comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

Bientôt la coupure de Gaz pour les retardataires

Ajouté le 17/09/2015 - Auteur : jazz

1200 clients professionnels n'ont toujours pas migré vers une offre de marché alors qu'ils n'ont plus droit aux tarifs réglementés. Leur alimentation en gaz naturel pourrait être stoppée dès le 1 er octobre, rapporte la Commission de régulation de l'énergie (CRE).


Ces clients devaient quitter les tarifs réglementés du gaz et choisir une offre de marché avant le 30 juin dans un premier temps, puis le délai a été prolongé au 30 septembre et malgré une majoration de 20% du prix de vente, ils ne l'ont toujours pas fait.

Le régulateur avait passé un accord avec le gestionnaire du réseau GrDF, concernant cette majoration, afin d’inciter les retardataires à choisir les offres de marché proposées par Engie (ex-GDF Suez) et ses concurrents Direct Energie, Eni, proxelia, etc.

Ces retardataires risquent donc une coupure d'alimentation en application de la loi sur la consommation du 17 mars 2014 (loi Hamon) qui a supprimé depuis le 31 décembre 2014, les tarifs réglementés pour les consommateurs dont le niveau de consommation est supérieur à 200 MWh/an".



Bientôt, les gros clients non résidentiels

Cette loi européenne organise la disparition progressive des tarifs réglementés pratiqués par les anciens monopoles français - ENGIE pour le gaz, EDF pour l'électricité - afin d’inciter davantage la concurrence dans le secteur de l'énergie.

Pour le gaz, après une première étape le 19 juin 2014 qui ne concernait que les très gros consommateurs, ces tarifs ont disparu depuis le 1er janvier pour toutes les entreprises, les établissements publics et les syndicats de copropriété (200 mégawattheures (MWh) par an), avec une "offre de transition" jusqu'au 30 juin, qui a donc été prolongée jusqu'au 30 septembre.

Le 1er janvier 2016, ceux sont tous les clients non résidentiels (petits artisans, petits commerces, etc), dont la consommation dépasse 30 MWh par an ou plus de 150 MWh pour les copropriétés, qui devront avoir souscrit à une offre de marché.

Côté électricité, une seule échéance : les tarifs réglementés pour l'ensemble des clients professionnels ayant souscrit un contrat d'une puissance supérieure à 36 kVA ( tarifs jaunes et verts) disparaîtront le 31 décembre 2015.

N'hésitez pas à comparer les offres vertes des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF.

Hausse de la consommation d'électricité cet été

Ajouté le 16/09/2015 - Auteur : jazz

L’été particulièrement chaud a poussé les Français à recourir davantage à la climatisation, et donc à consommer plus d’électricité en juillet et août, mais la canicule a aussi fait baisser la production hydraulique, rapporte RTE.

Marqué par deux vagues successives de chaleur en juillet et par un mois d'août plus doux, l'été 2015, a été le deuxième plus chaud enregistré par météo France, après celui de 2003.


Résultat : les ménages Français ont davantage utilisé les systèmes de climatisation, engendrant une légère hausse de la consommation d'électricité.

En comparaison des mois de juillet et août 2014, la consommation française d'électricité a augmenté de + 2% en Juillet et + 1 % en Août soit respectivement 34,6 térawattheures (TWh) et 31,3 TWh.

Dans les régions, Rhône-Alpes, PACA et Midi-Pyrénées où les températures ont été particulièrement élevées, des hausses jusqu'à 25% par rapport à l'été 2014, ont été enregistrées.

Côté grande industrie, la consommation a continué sa progression, alors que celle des PMI/PME et des particuliers s'est rétablie.



La production d’électricité, a quant à elle, atteint 41,7 TWh en juillet et 38,9 TWh en août. Le nucléaire s’affiche comme la première source de production électrique du pays avec 79,9% du total en juillet et même 82% en août, "soit la part la plus élevée, depuis sept ans", souligne RTE.

En revanche, la sécheresse entraînée par la canicule a fait chuter de 30% la production hydraulique sur chacun des deux mois, à respectivement 4 et 3,4 TWh.

Par ailleurs, la canicule a engendré des points de consommation en juillet, ce qui a provoqué un recours accru aux centrales thermiques à combustible fossile, « Leur production est supérieure à celle observée en mai et en juin » a encore précisé la filiale autonome d'EDF.

La production éolienne et solaire a elle aussi augmenté par rapport à la même période 2014 grâce à des conditions climatiques favorables et à la progression du parc installé.

Le parc éolien français vient de franchir le palier des 10 GW (10 gigawatts ou 10.000 MW) raccordés, au réseau électrique soit l'équivalent de la population de la région Ile-de-France.

N'hésitez pas à comparer les offres vertes des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF.

L'éolien en progression en France

Ajouté le 14/09/2015 - Auteur : jazz

Le parc éolien français a franchi le cap des 10.000 mégawatts raccordés, au réseau électrique soit l'équivalent de la population de la région Ile-de-France. L'objectif est fixé à près du double en 2020.

Les 10 000 MW éoliens raccordés au réseau électrique Français témoignent de l’engagement du gouvernement en faveur d’une énergie en pleine croissance, compétitive, au service de l’investissement et de l’emploi et en mesure de lutter contre le dérèglement climatique.


Pour le syndicat des énergies renouvelables (SER) qui regroupe 370 industriels (et plus de 75 000 emplois) issus de l’ensemble des filières énergies renouvelables : biomasse, bois, biogaz, éolien, énergies marines, géothermie, hydroélectricité, solaire photovoltaïque, solaire thermique et thermodynamique, ce secteur pourrait encore mieux se porter si les mesures de simplification administrative, juridique et la sécurisation du tarif d'achat de l'éolien étaient poursuivies.

En effet, en 2014, un peu plus de 1 000 mégawatts ont pu être raccordés au réseau français, c’est quatre fois moins que la progression annuelle du parc éolien Outre-Rhin.



Pour atteindre l'objectif de 19 000 mégawatts, en 2020, fixé par le gouvernement Français, les industriels du secteur proposent de dispenser les parcs éoliens des formalités liées à l'urbanisme.

En attendant le déploiement continue avec l’inauguration, vendredi dernier, par Ségolène Royale, du plus grand parc éolien de l’Aube, et aussi le troisième plus important de France, baptisé « Seine Rive-Gauche Nord » (SRN).

Ses 30 turbines de 100 mètres de haut développent depuis sa mise en service industriel, il y a quelques mois, une puissance totale de 75 MW.

La production annuelle de ses quatre champs est estimée à environ 183.000 MWh, soit l'alimentation hors chauffage de quelque 95.000 personnes (50 000 foyers).

SRN s'ajoute aux 86 autres parcs que compte aujourd'hui la Champagne-Ardenne, toujours première région française pour l'éolien.

N'hésitez pas à comparer les offres vertes des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF.

Comment baisser sa facture d'électricité ?

Ajouté le 10/09/2015 - Auteur : jazz

Selon une étude du CNRS publiée le 22 août 2015, le fait de fournir à des ménages une information sur leur consommation électrique en temps réel, inciterait spontanément à réduire la consommation de 20%.

Pour réaliser l’expérience, les chercheurs ont séparé les ménages en trois groupes :


- Les premiers ont dû installer un boitier sur leur compteur électrique, relié à une passerelle internet. Ils ont pu bénéficier pendant un an d'une information sur leurs consommations en temps réel pour l'ensemble de leurs logements.

- Le second groupe a reçu en plus un couple de "capteurs nomades" à brancher sur les prises de leur choix dans leur logement, afin de mesurer la consommation des appareils électrique, de leur choix.

- Le troisième groupe, n'a lui reçu aucun matériel, de manière à faire office de groupe témoin.

Les participants pouvaient suivre les résultats de leurs expériences en temps réel sur une plateforme en ligne.



Résultat sans appel

L’expérience a montré que le 1er groupe qui bénéficiait d’informations sur la consommation électrique de son logement avait diminué sa consommation électrique de 22,2%.

Quant au second groupe qui a profité en plus des capteurs nomades, il a, lui, réduit sa consommation de 23,3%.

Car plus le niveau d'information est important, plus les consommateurs adoptent un comportement énergétique responsable, comme par exemple :

- éteindre les lumières inutiles,

- utiliser des ampoules de basse consommation,

- diminuer la température de quelques degrés,

- débrancher certains appareils pour éviter la consommation de veille...).

Mais cette étude a révélé un élément étonnant : le groupe témoin, pourtant équipé d'aucun appareil, a tout de même réduit sa consommation d'environ 13% !

Le simple fait de reporter régulièrement les chiffres figurant sur leur compteur, a mit les ménages dans une dynamique qui leur a permit de réduire leur consommation.

Vous aussi, vous pouvez alléger vos factures d'électricité, en vous équipant d’appareils qui permettent de surveiller de très près votre consommation électrique.

Changer de fournisseur peut aussi vous faire gagner quelques euros, alors n'hésitez pas à comparer les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF.

Payez vos consommations d’énergie au meilleur prix

Ajouté le 09/09/2015 - Auteur : jazz

Faut-il rester au tarif réglementé malgré les hausses du prix de l’électricité et du gaz, ou au contraire opter pour une offre à prix de marché chez un autre fournisseur ?

Hormis les tarifs réglementés d’électricité proposés par EDF ou ceux du gaz par Engie (ex GDF Suez), une vingtaine d’offres au prix de marché sont désormais commercialisées pour le gaz chez 7 fournisseurs différents.


ENGIE (ex GDF Suez), par exemple, vend le gaz au tarif réglementé mais propose aussi de nombreuses autres offres ; EDF, l’électricien historique, quant à lui propose un contrat gaz.

Côté fournisseurs, le choix est encore plus large en électricité avec 9 acteurs sur le marché, mais à l’exception de Engie et Direct Energie, les fournisseurs alternatifs et l’opérateur historique EDF s’en tiennent à une seule offre ou deux maximums.

Il est essentiel de bien comparer les offres d’énergie car un fournisseur peut être très compétitif sur les petites consommations, mais pas sur les consommations importantes, c’est le cas, par exemple, de Proxelia sur l’électricité.



Par ailleurs, d’autres offres sont plutôt intéressantes pour les grosses consommations et pas du tout pour les petits abonnements, c’est le cas des offres DolcePrimo ou e-Dolce d'ENGIE (exGdf-Suez), pour l’électricité.

C’est par contre plus compliqué pour le gaz, pour lequel la plupart des fournisseurs se calent sur les zones du tarif réglementé pour leurs offres en prix de marché, mais Engie EDF, et Alterna ont préféré créer leur propre découpage maison.

Il est recommandé de privilégier les offres compétitives à prix fixe plutôt qu’à prix indexé.

Malgré la hausse de 0,2 % à 0,5 % du tarif réglementé ce 1er septembre, le prix du gaz reste très bas ce mois.

Souscrire à une offre compétitive met à l’abri des futures hausses.

Concernant l’électricité qui a augmenté de 2,5% cet été, la tendance de fond est à la hausse, souscrire une offre à prix fixe met à l’abri de la prochaine augmentation.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

Les tarifs du gaz baisseront de 1,5% le 1 octobre

Ajouté le 07/09/2015 - Auteur : jazz

Après une légère hausse à la rentrée, les tarifs réglementés du gaz se replieront au début de l'automne. La baisse appliquée par le fournisseur historique Engie (ex GDF-Suez), à près de 7 millions de foyers français, sera en moyenne de 1,5% au 1 er octobre.

Choisis par environ 65% de consommateurs, les tarifs réglementés hors taxes du gaz en France avaient augmenté en moyenne de 0,5 % au 1er septembre, en raison d’une hausse de coûts d'approvisionnement.


Depuis le début de l'année, les prix suivent une tendance baissière. Ils profitent en particulier de la chute des cours du pétrole, sur lesquels les prix réglementés sont pour partie indexés.

Afin de mieux lisser les éventuelles variations, les prix du gaz sont recalculés dorénavant tous les mois et non plus tous les trimestres comme auparavant.

Ce nouveau mode de fonctionnement a été instauré en 2013. La loi stipule que les coûts d'approvisionnement d'ENGIE soient entièrement répercutés.

Sur le marché du gaz pour les particuliers, environ 65% des foyers ont choisi les tarifs règlementés tandis que 35% ont opté pour une offre de marché chez ENGIE (ex GDF-Suez) ou un fournisseur concurrent.



La tendance n'est pas la même pour le non résidentiel (moins de 30 MWh par an), où 70% des clients ont opté pour une offre de marché proposée par l'opérateur historique ENGIE (ex GDF-Suez) ou un de ses concurrents.

La concurrence s'est donc largement plus développée sur le marché des professionnels qui n'ont désormais plus le choix puisque les tarifs réglementés pour les entreprises ont disparu progressivement selon leurs volumes de consommation.

A partir du 1er janvier 2016, tous les clients non résidentiels, soit environ 60 000 sites (privés et publics), devront avoir souscrit à une offre de marché.

Le fournisseur historique Engie fournira à partir du 1er octobre en gaz naturel plus de 5.000 sites publics (ministères, établissements scolaires, musées, etc.), qui quitteront ainsi les tarifs réglementés.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

Diminuer sa consommation d'énergie

Ajouté le 03/09/2015 - Auteur : jazz

Pour inciter les ménages à réduire leur consommation d'électricité et de gaz, l'Etat a mit en place un dispositif incitatif.

Adoptée le 15 avril 2013, la loi Brottes institue une tarification progressive de l'énergie, dans l'objectif de responsabiliser chaque ménage. Elle va avoir des conséquences majeures pour l'ensemble des foyers français.


Selon l’INSEE, les dépenses d'énergie liées au logement et au transport représentent 8,4% de la consommation des ménages français. Chaque année, le montant des dépenses énergétiques des ménages français atteint les 2.300 euros.

La nouvelle réforme est entrée en vigueur le 1er janvier 2015 et instaure un bonus-malus sur les consommations domestiques d'énergies de réseau (électricité, gaz naturel, chaleur en réseau).

Cette réforme impactera pour la première fois les consommations de 2016, mais sa mise en place étant particulièrement importante, un report n'est donc pas à exclure.



LA LOI POURSUIT DEUX OBJECTIFS :

La transition énergétique :

Celle-ci ne se fait pas sans une diminution de l'énergie consommée par les usagers, ce qui passe par un changement de leur comportement et par une isolation des logements, notamment afin d'optimiser le chauffage.

En instituant des tarifs progressifs de l'énergie, la loi incite fortement les ménages à consommer moins, puisque le contraire leur reviendra plus cher.


La hausse inévitable des prix de l'énergie :

La tension sur les marchés d'hydrocarbures, l'accroissement des coûts du nucléaire, sont des raisons pour laisser penser que les prix de l'énergie vont augmenter.

Afin d’éviter que tous les ménages paient l'énergie au même tarif, quels que soient leurs besoins, la réforme instaure un nouveau système de tarification.

Rappelons que la loi sur la transition énergétique du 17 août 2015 comporte aussi des mesures pour diminuer la consommation d'énergie des logements, et la création d'un chèque énergie pour aider les plus modestes à payer leur facture d'énergie.

Pour connaitre les conditions d'application de ces dispositifs, il faudra attendre la publication des décrets.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

Le gouvernement ne doit pas passer avant la CRE

Ajouté le 02/09/2015 - Auteur : jazz

En refusant de suivre les recommandations de la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), la ministre du Développement durable, de l’Écologie et de l’Énergie, Ségolène Royal fait passer l'intérêt politique immédiat avant l'application de la loi.

Ségolène Royal a contesté le rapport de la CRE daté du 15 juillet 2015 et a refusé de suivre les préconisations de la Commission, sur la nécessité d’augmenter les tarifs réglementés d’électricité pour rattraper le retard accumulé depuis 2012.


La forte influence de la CRE ne suffit pas, pourtant il reste le seul organisme à disposer des compétences techniques nécessaires à l’interprétation de la loi pour proposer les évolutions des tarifs réglementés de l’électricité.

Si l’autorité administrative indépendante a finalement validé l’étalement du rattrapage sur trois ans pour les tarifs bleus (petits consommateurs), elle s’est fermement opposée à l’option retenue par le gouvernement concernant les tarifs jaunes et verts pour les entreprises.

Il est malheureusement devenu une habitude pour les gouvernements successifs de négliger l’avis de la CRE lorsque celui-ci différait de leur intérêt politique immédiat.



On remarque que le pouvoir politique, écrit lui-même la loi, mais cherche régulièrement un moyen de passer à travers à son application !

Or, les ministres compétents sont astreints à l’obligation de répercuter les fluctuations des coûts moyens de l’électricité distribuée par le fournisseur historique EDF et doivent s’assurer que ces tarifs convergent vers les coûts de fourniture de l’électricité distribuée à un prix de marché.

Une situation qui devient urgente puisque les tarifs jaune et vert disparaîtront le 31 décembre 2015.

Il est temps d’avertir les usagers professionnels sur leur possibilité à basculer en offre à prix de marché, dont les prix sont largement plus attractifs que les tarifs réglementés pour la quasi-totalité des comparateurs et des sites de consommation.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

Gaz : Augmentation en septembre 2015

Ajouté le 31/08/2015 - Auteur : jazz

La facture de gaz sera plus salée en septembre 2015. La commission de régulation de l’énergie (CRE) vient d’annoncer que dès le 1er du mois, les tarifs réglementés hors taxes d'Engie (ex GDF Suez) vont augmenter en moyenne de 0,5% en France, en raison d'une hausse de coûts d'approvisionnement.


En tout sept millions de ménages français sont concernés. Les tarifs augmenteront de 0,2% pour les foyers qui utilisent le gaz uniquement pour cuisiner, de 0,3 % pour les ménages qui en font un double usage cuisson et alimentation d’eau chaude, et de 0,5 % pour ceux qui chauffent leur logement au gaz.

Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), cette augmentation s'explique par la hausse des coûts d'approvisionnement du fournisseur, liée à la légère hausse des prix de l'indice mensuel du prix du gaz sur le marché de gros des Pays-Bas (principal indice de la formule tarifaire)".



En effet, les tarifs réglementés, appliqués par ENGIE (ex-GDF Suez), sont revus désormais tous les mois et varient en fonction de l'évolution des coûts d'approvisionnement, et une fois par an en fonction des coûts de transport, de distribution et de stockage ainsi que des coûts commerciaux de l’opérateur.

Les tarifs réglementés, appliqués par le fournisseur historique ENGIE (ex-GDF Suez ), étaient restés stables en août, et avaient baissé de 1,3% en juillet.

Selon la CRE, les tarifs réglementés de vente de gaz ont baissé en moyenne de 6,5% depuis le 1er janvier 2015.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

GAZ : Pas d’augmentation au 1er AOÛT

Ajouté le 29/07/2015 - Auteur : jazz

Pas de mauvaise surprise avant les vacances. La Commission de régulation de l’énergie (CRE), a annoncé que les tarifs réglementés du gaz, appliqués par ENGIE (ex-GDF Suez) à près de 7 millions de foyers français, resteront stables (hors taxes) au 1er août.

Quel soit utilisation : chauffage, eau chaude ou cuisson, le gaz restera donc au même prix pour les 7 millions de foyers de particuliers ayant souscrit une offre alignée sur les tarifs réglementés d’Engie.


Malgré une hausse au 1er janvier 2015 (+1,8%), les prix du gaz ont reculé régulièrement depuis le début de l'année.

Alors qu'ils étaient auparavant révisés tous les trimestres, ils sont maintenant recalculés chaque mois et indexés en partie sur le cours du pétrole, mais aussi, depuis début juillet, sur celui du gaz.

La chute du brut de ces derniers mois a donc entraîné dans son sillage les tarifs.

Depuis le 1er janvier 2015, les tarifs ont diminué en moyenne de 7 %, précise la CRE, dans sa délibération publiée dimanche 26 juillet au Journal officiel.



PRIX DE GROS

Ces tarifs révisés mensuellement, constituent un prix de détail qui ne comprend pas encore les différentes taxes, mais inclut les coûts d’approvisionnement d'ENGIE.

Depuis juin dernier, la mode de calcul des tarifs réglementés a été modifiée pour prendre davantage en compte les prix de gros du gaz.

Dans l’hexagone, 10,6 millions de foyers sont abonnés au gaz parmi lesquels 6,8 millions ont souscrit à une offre soumise aux tarifs réglementés. A l'inverse, 3,7 millions de clients ont préféré opter pour des contrats à prix libres auprès d'Engie ou d'un autre fournisseur alternatifs comme Direct Energie ou l'italien Eni par exemple.

Comparez les offres des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF et choisissez celle qui vous convient le mieux.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités