées, comme le gaz et les carburants, alors que seule l'électricité est mise à contribution actuellement.

Deux options se présenteraient : "faire porter l'effort aux seuls consommateurs de gaz", une solution qui permettrait de faire baisser la facture d'électricité d'environ 4%", ou répartir cette taxe entre l’électricité, le gaz et les carburants, ce qui diminuerait d'environ 10% la facture d'électricité, mais augmenterait celles du gaz et de l’essence.



Hausse du tarif réglementé au 1er août

La CSPE, qui coûte 6 milliards d'euros par an et pèse pour environ 15% de la facture d'électricité des ménages et des entreprises, sert à couvrir les charges liées au rachat à un prix bonifié de l'électricité d'origine renouvelable mais aussi aux tarifs sociaux.

Comme elle augmente d'environ 2,5% par an, elle s'ajoute aux hausses régulières des tarifs. Selon le "Bilan énergétique de la France en 2014" publié vendredi, le prix de l'électricité a augmenté de près de 6% l'an dernier, alors que près d'un tiers des ménages utilisent cette énergie pour se chauffer.

Le gouvernement a prévu une hausse de 2,5% des tarifs réglementés d'électricité à partir du 1er août prochain, bien en dessous des 8% réclamés par le gendarme français de l'énergie pour assurer un rattrapage du manque à gagner d'EDF de 2012 et 2013.

Le statut de la CSPE mérite d'être éclairci, l'Etat étant visé par "15.000 contentieux" d'entreprises qui réclament le remboursement de cette taxe, au motif que "les aides accordées au énergies renouvelables n'ont pas été notifiées à Bruxelles.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

1 commentaire - Voir | Rédiger

EDF EN : Premier financement participatif

Ajouté le 23/07/2015 - Auteur : jazz

Le bouclage d’une campagne de financement participatif pour un futur parc éolien dans les Vosges a été annoncé lundi 20 juillet par EDF Energies nouvelles et la plateforme Lendosphere.

135.000 euros (pour un objectif de 100.000) ont été recueillis, suite à une opération qui s’est déroulée entre le 15 juin et le 16 juillet. Et cela grâce aux communes à côté desquels se situera ce parc de 20 mégawatts.


Cette somme est destinée à financer les études préalables à la construction du parc éolien du Bois de Belfays, dont la construction doit débuter en 2016.

EDF EN n’a pas évoqué le montant total de l’investissement que nécessitera la réalisation du parc, mais si on réfère aux investissements mobilisés sur des projets similaires en France, ce montant devrait s’élever à plusieurs millions d’euros.

EDF EN et Lendosphere ont tout de même souligné que les 198 personnes participantes, dont 40% résident dans les départements des Vosges et du Bas-Rhin, ont permit de récolter la moitié du montant.



Les prêteurs ne disposeront pas de participation au capital du projet, mais leur prêt sera rémunéré de 4% à 7% pour les habitants des communes dans lesquelles le parc sera implanté.

C’est une première opération pour EDF EN tandis que d’autres énergéticiens, comme ENGIE (ex-GDF Suez) ou bien Valorem ont déjà utilisé le financement participatif pour certains de leurs projets.

Des villes ou des collectivités de communes utilisent également cette solution pour développer des projets d’énergies renouvelables sur leur territoire.

Ce mécanisme évite des recours en justice d’associations ou de particuliers s’opposant au développement du projet. Il améliore donc l’acceptabilité des projets d’énergies renouvelables.

L’Etat a modifié la loi en créant le statut d'«intermédiaire en financement participatif» (IFP) qui permet, depuis le 1er octobre 2014, aux particuliers de participer financièrement à des projets par l’intermédiaire de plateformes internet comme Lendosphere.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

Engie investit dans Kiwi Power

Ajouté le 22/07/2015 - Auteur : jazz

L'énergéticien français Engie a annoncé lundi avoir investi, via son fonds Engie NewVentures, dans KiWi Power.

Kiwi power, start up créée en 2009, s’affiche comme le leader britannique des solutions de flexibilité électrique, qui permettent aux sites industriels, bâtiments tertiaires, etc., de mieux gérer leur consommation de courant.


Elle enregistre plus de 650 sites clients en Europe et dans le monde.

Cette opération permettra à l’énergéticien français de soutenir les projets de croissance de cette entreprise qui n’est toujours pas cotée, malgré son importante expertise en matière de solutions de flexibilité électrique, de gestion de l'énergie et de réseau intelligent, ce tant sur le marché britannique qu'à l'international.

ENGIE KiWi Power collaborent depuis 2014 pour développer l'offre des solutions de flexibilité électrique du groupe britannique auprès de l'importante clientèle internationale de l'ex-GDF Suez.

Cet investissement, permettra a Engie d’apporter de nouveaux services de gestion de l'énergie à ses clients internationaux.



La gestion flexible des consommations d'électricité, surtout via de l'effacement volontaire, permet aux sites concernés de diminuer leur demande en courant au moment de pics de tension sur le réseau électrique.

Cet effacement, permet de réaliser des économies d’énergie et d’être rémunéré directement si celle-ci n'est pas reportée à un autre moment.

Jouer sur la demande en cas de pic permet aussi d'éviter la mise en service de moyens de production de pointe, (gaz, charbon, etc.).

ENGIE dispose depuis 2014 d'un fonds d'investissement de plus de 100 millions d'euros réservé pour les entreprises qui ont déjà atteint une phase de développement avancé. Il intervient dans quatre secteurs prioritaires : la gestion de l'énergie ; les villes, territoires et mobilité; le confort domestique; et la production décentralisée et le stockage.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

L'électricité augmentera de 2,5% au 1 Aout

Ajouté le 20/07/2015 - Auteur : jazz

Le 1er août prochain, l'électricité va augmenter de 2,5%. Cette annonce a été faite jeudi 16 juillet par la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal.

Alors que la CRE a recommandé une revalorisation des tarifs comprise entre 3,5% et 8% au 1er août pour couvrir les frais d'EDF, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal a assuré que la hausse n’excédera 2,5% et que pour certains consommateurs, ce sera même 0%, notamment pour les petits commerçants et artisans.


Une hausse nettement inférieure à ce qui était réclamé par la Commission de régulation de l'énergie.



Hausses insuffisantes, rattrapages nécessaires

La hausse recommandée par la CRE fait suite à des rattrapages nécessaires, pour compenser l'insuffisance des hausses survenues depuis 2012, période durant laquelle l’opérateur historique EDF n'a pas bénéficié d'une fixation de prix fonction de ses coûts comptables.

Face à ces blocages mis en place par le gouvernement pour "préserver le pouvoir d'achat des consommateurs Français", EDF et ses concurrents qui souhaitent le "juste prix" ont effectué de nombreux recours devant le Conseil d’Etat.

En janvier 2015, la haute juridiction administrative a rappelé au gouvernement que les rattrapages réclamés n'avaient pas encore été complètement intégrés dans les tarifs.

Ségolène assure "Pas de rattrapage"

Le Conseil d’Etat a imposé ce rattrapage mais n'a cependant pas donné d'échéance au gouvernement pour se régulariser.

Il peut donc procéder à la hausse des tarifs en une ou plusieurs fois. "

On ne sera pas rattrapé par cette hausse, parce que j'ai pris un décret qui modifie le mode de calcul", a pourtant répété la ministre de l'Ecologie. En effet, depuis octobre dernier, une nouvelle méthode de calcul est entrée en vigueur.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

EDF : Les tarifs pourraient augmenter de 3,5 à 8%

Ajouté le 16/07/2015 - Auteur : jazz

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) réclame une augmentation des tarifs de l'électricité pour les particuliers et les petits professionnels français comprise entre 3,5% et 8 %, au 1er août, pour compenser l'insuffisance des hausses survenues depuis 2012.

Cette augmentation de 8%, liée à des rattrapages tarifaires au titre des années précédentes, affecterait les tarifs pendant un an.


Autre possibilité envisagée par le gendarme de l’électricité : une hausse des tarifs de 3,5%, étalée cette fois sur deux ans. Cette option permettrait de lisser l’effort pour les ménages français qui vont voir, dans tous les cas, leur facture d’électricité s’alourdir.

Les tarifs réglementés de l'électricité appliqués aux clients d'EDF, qui relèvent in fine d'une décision des ministres de l'Énergie et de l'Économie, baisseraient en revanche de 0,9% le 1er août si l'on exclut la prise en compte des retards restant à compenser au titre de 2012, 2013 et 2014.



Une hausse récente de 2,5%

Les interventions des pouvoirs publics pour bloquer ou limiter les hausses de tarifs se sont multipliées ces dernières années, de même que les recours juridiques des autres fournisseurs alternatifs qui réclament à l'inverse des augmentations garantissant la couverture des coûts de l'opérateur historique pour pouvoir le concurrencer.

L’adoption à compter du 1er novembre 2014 de la nouvelle méthode, dite « d’empilement », avait permis de limiter la hausse des tarifs à 2,5 % à cette date.

Alors que dans l’ancienne méthode il s’agissait de couvrir les coûts comptables d'EDF, cette nouvelle formule de calcul qui prend en compte les prix du marché de gros, et pas seulement l'évolution des coûts du groupe, alors que l'Etat avait dans un premier temps prévu une hausse de 5% en août.

Le PDG d'EDF favorable à des "hausses régulières et modérées"

PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, a régulièrement plaidé ces derniers mois en faveur de hausses "régulières et modérées" des tarifs de l'électricité en France afin de financer les investissements du groupe, confronté à d'importants travaux pour prolonger la durée de vie de son parc nucléaire.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

EDF : Terminal de Dunkerque bientôt prêt

Ajouté le 15/07/2015 - Auteur : jazz

En construction depuis 2011, le terminal GNL de Dunkerque, achevé à 93%, devrait être prêt fin 2015, comme prévu et respectera le budget de 1 milliard d'euros.

Ce terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) est le deuxième plus important chantier industriel d'EDF en cours en France, avec trois réservoirs d'une capacité de 190.000 m3, après celui du réacteur nucléaire EPR de Flamanville.


« Deux mois d’essais avant la mise en service »

A partir de mi-août l'inondation du tunnel, aura lieu avec de l'eau tiède rejetée par la centrale nucléaire de Gravelines, située à proximité, pour réchauffer le GNL, qui arrive à -160°, et ainsi le faire repasser à l'état gazeux.

Un procédé unique qui évitera de brûler du gaz mais qui a énormément compliqué le chantier.

Fin octobre, le premier méthanier accostera et après deux mois de tests viendra la mise en service opérationnelle.



« Des surcapacités à court terme »

Si à long terme le marché du gaz naturel liquéfié (GNL) a des perspectives de croissance de 4% par an en moyenne d'ici à 2025, contre 2% pour le gaz en général, à court terme, il est en surcapacité en Europe.

Ces dernières années, la croissance chinoise et la suspension du nucléaire au Japon après Fukushima ont tiré la demande et augmenté les prix en Asie, incitant les méthaniers à desservir plutôt ce marché.

De plus, l'Europe compte déjà 23 terminaux méthaniers, dont trois dans l’hexagone, propriété d'Elengy, filiale d'ENGIE (ex-GDF Suez).

Sur les 13 milliards de m3 par an de capacité de Dunkerque LNG (soit environ 20% de la consommation française de gaz naturel), l’opérateur historique en a déjà réservé 8 milliards et Total 2 milliards, grâce a des contrats sur 20 ans ; Le reste devra trouver preneur sur le marché.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

Les produits favoris des français

Ajouté le 13/07/2015 - Auteur : jazz

De nombreux français, envisagent d’améliorer les performances énergétiques de leur logement face à la montée des prix de l’énergie.

Mais quelles sont les solutions préférées ?


Le poêle à bois

Le poêle à bois est la solution préférée des français.

Deux raisons peuvent expliquer la popularité de ce produit.

La première est économique, puisque le bois est très peu cher.

On peut aussi supposer que la chaleur du feu de bois est aussi très appréciée des français pour des raisons de tradition.

Vous pouvez financer vos travaux de rénovation énergétique grâce aux aides de l’État.

PAC Air-Air

La pompe à chaleur air-air est la deuxième solution des équipements les plus demandés par les français.

Ce choix est très compréhensif, puisque la PAC Air-Air utilise les calories de l’air vicié intérieur pour restituer de l’air à la température souhaitée.

Très adaptable, cet équipement rempli plusieurs fonctions, comme :

- Assainir l’air intérieur tout en adaptant la température,
- Servir de chauffage en hiver et de climatisation en été, ce qui diminue d’autant la durée de rentabilisation.



Isolation des murs et des combles

Rien ne sert d’avoir des équipements performants si le logement est une « passoire thermique.

Les français sont très nombreux à vouloir faire isoler les murs et les combles de leur maison.

En effet, les combles d’une maison mal isolés sont comme une casserole mal couverte, dans laquelle son contenu sera plus long à réchauffer.

Une bonne isolation peut vous permettre de réaliser jusqu’à 80 % d’économies sur vos factures d’énergie.

PAC Air-Eau

Ces pompes à chaleur utilisent les calories de l’air pour chauffer l’eau de votre circuit de chauffage et de votre circuit d’eau chaude.

Ces équipements sont simples, car ils ne nécessitent pas de forage.

Pour l’installation, il faut avoir un endroit pour installer l’unité extérieure.

Grâce à la performance des PAC Air-Eau, vos factures de chauffage peuvent être divisées par 3.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

L'Élysée se penche de nouveau sur Areva

Ajouté le 09/07/2015 - Auteur : jazz

Lors du conseil de politique nucléaire (CPN) qui a eu lieu mercredi à l'Élysée, les négociations autour du plan de sauvetage d'Areva ont été intenses.

Rappelons, que l’Etat français avait validé début juin le projet, selon lequel EDF deviendrait l'actionnaire majoritaire d'Areva NP.

Il ne reste, désormais, plus que jusqu’à la fin du mois de juillet, pour que les principes de l'opération soient finalisés et les choses clarifiées.


Cependant, entre EDF et Areva, les négociations sont encore serrées au niveau de la valorisation d'Areva NP, l’activité réacteurs dont le fournisseur historique doit prendre le contrôle majoritaire, ainsi que sur les sujets juridiques et les contrats commerciaux dans l'enrichissement de combustible et le retraitement.

Crainte d’une perte de chiffre d’affaires

Un rapport sur la filière nucléaire a été remit, en marge de ces discussions, par les députés Marc Goua (PS) et Hervé Mariton (LR) ; celui-ci souligne que le «modèle intégré d'Areva n'a pas fait ses preuves» et valide l'option retenue par l'exécutif de scission de l'activité réacteurs.

Les deux députés craignent que "les exploitants et ensembliers concurrents d'EDF hésitent à renforcer le carnet de commandes du nouvel Areva NP, qui deviendrait théoriquement concurrent de ses propres clients".

Un risque toutefois mesuré car la structuration actuelle du marché du nucléaire "réduit le nombre de concurrents susceptibles d'être affectés".



Ouvrir le capital d'Areva à des investisseurs étrangers

Les deux députés estiment en outre qu'il convient "de ne pas précipiter une décision au nom d'impératifs financiers de court terme sans tenir compte des objectifs de long terme qui doivent guider la politique énergétique française".

Ils prônent aussi une nouvelle ouverture du capital d'Areva à des investisseurs étrangers, notamment chinois, et jugent qu'un désengagement total du groupe des énergies renouvelables "doit être envisagé".

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

Bon début d’année pour l’éolien en France

Ajouté le 08/07/2015 - Auteur : jazz

Les professionnels du secteur espèrent que le rebond de l’éolien en France marqué au premier semestre 2015, permettra à la loi sur la transition énergétique et de la COP 21 de recevoir un cadre plus favorable à l’éolien.

Le premier semestre 2015 confirme le rebond de l’énergie éolienne en France, avec 523 mégawatts ajoutés au parc français, soit une puissance totale installée de 9.713 MW.


Il table sur la réalisation de l’objectif de 1.200 MW installés dans l’hexagone cette année (+15 % de croissance), contre 1.042 MW en 2014 et 632 MW en 2013.

Le secteur attend désormais le troisième appel d’offres d’éolien en mer, ainsi qu’un appel à projets portant sur le développement de fermes éoliennes flottantes en mer.

La FFE souhaite encore accélérer et se fixe désormais un objectif ambitieux de 40 GW d’éolien terrestre, 15 GW d’éolien offshore « posé » et 6 GW de « flottant » à l’horizon 2030.



« Déverrouiller les blocages »

Les professionnels de la filière souhaitent accélérer le développement de l’éolien retirant certains obstacles qui entravent selon eux la réalisation des objectifs fixés par le grenelle de l’environnement pour 2020, comme la difficile cohabitation avec l’armée française.

Le projet de loi actuellement débattu à l’assemblé sur la transition énergétique pour la croissance verte tout comme la COP 21 à venir est l’occasion pour eux de présenter leurs propositions comme par exemple :

- La réduction du temps de raccordement des nouvelles installation à 18 mois,
- La limitation du nombre de recours devant la justice lors de la mise en place de nouvelles infrastructures,
- La généralisation d’une autorisation unique sur le modèle du permis de construire.

Les professionnels du secteur sont également très attentifs à la nouvelle formule de calcul du prix de rachat de l’électricité éolienne en élaboration à l’assemblée.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

ENERGIE : L’ouverture du marché encore méconnue

Ajouté le 06/07/2015 - Auteur : jazz

Un Français sur deux ignore qu'il peut changer de fournisseur d'énergie.

Selon une analyse, réalisée sur la libéralisation des marchés de l’énergie entre 2007 et 2015, huit ans après l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, seulement 50 % des Français savent qu’ils peuvent choisir un nouveau fournisseur.

Ainsi, au 1er mars 2015, 90 % des particuliers étaient toujours fidèles aux tarifs réglementés d'EDF et 65 % des sites résidentiels restaient engagés aux tarifs réglementés d'ENGIE (ex-GDF Suez) pour le gaz.


Pourtant, certains fournisseurs alternatifs proposent certaines offres à prix libres, 5 à 10 % moins chères, que celles des fournisseurs historiques.

Cette inertie est surprenante, car, selon l’étude, 54 % des Français estiment que leur facture d'énergie représente une part de dépense « trop importante » et 71 % d’entre eux reconnaissent que la disparition des monopoles de l'énergie est plutôt une bonne chose.



Elle serait principalement due au manque d’information diffusée auprès des consommateurs.

Toujours d’après l’analyse, seulement 50 % des Français savent qu’ils peuvent changer de nouveau fournisseur d’électricité, et 54 % d'entre eux pour le gaz.

Autrement dit, une bonne minorité de la population en France est encore convaincue que la fourniture en gaz ou en électricité passe obligatoirement par les fournisseurs historiques GDF (nouveau ENGIE) ou EDF.

A cet effet, la Commission de régulation de l’énergie (CRE), a récemment envisagé des nouvelles campagnes de communication, afin de favoriser une meilleure information du public et une ouverture accrue à la concurrence.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités