comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

D’où sera issue notre électricité ?

Ajouté le 26/11/2015 - Auteur : jazz

A l’heure de la transition énergétique, les pays industrialisés qui consomment beaucoup d’électricité, vont devoir diminuer les émissions de CO2.

Les sources intermittentes comme les énergies vertes (éoliens, photovoltaïques, etc..) sont malheureusement insuffisantes, alors quelles seront les solutions pour alimenter l’industrie ?


La production d’électricité en France

Actuellement, en France 77 % de la production d’électricité est essentiellement issue du nucléaire contre environ 1,5 % d’éolien, ce qui reste très minime.

La France ne peut donc pas se contenter des énergies renouvelables. S’il peut y avoir une forte progression dans ce domaine, ce ne sera jamais une solution couvrant la totalité de ses besoins.

Le nucléaire s’impose donc encore pour quelques années, en attendant le développement de nouvelles filières.



Afin de maintenir la proportion annoncée de 50 % de nucléaire en 2025, EDF va vers une prolongation de la durée de vie des centrales à 40 voire 60 ans (grand carénage), et la construction du nouveau modèle EPR pour remplacer les plus anciens réacteurs qui ne peuvent pas être modernisés.

En parallèle, le déploiement des énergies renouvelables continu.

Les défis s’accumulent mais le temps et le financement sont à prendre en compte. En effet, l’État s’endette tous les ans un peu plus pour son fonctionnement.

D’autres filières pourraient aussi voir le jour

De nouvelles filières pourraient aussi voir le jour, comme les réacteurs au sodium pour lesquels la France semble s’orienter.

Depuis de nombreuses années, il s'agit de réacteur à sels fondus de thorium.

La Chine et l’Inde font des recherches sur cette filière qui semble demander beaucoup de temps. Ces nouveaux réacteurs sont prévus pour la décennie 2040-2050.

Donc, en attendant, il faudra vivre avec les nouveaux modèles d'EPR et la part minimum d'énergie renouvelable.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Baisse des tarifs du gaz en décembre et janvier

Ajouté le 25/11/2015 - Auteur : jazz

Les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie (ex-GDF Suez) qui n’ont cessé de baisser cette année, vont se replier à nouveau de 1,25% au 1er décembre et de 1 % en janvier.

Double bonne nouvelle, pour environ sept millions de foyers, les prix réglementés du gaz, continuent leur tendance baissière, ainsi au 1er décembre, ils reculeront de 1,25%, puis d’environ 1% au 1er janvier 2016.


Pour janvier, cette prévision tarifaire n'est encore que prévisionnelle, mais si ces baisses sont confirmées, elles s’ajouteront aux 8% de baisse moyenne déjà enregistrés depuis le 1er janvier 2015.

En novembre, les tarifs réglementés d' ENGIE avaient déjà enregistré un léger recul de 0,18%.

Certes, ces mouvements sont modestes, mais ils témoignent d'une véritable tendance à la baisse des prix du gaz, ce qui permet à cette énergie de mettre en avant sa compétitivité pour les utilisateurs.



Tarifs révisés mensuellement

Ces tarifs réglementés, appliqués par le fournisseur historique Engie (ex-GDF Suez), sont révisés mensuellement en fonction de l’évolution des coûts d’approvisionnement, et une fois par an en fonction des coûts de transport, de distribution et de stockage ainsi que des coûts commerciaux du distributeur.

Ce calcul mensuel a été mit en place en 2013, afin de mieux lisser les éventuelles variations tarifaires à forte amplitude. Auparavant, le calcul des tarifs se faisait trimestriellement.

La baisse actuelle des tarifs réglementés du gaz s’explique en partie par la dégringolade du prix du pétrole, à partir desquels les tarifs du gaz sont indexés.

Ouverture du marché à la concurrence

Depuis que le marché français du gaz a été ouvert à la concurrence en 2007, les ménages sont libres de choisir entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole et les prix de marché, fixés par ENGIE ou ses concurrents.

Côté entreprises, (grands groupes, PME ou des artisans), les tarifs réglementés ont disparu par vagues progressives. Le mouvement a été amorcé à l'été 2014 avec d'abord les gros consommateurs de gaz.

Désormais, il concerne les petits consommateurs professionnels, tous obligés de souscrire à une offre de marché, chez Engie ou chez un autre fournisseur.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

L’approvisionnement en gaz cet hiver sera assuré

Ajouté le 23/11/2015 - Auteur : jazz

GRTgaz, l'entreprise qui exploite en France le plus long réseau de transport de gaz naturel à haute pression d'Europe, prévoit que l'approvisionnement sera bien assuré.


On ne devrait pas manquer de gaz cet hiver, c’est ce qui émane du «Winter Outlook» publié jeudi dernier par GRTgaz, la filiale d'ENGIE (ex-GDF Suez).

Les données observées sont similaires à l'hiver 2014-2015, qui lui non plus n'avait pas occasionné de difficultés notables.

En confrontant les données relatives à la consommation et celles sur les quantités de gaz qu'il est possible d'acheminer, il en ressort même un surplus de 645 gigawattheures (GWh).

Cet excédent intègre toutefois les 245 GWh du terminal méthanier de Dunkerque qui devrait entrer en fonctionnement début 2016.

Ce nouveau terminal piloté par EDF représentera un nouveau point d'entrée pour le gaz en France.

Enfin, le réseau de transport de gaz a également été amélioré en Picardie et dans l'est de la France.



La législation renforcée

En complément des investissements réalisés dans les infrastructures, la gestion des sites de stockage joue un rôle important en matière de sécurité d'approvisionnement.

La législation a été renforcée, ce qui a permis d'augmenter le taux de remplissage des sites de stockage. À titre indicatif, le niveau des stocks se situe actuellement aux alentours de 90 térawattheures (TWh), alors que la France consomme quelques 400 TWh.

Parmi les nouveautés de l'hiver 2015-2016, les différents expéditeurs de gaz sur le réseau de transport doivent s'efforcer de «s'équilibrer».

Cela veut dire qu'ils doivent fournir au réseau de transport les volumes correspondant exactement à la demande de leurs clients.

Jusqu'à maintenant, une certaine tolérance était acceptée, de telle manière que GRTgaz pouvait pallier un déficit possible de gaz ou, au contraire, gérer un excédent.

Désormais cette tolérance n'est plus permise même si, en dernier ressort, GRTgaz est toujours en capacité d'intervenir.

S'il devait y avoir une intervention, l’entreprise s'approvisionnerait directement sur le marché et non plus dans le cadre d'un contrat.

Enfin, au niveau européen, GRTgaz note qu’une grande majorité des pays présente les mêmes garanties que la France pour passer sereinement l'hiver 2015-2016.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Lampe intelligente qui régule votre consommation

Ajouté le 19/11/2015 - Auteur : jazz

En changeant de couleur, cette lampe vous dit si vous êtes exemplaire en consommation d’énergie ou si vous faites n'importe quoi.


Un appareil intelligent pour réguler votre consommation d'énergie

Cette lampe qui à l’air d’une grande bougie et qui change de couleur, peut–être posée, par exemple, dans votre salon.

Elle est connectée à vos compteurs (EDF). Sa couleur bleue, indique que tout est parfait, que votre chauffage est à la bonne température et que vous avez peu d'appareils en marche en même temps.

Dans ce cas, vous êtes qualifié d’ « exemplaire », car vous consommez juste ce qu'il faut, selon la Conférence climat.

Si elle passe au orange ou même au rouge, là vous consommez trop.

Vous avez la possibilité, au départ, de vous fixer un objectif, comme par exemple, décider que votre facteur électricité et de gaz ne dépasse pas 1.500 euros par an.

Dans ce cas, vous devez programmer votre lampe depuis votre smartphone.

Comme elle est très intelligente, grâce à des algorithmes, elle connait chaque jour la consommation que vous ne devez pas dépasser, selon les saisons.

Elle vous prévient, si vous êtes dans le rouge, cela peut être dû à un chauffage que vous avez laissé en marche dans une pièce inoccupée.



L’appareil éteint la lumière et baisse le chauffage

Encore mieux, en installant dans toutes vos pièces des petits capteurs, cette lampe est capable de détecter s'il y a quelqu'un dans la maison, à tout moment de la journée. Elle va réguler toute seule la consommation et éteindre la lumière ou baisser le chauffage.

Cette lampe a été mise au point par une entreprise de Lyon, Ubiant qui va représenter la France au prochain grand salon de l'innovation en janvier à Las Vegas.

Sa commercialisation est prévue en 2016 au tarif de 169 euros. Ce prix sera amorti rapidement, puisqu’elle permet de faire jusqu'à 50% d'énergie.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Paris choisi une électricité 100 % verte

Ajouté le 18/11/2015 - Auteur : jazz

La maire, Anne Hidalgo, a présenté, jeudi dernier, à moins de trois semaines de la conférence mondiale sur le climat (COP21), un plan « inédit » pour la transition énergétique de Paris.

Parmi les mesures, dès 2016, l’ensemble des éclairages publics et bâtiments municipaux de la capitale, sera alimenté par une électricité 100 % renouvelable.


Amenée, avec la fin des tarifs réglementés de vente d’électricité le 1er janvier 2016, à renouveler ses contrats, la Ville de Paris exigera désormais de ses fournisseurs une électricité verte.

Certificats homologués

La municipalité parisienne a retenue EDF et Direct Energie; Les deux fournisseurs se sont engagés à fournir une électricité produite à partir d’énergie hydraulique, solaire et éolienne.

Les entreprises devront garantir cette origine à travers des certificats homologués.

Pour justifier auprès de son client que l’origine de l’électricité qu’il consomme est bien verte, un fournisseur doit démontrer qu’il produit à l’aide d’énergies renouvelables une quantité d’électricité supérieure à la consommation de son client.



Une facture allégée

Ce choix d’une électricité 100 % renouvelable fait par la Ville de Paris participe à la diversification de l’approvisionnement énergétique de la capitale, dont le Plan Climat Energie, défini en 2007, prévoit d’atteindre 30 % d’énergies renouvelables d’ici à 2020.

La capitale mène en parallèle depuis deux ans une politique de modération de sa consommation électrique, ce qui a permis de faire diminuer sa facture d’électricité au cours des deux dernières années, de 36,3 millions d’euros à 32 millions d’euros.

Ce passage à l’électricité verte doit permettre à la Ville, selon les fournisseurs, de réduire de 20 000 tonnes ses émissions de CO2, qui atteignaient, en 2012, pour son patrimoine, 269 000 tonnes.

Transition énergétique

En attendant de viser du 100% d’énergies renouvelables, la municipalité entend réintroduire la production d’énergie sur son territoire.

En effet, actuellement, 90 % de l’énergie parisienne est importé de territoires autour de la capitale.

Pour se faire, la Ville doit développer les énergies renouvelables et la récupération, comme par exemple, l’installation de panneaux solaires sur ses bâtiments et le recourir à la géothermie et à l’hydrothermie.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Réduction du gaz à effet de serre grâce au Biogaz

Ajouté le 16/11/2015 - Auteur : jazz

Une étude menée récemment par GRDF la filiale d’ENGIE (ex GdF-Suez) et copilotée par l'Ademe, montre qu’injecter du biogaz dans le réseau réduirait les gaz à effet de serre de 751.000 tonnes à l'horizon 2020.


Baptisé aussi «gaz naturel "vert" » ou « biométhane », ce gaz injecté dans le réseau permettra d'ici 2020 de diminuer les émissions de gaz à effet de serre d’environ 751.000 tonnes d'équivalent CO2 en France, c’est ce que ressort de l’étude menée par le gestionnaire du réseau de distribution de gaz, GRDF et l’Ademe.

Des chiffres pour soutenir la filière

Malheureusement, les performances du Biogaz en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) sont souvent évoquées pour justifier un soutien à cette filière, sans que toutefois des valeurs détaillées et complètes de ces gains n'aient été calculées à l'échelle nationale.



Les 751.000 tonnes qui pourraient être évitées représentent les émissions annuelles de gaz à effet de serre de près de 100.000 personnes en France.

Déchets agricoles ou alimentaires

GRDF a étudié le bilan des émissions de gaz à effet de serre de toutes les filières possibles de méthanisation des déchets qui peuvent donner lieu à une injection de biométhane dans le réseau de gaz.

Il s'agit des unités de stockage de déchets, des ordures ménagères avec ou sans tri, des déchets agricoles et agroalimentaires et des stations d'épuration.

Une production faible

Selon l'étude, la production de référence choisie est de 4TWh, un volume "représentatif du développement de la filière d’ici 2020", ce qui ne représentera au alentour de 1% de la consommation de gaz à cette date dans l’hexagone.

La France compte actuellement 16 sites d'injection de biométhane dans le réseau de gaz, contre 6 en 2014, marquant toutefois un vrai décollage en 2015.

L'Ademe estime le potentiel entre 12 et 30 térawattheures de biométhane injecté par an, soit l’équivalent de l'énergie nécessaire pour chauffer 2,5 millions de foyers et alimenter 55.000 bus et camions, précise GRDF.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Eni va vendre de l'électricité en France

Ajouté le 12/11/2015 - Auteur : jazz

Déjà très présent dans le gaz avec une part de marché de 20% sur les entreprises, Eni Gas & Power Franc, s'apprête désormais à investir le marché de l'électricité, en 2016.


Daniel Fava, le directeur général de la société vient d’annoncer qu’ENI fera son entrée sur le marché français de l'électricité, en 2016, mais sans préciser de date pour le moment.

Le PDG reste conscient que cette offensive arrive après celle d'autres concurrents mais elle se situe cependant à un moment charnière puisqu’ à compter du 1er janvier 2016, tous les professionnels en France doivent quitter les tarifs réglementés d'EDF pour souscrire une offre de marché, chez EDF ou chez un autre fournisseur.

ENI compte bien s'appuyer sur les recettes qui ont favorisé son entrée sur le marché du gaz. Dans ce domaine, le fournisseur italien s'est montré particulièrement efficace puisqu'il alimente aujourd’hui environ 60.000 sites professionnels et collectivités, avec surtout une part de marché de 20% sur le créneau des entreprises.

Eni Gas & Power France rappelle qu'il est «un acteur alternatif crédible face aux fournisseurs historiques puisqu'il a déjà remporté un lot important dans le cadre de l'appel d'offres du Syndicat intercommunal pour le gaz et l'électricité en Ile-de-France (Sigeif) avec un gain de 17,2 millions d'euros pour le Sigeif par rapport aux tarifs réglementés.



Offres ciblées

Eni insiste sur sa «bonne performance» en rappelant son portefeuille de quelque 500.000 clients particuliers.

Le fournisseur indique qu’ «un tiers des clients qui quittent ENGIE (ex-GDF Suez) viennent chez ENI, mais ajoute aussitôt que 81% des clients particuliers ne n’ont toujours pas changé.

Selon ENI, le poids très forts des fournisseurs historiques dans l'énergie oblige les vendeurs alternatifs à proposer des offres ciblées, qui collent au plus près des attentes des usagers.

Il est encore trop tôt pour connaître les modalités de l'offre électricité d'Eni en France, mais la percée de sa formule Astucio dans le gaz devrait lui donner des idées.

Il s'agit d'un prix garanti sur plusieurs années, le tarif étant bloqué et uniquement révisable à la baisse.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

2 commentaires - Voir | Rédiger

Lampiris : Offre d’électricité 100% renouvelable

Ajouté le 11/11/2015 - Auteur : jazz

Après avoir fait sa place sur le marché du gaz naturel, Lampiris, fournisseur alternatif belge présent en France depuis 2010, propose désormais l'électricité verte.


Connu surtout pour son offre très compétitive sur le marché du gaz, Lampiris propose depuis le 1er octobre une offre d’électricité 100 % renouvelable, 5 % moins chère que les tarifs réglementés de vente d'EDF.

Plus en détails, le kWh est vendu autour de 13,5 centimes d’euros. Ce prix est fixe durant 12 mois à compter du premier jour de fourniture, indépendamment de l’évolution du tarif réglementé.

Pour garantir l’origine de son électricité, le fournisseur indépendant belge Le fournisseur belge achète des attestations à ses producteurs pour certifier l’origine 100% renouvelable de son électricité.

Selon le rapport sur les Sources d’énergie renouvelable et l’atténuation du changement climatique, GIEC, 2011, en 2014, l’électricité était entièrement d’origine hydraulique. La production d’un kWh électrique n’émettait ainsi qu’entre 4 et 14 grammes de gaz à effet de serre.



Percée récente en France

Lampiris a été retenu pour l’appel d’offres d’achat groupé lancé par l’association des consommateurs « UFC Que choisir », fin 2013 et début 2014. A cette occasion, 70 812 clients ont souscrit à l'offre spéciale et temporaire du fournisseur Belge, afin de bénéficier d’une économie moyenne annuelle de 194€ TTC.

L’offre gazière de Lampiris est actuellement la plus compétitive du marché ; la compagnie belge propose aux particuliers un prix du kWh 12% moins cher que le tarif réglementé pratiqué par GDF Suez !

3ème fournisseur d’énergie en Belgique

Lampiris est devenu le troisième fournisseur de gaz et d’électricité verte du marché en Belge, avec plus de 800.000 abonnés.

Les abonnements électricité et gaz de Lampiris sont d'une durée d'un an et tacitement reconductibles. Le client reçoit sa facture mensuelle par voie papier ou électronique et peut la régler par chèque, virement ou prélèvement automatique.

Le fournisseur stipule dans la fiche descriptive de son offre, qu'"aucune indemnité forfaitaire pour retard de paiement ne sera facturée".

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Gaz de Bordeaux s’étend dans l’hexagone

Ajouté le 09/11/2015 - Auteur : jazz

Gaz de Bordeaux vient d'annoncer qu'il approvisionne désormais 10 % des communes en France. Soit précisément 979 communes sur 9861 desservies en gaz.


En trois ans le vendeur de gaz, a fait son petit bonhomme de chemin puisqu’en 2012, la société ne desservait que 45 communes.

Cet essor à destination de l'ensemble des départements en France s'accompagne d'une hausse très sensible des livraisons : entre octobre 2013 et octobre 2014, Gaz de Bordeaux a vendu 5 térawattheures (TWh) de gaz, contre 8 entre 2014 et 2015.

De telle sorte que la société prévoit de dégager un chiffre d'affaires de 350 millions d'euros en 2015, contre 275 en 2014.

Tout comme ENGIE (ex-GDF Suez), Gaz de Bordeaux est un fournisseur historique et qui, à ce titre, propose des tarifs réglementés à ses clients.



La société gazière est active sur les deux créneaux : dans la région Aquitaine, elle s'adresse plus particulièrement aux particuliers tandis que dans le cadre du développement hors de sa région d'origine, elle vise avant tout les entreprises et les collectivités.

Depuis l'été 2014 et la disparition progressive des tarifs réglementés pour les professionnels, Gaz de Bordeaux s'est immergé dans cet univers de plus en plus concurrentiel.

L’entreprise est détenue à 100 % par un gestionnaire du réseau de distribution

À l'instar de ses concurrents, Gaz de Bordeaux commercialise des contrats d'une durée de un, deux ou trois ans, avec le défi permanent de sécuriser un portefeuille de clients implanté sur un marché très volatil.

Son actionnaire est toujours le même, il s'agit de Régaz, la société gestionnaire du réseau de distribution de gaz sur Bordeaux et sa région et propriétaire à 100 % de Gaz de Bordeaux.

Depuis l’ouverture du marché du gaz, qui oblige un vendeur à être indépendant par rapport à un réseau de distribution, les deux entités, Régaz et Gaz de Bordeaux, gardent leur autonomie.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Le monde de l'énergie se digitalise

Ajouté le 05/11/2015 - Auteur : jazz

La dernière édition de l'Observatoire Capgemini des marchés européens de l'énergie montre comment l'exploitation des données s'est imposée comme un phénomène inévitable.

Le monde de l'énergie a suivi l’air du temps en se digitalisant. C'est ce que ressort dans la nouvelle édition de l'Observatoire Capgemini des marchés européens de l'énergie, publiée mardi.


Selon, Colette Lewiner, experte énergie chez Capgemini, cette transformation digitale coïncide avec l'essor de la transition énergétique.

Cette digitalisation intervient à plusieurs niveaux, comme notamment, la relation clientèle élargie à un panel de services de plus en plus étoffé.

Un autre phénomène clé est illustré par l'arrivée en masse des objets connectés.

Plus en détails, l'Observatoire précise les nombreux changements de modèles économiques provoqués par la transition énergétique: une production décentralisée, l'arrivée des énergies renouvelables sur le réseau, une gestion différente de la demande, une connaissance plus précise des profils de clientèle grâce à l'exploitation des données…

Ces données sont fournies grâce aux compteurs intelligents Linky va bientôt être déployé en masse chez les foyers français, ou des objets connectés.



Situation financière morose

Pour toutes les entreprises énergétiques, intégrer ces changements représente un investissement important alors que la conjoncture est morose.

Colette Lewiner soulève deux points :

- La situation financière tendue de nombreuses utilities, la baisse des prix de gros de l'électricité (moins de 40 euros le mégawattheure sur le premier semestre),

- Les parcours boursiers très décevants des entreprises en question.

La COP21 peut-elle redynamiser ce paysage ?

D’après l'Observatoire, la COP21v a se dérouler dans un contexte de court terme peu favorable. Les bas prix des hydrocarbures induisent un retour insuffisant pour les investissements visant à remplacer les hydrocarbures et donc à limiter les émissions.

Dans ces conditions, jugeant peu probable que la COP21 décrète des mesures fortes et rapides, l'Observatoire juge capital de financer les actions d'adaptation limitant les effets du réchauffement climatique sur les populations et les infrastructures.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger
Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités