comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

Prix du gaz : Baisse prévue en Décembre et Janvier

Ajouté le 04/11/2015 - Auteur : jazz

Les tarifs réglementés du gaz appliqués par ENGIE (ex-GDF Suez) devraient diminuer en moyenne de 1,25% au 1er décembre. Une autre baisse, inférieure à 1%, est prévue au 1er janvier.


Près de 7 millions de ménages concernés

Depuis le mois de janvier 2015, les tarifs réglementés du gaz ont enregistré une baisse de 8%, en moyenne.

Si ces baisses sont confirmées, elles s’ajouteront aux 8% de recul déjà enregistré des tarifs réglementés du gaz, depuis le 1er janvier.

Au 1 er novembre, les tarifs du gaz ont baissé de 0,8 % en moyenne, une évolution qui s’applique aux 7 millions de ménages concernés, selon l’utilisation qu’ils en font (cuisson et chauffage, ou bien seulement cuisson ou chauffage).

Certes, ces mouvements sont modestes mais ils témoignent d'une véritable tendance à la baisse des prix du gaz, ce qui permet à cette énergie de mettre en avant sa compétitivité pour les ménages.

Une telle situation ne s'est jamais produite : il est vrai que les prix du gaz sont indexés pour une part sur les prix du pétrole, qui ont dégringolé de près de moitié en un an et demi.


Depuis l'année 2013, les tarifs du gaz, sont révisés tous les mois, et non plus tous les trimestres comme auparavant.

Ce changement de rythme décidé par le ministre de l’Energie, visait à mieux lisser les éventuelles variations tarifaires à forte amplitude.

La baisse de 1,25% des tarifs réglementés qui sera appliquée le 1er décembre ne concerne que les particuliers. Pour les professionnelles (entreprises, grands groupes, PME ou artisans), les tarifs réglementés ont disparu progressivement.

Le mouvement a été amorcé à l'été 2014 avec d'abord les gros consommateurs de gaz. Il concerne désormais les petits consommateurs professionnels, tous obligés de souscrire une offre de marché, chez ENGIE ou chez un fournisseur alternatifs, Depuis que le marché français du gaz a été ouvert à la concurrence, en 2007, les particuliers peuvent aussi choisir entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole et les prix de marché, fixés par Engie et ses concurrents, Direct Energie, Planète OUI, ENI ou même EDF.

2 commentaires - Voir | Rédiger

CSPE va encore augmenter en 2016

Ajouté le 02/11/2015 - Auteur : jazz

La Commission de régulation de l'énergie a préconisé une augmentation d’environ 40% en 2016 du montant de la CSPE, une taxe qui figure discrètement sur votre facture EDF, servant à financer la filière des énergies renouvelables.

Dans un rapport publié jeudi, le régulateur français de l'énergie estime que la CSPE devrait être revalorisée l'année prochaine de 38,7%, de 19,5 à 27,05 le mégawattheure (MWh), s'il fallait couvrir l'intégralité des charges imputables aux missions de service public.


Cette augmentation s'explique surtout par le développement de l’énergie éolienne et photovoltaïque : au total, les charges liées aux énergies renouvelables devraient grimper de 16,7%, à 4,7 milliards d'euros. A ceci s'ajoute la nécessité de compenser un manque à gagner pour le fournisseur historique EDF, accumulé au fil des années, qui s'élèvera à 3,4 milliards d'euros en 2016.

Il y a tout de même très peu de chances pour qu'une telle revalorisation ait lieu.

Si aucun arrêté n'est pris en ce sens d'ici le 31 décembre 2015, la loi prévoit par contre que le montant de la CSPE soit relevé de 3 euros par MWh.

Donc, ceci aboutirait tout de même à une augmentation de 15,4%, de 19,5 à 22,5 euros le MWh.



D’après les Echos, c'est l'option que le gouvernement aurait choisie.

Le journal affirme que l'exécutif aurait reporté à 2017 son projet d'étalement de la CSPE sur d'autres sources d'énergie comme par exemple : le gaz et les carburants.

L'impact pour les ménages français ne sera pas négligeable. En 2015, une hausse similaire de 3 euros du MWh avait entraîné une augmentation de la facture TTC de 2,3%, soit en moyenne entre 15 et 20 euros par an, d'après les calculs d' EDF.

Le régulateur français de l'énergie estime qu'à 22,5 euros le MWh, la taxe représentera 16% de la facture d'un client résidentiel, contre 15% cette année. Pas mal, sachant que la CSPE taxe n'existait pas avant les années 2000.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les prix du gaz stables en 2015

Ajouté le 28/10/2015 - Auteur : jazz

Au 1er novembre, les tarifs d’ ENGIE (ex Gdf-Suez) devraient subir une baisse inférieure à 0,5%.

Depuis le début de l’année 2015, les prix réglementés du gaz ont cultivé la stabilité, avec une baisse de 1,3%.


Le prochain mouvement, prévu le 1er novembre, se traduira par une très faible baisse, qui devrait tourner autour d'un repli de 0,2 - 0,3%.

Quelque 7 millions de ménages se chauffant au gaz sont concernés par ce mouvement, qui vient concrétiser une année 2015 particulièrement calme dans le domaine des tarifs administrés du gaz.

Rappelons que depuis 2013, les prix du gaz sont revus tous les mois, et non plus tous les trimestres comme auparavant, afin de mieux lisser les éventuelles variations des prix du gaz.



La tendance baissière des prix réglementés du gaz depuis le début de l'année 2015, s'explique en partie, par la baisse des cours du Baril.

En effet, les tarifs du gaz sont indexés pour une part sur la courbe du brut, qui s'est durablement installé sous la barre des 50 dollars.

Même si les prévisions sur les prix du pétrole sont toujours difficiles, la plupart des experts misent plutôt sur des petites baisses.

Paysage énergétique en plein changement

Les prix réglementés du gaz réservés aux particuliers sont une constante dans le paysage énergétique français.

Dans le domaine du gaz, on note toutefois un changement avec la fin des prix administrés pour l'ensemble des clients professionnels, soit 160.000 sites au total.

Ce mouvement de fond, amorcée à l'été 2014, prendra fin le 31 décembre 2015 : dans l'intervalle, selon leur niveau de consommation, les clients professionnels se sont retrouvés dans l'obligation d’ accepter un nouveau contrat reposant sur une offre à prix de marché.

Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE) quelque 24 fournisseurs de gaz se sont ainsi retrouvés en concurrence frontale.

Dans l'électricité, on retrouve le même phénomène puisqu'à partir du 1er janvier 2016, les clients professionnels doivent à leur tour quitter les tarifs réglementés.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

A qui s’adressent les tarifs sociaux énergétiques

Ajouté le 26/10/2015 - Auteur : jazz

Si vous rencontré des difficultés à payer vos factures d'électricité et de gaz, vous pouvez bénéficier des tarifs sociaux, quel que soit le fournisseur et non que si vous êtes abonnés à EDF-ENGIE.


Pour savoir si vous y avez le droit, n’hésitez pas à consulter les conditions d’attributions indiquées ci-dessous :

- Votre revenu net imposable est inférieur ou égal à 2 175 euros,

ou,
- Vous êtes bénéficiaire de la CMU-C ou de l’ACS (assurance complémentaire santé).

Tous les fournisseurs y sont tenus.

- Vous pouvez bénéficier d’une aide aux factures impayées du FSL (Fonds de solidarité pour le logement), pour se faire contacter l’action sociale de votre département.

- Vous pouvez aussi demander une aide ou un prêt à votre Caf (caisse d’allocations familiales) ou votre caisse de retraite, n’hésitez pas à les contacter.



Quelles sont les démarches à faire ?

- Vous n’avez aucune démarche à prévoir, si vous avez retourné dans les délais de 15 jours, l’attestation de votre fournisseur d’énergie, vous informant de vos droits à ces tarifs sociaux.

- Si vous avez omis de renvoyer cette attestation, téléphonez au 0 800 333 123 s’il s’agit d’électricité et 0 800 333 124 pour le gaz.

- Pour demander l’aide aux impayés de facture, contactez l’action sociale de votre département.

Mais ne tardez pas, vous disposez de 15 jours pour demander votre aide à compter de la réception de la lettre de relance pour « non-paiement » de votre fournisseur d’énergie.

Le cas échéant, la trêve hivernale ayant pris fin le 31 mars, vous risquez une réduction ou une coupure d’électricité ou une coupure du gaz.

En cas de difficultés n’hésitez pas à saisir le Médiateur de l’énergie sur son site en ligne et faire des démarches auprès du FSL et adresses des services sociaux sur vosdroits.service-public.fr.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les factures d'énergie inquiètent les Français

Ajouté le 22/10/2015 - Auteur : jazz

Pour 73% des ménages, les dépenses en énergie demeurent un sujet de préoccupation important, rapporte le baromètre 2015 du médiateur de l'énergie.

Les consommateurs restent encore peu nombreux à savoir qu'il est possible de faire jouer la concurrence.


Une part importante dans le budget des consommateurs

Selon ce baromètre, 62% des foyers déclarent que les dépenses de gaz naturel et d'électricité représentent une part importante dans leur budget.

84% des consommateurs interrogés s'attendent à de nouvelles hausses de prix et les deux tiers d'entre elles sont favorables à la mise en place du chèque énergie pour les consommateurs les plus précaires, utilisable pour toutes les énergies de chauffage.

Ce chèque énergie, prévu par la loi sur la transition énergétique, remplacera à terme les tarifs sociaux du gaz et de l'électricité.



Peu savent qu'il est possible de faire marcher la concurrence

L'autre solution pour réduire sa facture est de changer de fournisseur, ce que 13% des sondés ont déjà fait cette année.

Si les français sont si peu nombreux à changer de fournisseur, c'est avant par manque d’information : 48% des foyers ne savent pas qu’ils peuvent librement changer de fournisseur. Les démarches restent mal connues et "la confusion continue entre les deux fournisseurs historiques, GDF-Suez (devenu ENGIE) et EDF, que seulement 28% des consommateurs dissocient.

Une facture réduite jusqu’à 9%

Les démarches sont simples et rapides, par téléphone ou en ligne et ensuite le fournisseur s'occupe de tout le reste.

Changer de fournisseur peut vous permettre de réaliser jusqu'à 9% d'économies sur le gaz.

Ainsi, un ménage qui se chauffe au gaz dépense en moyenne 1.156 euros par an avec les tarifs réglementés d'ENGIE (ex-Gdf Suez) peut payer 1.056 euros chez Lampiris, qui propose actuellement l'offre la moins chère sur le marché.

En ce qui concerne l’électricité, la migration vers une offre concurrente, peut permettre de réaliser jusqu'à 5% d'économies.

Pour cette énergie, c'est Direct Energie le leader en ce moment avec son offre 100% online.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF.

Energie : Les fournisseurs en plein démarchage

Ajouté le 21/10/2015 - Auteur : jazz

Selon le dernier baromètre énergie-info 2015 du médiateur national de l'énergie, le taux de démarchage des fournisseurs d’énergie auprès des consommateurs est très important.

En effet, ce baromètre 2015 qui s'appuie sur un sondage réalisé auprès des consommateurs indique, que 40% des foyers français ont été démarchés pour souscrire à une offre de fourniture d'électricité ou de gaz naturel.


En détails, 60% des ménages on été démarché par téléphone, 28% par courrier et 25% par démarchage à domicile.

Parallèlement le démarchage pour réaliser des travaux d'isolation est également très actif avec 46% des foyers qui ont été contacté et pour installer des équipements de production d'énergies renouvelables 38 %.

Ce dernier baromètre, indique aussi que les consommateurs connaissent de mieux en mieux les rouages de la libéralisation du marché, avec cette année un taux record de 60% pour le gaz naturel, soit une progression de 6 points en un an et un taux pour l’électricité qui passe de 50 à 52%.



« Précarité énergétique »

Le médiateur montre que même si les démarches restent encore mal connues, un consommateur sur trois déclare connaître la démarche pour changer de fournisseur d'énergie mais ceci ne les empêche pas de passer à l'acte.

Le baromètre 2015 indique que 13% des Français ont déclaré avoir changé de fournisseur d'énergie cette année (contre 9% en 2012), principalement pour des raisons économiques (80% contre 64% en 2014).

Pour finir, parmi les autres renseignements de ce dernier baromètre, la précarité énergétique reste un vrai motif d'inquiétude pour de nombreux usagers.

Près d'un foyer sur 10 a trouvé des difficultés à payer certaines factures d'énergie au cours des douze derniers mois et parallèlement, plus de 7 foyers sur 10 assurent que la consommation d'énergie constitue pour eux un sujet de préoccupation important.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF.

EDF prévoit des hausses des prix de l'électricité

Ajouté le 19/10/2015 - Auteur : jazz

La rénovation du parc nucléaire français nécessitera une hausse "acceptable" des tarifs de l'électricité dans les prochaines années, a indiqué dimanche Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF.

Le parc nucléaire français est encore jeune, mais avec les années qui passent, il va falloir un peu plus d'argent pour le rénover et rallonger sa durée de vie, d’où la nécessité d’augmenter raisonnablement les tarifs chaque année.


La révision des tarifs réglementés de l'électricité annuelle sera discutée pour voir ce qui peut être fait, car il faut que ces augmentations soient acceptables, a précisé le PDG.

Il y a un retard à compenser puisque pendant des années, EDF a bénéficié d'un parc nucléaire très neuf.

De plus, les tarifs réglementés de l’électricité ont augmenté de 2,5% au 1er août dernier, soit une facture annuelle moyenne de 700 euros pour les foyers français, alors que la Commission de régulation de l’énergie (CRE) avait préconisé une hausse comprise entre 3,5% et 8% pour compenser l’insuffisance des hausses ces dernières années.



50 milliards d'euros sur une dizaine d'années

Le fournisseur historique prévoit de dépenser environ cinquante milliards d'euros sur 10 ans pour porter la durée de vie des centrales nucléaires de quarante à cinquante ou soixante ans.

Vente d’actifs

En plus, des hausses de tarifs, EDF entend vendre des actifs pour reconcentrer ses activités sur le nucléaire et les énergies renouvelables. Un grand examen des actifs du groupe est en cours.

Avantage compétitif

Le nucléaire, a permis a EDF d’avoir durant des années l'électricité la meilleure marché d'Europe et le fournisseur est convaincu que pour les dix prochaines années, il va continuer à payer son électricité -très décarbonée- moins chère que ses voisins européens qui vont avoir à transformer leur parc électrique, compte tenu de l'importance de leurs émissions de CO2.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF.

Engie n’investira plus dans le charbon

Ajouté le 15/10/2015 - Auteur : jazz

La ministre de l’Energie, Ségolène Royal, vient d’annoncer qu’Engie n’investira plus dans le charbon. Les projets en cours sont abandonnés sauf s’ils ont déjà fait l’objet d’un engagement ferme.

Engie confirme de son côté cette décision soigneusement mûrie, prise lors du séminaire stratégique des administrateurs du groupe qui s’est tenu les 12 et 13 octobre, à New York.


Actuellement, la production d'électricité représente un tiers de l'activité d'Engie, dont seulement 15% est issu des centrales à charbon.

Concrètement, toutes ces installations en production seront maintenues.

Il poursuivra deux projets en cours, sur lesquels il est fermement engagé, en Mongolie et au Brésil.

ENGIE terminera aussi la construction de quatre autres centrales au charbon, au Brésil (324 MW), au Chili (338 MW), en Inde (638 MW) et au Maroc (1.386 MW).

Elles viendront s’ajouter aux 30 centrales que le groupe exploite déjà en Europe (Allemagne, Pays-Bas, Italie, Pologne, Royaume-Uni) et ailleurs dans le monde.

En revanche, les dossiers encore en cours de négociation, comme la grande centrale Ada Yumurtalik en Turquie (1320 MW), sont stoppés.

Le groupe confirme aussi qu’il se retire de la construction de la centrale à charbon de Thabametsi en Afrique du Sud (600 MW).



La moitié des nouveaux projets électriques d'Engie n'émettent pas de CO2

Gérard Mestrallet, le PDG d'ENGIE (ex-GDF Suez), ne craint pas que cette décision pénalise le développement du groupe à l'international, y compris dans des économies émergentes (Brésil, Inde…) qui continuent à s'appuyer significativement sur le charbon pour produire de l'électricité, car ils sont aussi très ambitieux dans le domaine du renouvelable.

Or le fournisseur est très bien implanté sur ce segment. La moitié de ses projets électriques sont aujourd'hui déjà dans le solaire, l'éolien, l'hydraulique, la biomasse ou la géothermie, qui n'émettent pas de CO2.

De plus, tous ses nouveaux investissements dans la production d'électricité seront désormais des projets n'émettant pas ou peu de CO2, dans les énergies renouvelables et le gaz naturel.

Pour Engie, la décision de renoncer au charbon dans le futur s'explique aussi par le fait qu'il dispose avec le gaz d'un bon complément aux énergies renouvelables.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF.

Les solutions de stockage en plein essor

Ajouté le 14/10/2015 - Auteur : jazz

Le prix des batteries a chuté par deux en cinq ans, rendant les systèmes combinant solaire et stockage accessibles.

L’équation économique a été résolue. Le stockage, qui permet de résoudre le problème de l’intermittence de l’énergie solaire, est devenu enfin compétitif.


En effet, les prix proposés dans le cadre de l’appel d’offres solaire en cours en France sur les zones non interconnectées (particulièrement les DOM TOM), tenus d’intégrer des solutions de stockage, seraient tombés à 250 euros/mégawatheure, selon les professionnels.

Cela correspond, dans ces zones isolées, au coût de production de l’électricité par des moyens conventionnels, notamment parce qu’il faut y acheminer le combustible.

Il y a quelques années, les professionnels ne parvenaient pas à descendre en dessous de 400 à 450 euros.



Des batteries construites à grande échelle

Les coûts des batteries ont, tout comme ceux des panneaux solaires, chuté de façon spectaculaire en deux ans et la baisse devrait se poursuivre , selon Christophe Gurtner, PDG de Forsee Power, une PME française qui développe des systèmes de stockage de l’énergie sur mesure.

Le marché commence à décoller et les batteries lithium-ion surtout, sont aujourd’hui construites à grande échelle par les coréens LG et Samsung, ou encore par le français Saft.

Après de longues années de recherche, la taille des batteries a été réduite et ses performances améliorées, tandis que l’industrialisation a généré des économies d’échelle.

Installations dans le monde et sur les autres continents 

En Europe de l’Ouest, le stockage reste encore très cher comparativement aux autres énergies. Mais dans bien des zones isolées ou souffrant de réseaux électriques défaillants, c’est de plus en plus souvent la solution qui s’impose en cas de besoin de nouvelles capacités : c’est le cas en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie du Sud Est.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF.

CEE : Les fournisseurs alternatifs inquiets

Ajouté le 12/10/2015 - Auteur : jazz

Les fournisseurs alternatifs d'énergie regroupés au sein de l'Anode sont inquiets de l'évolution du dispositif des certificats d'économie d'énergie (CEE), prévu au 1er janvier.

En effet, le mécanisme des CEE oblige les fournisseurs d'énergie (EDF, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE, etc...) à mettre en place et à financer des actions d'économies d'énergie (rénovation thermique des bâtiments, changement de chaudières, etc.), sous peine de pénalités.


De plus, la loi sur la transition énergétique a introduit un niveau d'obligation supplémentaire ciblé spécifiquement sur les foyers en situation de précarité énergétique.

Selon Fabien Choné, président de l’Anode également directeur général délégué de Direct Energie ce nouveau dispositif est "impraticable".

Le gouvernement fixe un objectif de 250 TWh-c, (térawattheures-cumac (unité de compte des économies d'énergie)) à réaliser en deux ans, en plus des 750 TWh-c prévus par le dispositif classique entre 2015 et 2017.



Les membres de l'Anode pointent surtout la difficulté pour eux de connaître les ménages en situation de précarité énergétique afin de pouvoir leur proposer cette aide pour financer des travaux de rénovation énergétique.

L'association préconise plutôt la création d'une contribution spécifique qui soit utilisée par les programmes déjà existants, (l'Anah ou la Fondation Abbé Pierre).

Les professionnels souhaiteraient au moins, que la période de réalisation de ces « CEE Précarité » soit étalée sur une période supérieure aux deux ans prévus initialement.

Les textes réglementaires doivent être prochainement examinés par le Conseil supérieur de l'énergie, avant d'être adoptés définitivement, fin 2015.

Plus généralement les fournisseurs alternatifs jugent que le dispositif complet des CEE contient actuellement plus de défauts que de qualités et qu'il faut rapidement le réviser.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI,ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités