comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

Le gaz de schiste arrive en France

Ajouté le 09/05/2016 - Auteur : jazz

La France s'apprête à recevoir sa première cargaison de gaz de schiste américain par bateau.

Après plusieurs années de forages intensifs, les Etats-Unis n’ont le choix d’exporter à l’international leur surplus de production. Une vraie révolution dans le monde de l'énergie.


Depuis le boom du gaz de schiste à la fin des années 2000, le continent américain, très gros consommateur d'énergies fossiles, se réservait en effet l'intégralité de sa production.

Mais les volumes puisés dans son sous-sol sont tels que les Américains commencent désormais à inonder le marché mondial.

La France veut, elle aussi, avoir sa part. L'an dernier, les deux fournisseurs historiques, EDF et ENGIE ont signé une série de contrats. Et, pour EDF, les premières livraisons dans l'Hexagone pourraient avoir lieu dès le mois de juin, grâce à d'importants travaux réalisés dans son terminal méthanier de Dunkerque (Nord).



Des conséquences multiples

Les Etats-Unis vont exporter jusqu'à 60 millions de tonnes de gaz par an d'ici à 2020.

A titre de comparaison, la production mondiale annuelle est actuellement de 250 millions de tonnes. Le gaz de schiste américain va donc apporter un quart de volumes supplémentaires sur le marché mondial.

Et l'Europe représente un débouché évident pour écouler ce très important surplus. Avec des importations de GNL qui pourraient tripler d'ici à 2020.

Les conséquences seront multiples.

Géopolitiques premièrement, surtout par rapport à la Russie, l'un des principaux fournisseurs de gaz en Europe. Mais également économiques, l'arrivée d'un nouveau fournisseur du gaz ayant forcément un impact sur les prix.

« Avec l'arrivée du gaz de schiste américain, il est possible de maintenir les prix à des niveaux bas pendant les trois ou quatre prochaines années, estime-t-on chez ENGIE (ex-GDF Suez).

Il est d'ailleurs intéressant de noter que nous sommes déjà dans une période de baisse des prix du gaz en Europe. Rien que dans l’hexagone, sur le segment des tarifs réglementés, la facture d'un ménage qui se chauffe au gaz naturel a baissé de 16 % hors taxe sur les douze derniers mois. »

Malgré les nombreuses réticences, le gaz de schiste aura donc finalement réussi à faire sa place, même en Europe.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Lampiris lance une offre très concurrentielle

Ajouté le 05/05/2016 - Auteur : jazz

Bonne nouvelle pour les français. Le marché de l’électricité s’enrichit d’une nouvelle offre très concurrentielle.

Déjà bien connu pour avoir boosté la concurrence en gaz, le fournisseur belge « Lampiris » récidive, cette fois sur le prix du kWh électrique.


-12 % sur le prix du kWh électrique

La nouvelle offre du fournisseur Lampiris sur le marché de l’électricité propose une remise sur le prix du kWh électrique de 12 % avec un prix de l’abonnement identique à celui du tarif réglementé.

Lampiris nous avait habitués à être le plus compétitif sur les prix du gaz, ce qui lui a valu de remporter l’appel d’offres des deux campagnes « Gaz moins cher ensemble » organisées par l’association de consommateurs « UFC-Que Choisir » en 2013 et 2014.



En revanche jusqu’à maintenant, le fournisseur d’énergie belge n’avait jamais brillé sur l’électricité. À -1 % sur le kWh par rapport au tarif réglementé, son contrat électricité n’était pas intéressant, il était loin des offres les plus compétitives de notre comparateur, mais la donne vient de changer.

Avec sa nouvelle offre à prix fixe sur 1 an lancée le 1er avril, Lampiris propose le prix le plus bas du marché. Ce contrat permet en outre d’échapper à l’augmentation, très probable, du tarif de l’électricité en août prochain.

Comme dans tous les contrats d’énergie, qu’ils soient à prix fixe ou à prix indexé sur les tarifs réglementés du gaz ou de l’électricité, l’augmentation des taxes sera répercutée en janvier 2017.

À noter : Il existe un tout nouveau venu sur le marché de l’électricité, Énergies du Santerre, qui était jusqu’alors une entreprise de distribution locale, très locale même, implantée dans la Somme à Péronne. Ce fournisseur se dit offensif sur les prix mais il n’a pour l’instant pas de site Web.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Prix du gaz : Engie sommé par l'Autorité

Ajouté le 04/05/2016 - Auteur : jazz

L'Autorité de la concurrence a imposé lundi 2 mai à l'énergéticien Engie (ex-GDF Suez) de relever ses prix du gaz destiné aux entreprises de telle sorte qu'il couvre tous ses coûts.

La commission de la concurrence avait été saisie en octobre par le fournisseur alternatif d'électricité et de gaz Direct Énergie, qui dénonçait les pratiques tarifaires de son concurrent.


Le troisième acteur français du secteur estime que la stratégie tarifaire d' ENGIE permet au fournisseur historique de commercialiser des offres de marché « à un niveau inférieur à ses coûts » et qu'elle est « susceptible d'éliminer du marché les fournisseurs alternatifs ».



Un sérieux revers

Carton rouge pour Engie, suspecté de mener une guerre des prix dévastatrice et de vendre à perte une partie de son gaz, le numéro un français du secteur s’est vu sévèrement rappelé à l’ordre.

La décision constitue un sérieux revers pour Engie, qui a tenu, mardi 3 mai, une importante assemblée générale, marquée par la nomination d’une nouvelle dirigeante, Isabelle Kocher, qui remplace Gérard Mestrallet.

La nouvelle directrice générale d' ENGIE, Isabelle Kocher, est cueillie à froid par cette décision inédite de l'Autorité de la concurrence.

L'énergéticien va être contraint d'augmenter certains de ses tarifs jugés trop bas par rapport à ses concurrents sur le marché des professionnels dans le cadre de ses offres sur mesure.

L'Autorité a enjoint "en urgence" l'ex-GDF Suez de fixer le prix de certaines de ses offres de marché du gaz destinées aux entreprises de telle sorte qu'il couvre tous ses coûts, "y compris les coûts commerciaux et les coûts liés aux certificats d'énergie".

Autrement dit, l'entreprise qui détenait le monopole de la distribution du gaz en France, a été pointée du doigt car elle pratiquait des prix jugés trop bas susceptibles d'entraver la conquête de nouveaux clients par ses concurrents.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Engie : Premier trimestre en recul

Ajouté le 02/05/2016 - Auteur : jazz

Engie ex (GDF-Suez) a publié vendredi un chiffre d’affaires en recul de 14,3% sur les trois premier mois de l'année 2016.

Par ailleurs, l'Ebitda et le résultat opérationnel courant du groupe ont progressé à périmètre et change constants grâce à ses économies et au redémarrage de centrales nucléaires en Belgique.


Des résultats pénalisés par les prix de l'énergie

La chute des prix de l’énergie ainsi que la douceur des températures de cet hiver ont affecté les résultats d' ENGIE au premier trimestre 2016.

Le producteur et fournisseur de gaz et d'électricité a vu son chiffre d'affaires reculer de 14,3% à 18,9 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année.

L'Ebitda s'est replié de 1,7% à 3,5 milliards d'euros tandis que le résultat opérationnel courant a légèrement progressé, de 0,4% à 2,4 milliards. A périmètre et taux de change constants, ces indicateurs de performance opérationnelle sont toutefois nettement en hausse (respectivement 2,3% et 5,9%), soutenus par le redémarrage de trois réacteurs nucléaires en Belgique et les premiers effets d'un programme d'économies de 2,8 milliards d'euros.



Selon un consensus réalisé par Thomson Reuters, les analystes attendaient en moyenne un résultat opérationnel courant de 2,4 milliards, un Ebitda de 3,5 milliards et un chiffre d'affaires de 20,8 milliards.

L'ex-GDF Suez a confirmé ses objectifs pour 2016

Malgré tout, l'ex-GDF Suez présent aussi dans les services énergétiques, a confirmé dans un communiqué ses objectifs pour 2016.

Pour l'ensemble de l'année, Engie continue à tabler sur un résultat net récurrent compris entre 2,4 et 2,7 milliards d'euros, un objectif qui repose sur un d'Ebitda allant de 10,8 à 11,4 milliards (hors impact significatif de cessions).

ENGIE a aussi redit son intention de verser un dividende de 1 euro par action en numéraire au titre de 2016.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les tarifs du gaz baisseront de 0,6% en mai

Ajouté le 28/04/2016 - Auteur : jazz

Les tarifs réglementés appliqués par Engie (ex-GDF Suez) à 6,4 millions de consommateurs, se replieront au 1 er mai de 0,6% en moyenne, a annoncé ce mercredi la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Il s'agit du huitième mois consécutif de repli. La baisse est de 19% depuis janvier 2015.


Le 1er mai, les tarifs baisseront de 0,6% pour les foyers qui se chauffent au gaz, de 0,2% pour ceux qui se servent du gaz pour la cuisson et de 0,4% pour ceux qui en font un double usage cuisson et eau chaude.

Les clients qui ont souscrit un contrat à prix de marché fixe ne sont concernés ni par les baisses, ni par les hausses du tarif réglementé pendant la durée de leur contrat.

Ces évolutions s'expliquent par la «légère baisse» des indices mensuels sur le marché de gros des Pays-Bas, principal indice de la formule tarifaire, et sur celui du marché français nommé PEG Nord (Point d'échange de gaz Nord).



L'ouverture du marché de l'énergie

Les tarifs réglementés du gaz consistent en un prix de détail qui ne comprend pas encore les diverses taxes mais inclut les coûts d'approvisionnement d'Engie.

Ils sont désormais révisés mensuellement. Depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre des offres aux tarifs réglementés de l'ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par ENGIE que par les fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI et EDF.

S'ils subsistent pour les particuliers, ces tarifs ont été totalement supprimés depuis le 1er janvier pour les clients professionnels du gaz naturel et de l'électricité, qui ont dû obligatoirement souscrire une offre à prix libre.

Ils ont été remis en cause devant la justice européenne mi-avril, l'avocat général de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) estimant qu'ils constituent une «entrave non justifiée» aux règles de la concurrence.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

2 commentaires - Voir | Rédiger

EDF réinvestit : ma facture va-t-elle augmenter ?

Ajouté le 27/04/2016 - Auteur : jazz

L'entreprise "EDF" endettée à 37 milliards d'euros, a annoncée qu'elle lançait une augmentation de capital de 4 milliards d'euros. Les consommateurs doivent-ils craindre une augmentation des "tarifs bleus ?

Le fournisseur historique très endetté, va être secouru par l’Etat son actionnaire principal, qui a d'ores et déjà annoncé son intention de souscrire à hauteur de 3 milliards dans le groupe par le biais d'une augmentation de capital.


Côté facture, les consommateurs doivent s’attendre à une augmentation des tarifs de l'ordre de 2,5%.

Vers une hausse modérée des tarifs

Même si le groupe est plombé par les prix de l'électricité en berne, le PDG Jean-Bernard Lévy se veut rassurant :

« L'augmentation de capital n'a rien à voir avec les hausses de tarif, c'est la commission de régulation de l'énergie CRE qui le décide », « EDF se mobilise pour que les Français puissent continuer à avoir une énergie économe, sûre et décarbonée », précise t’il.

La CRE calcule les tarifs en fonction des coûts

La CRE réalise des "calculs complexes pour déterminer les prix de l'électricité", comme par exemple :

- le coût de production, qui inclut notamment l'investissement pour faire fonctionner les centrales ;

- le coût d'acheminement qui correspond à ce que le fournisseur reverse aux gestionnaires de réseau (RTE ou ERDF) ;

- le coût de commercialisation, c'est à dire les frais liés à la gestion des clients.



EDF émet ses souhaits, le gouvernement tranche

Le gouvernement est ensuite chargé de valider ou éventuellement de modifier le chiffre proposé par la CRE. Mais cela n'empêche pas EDF d'exprimer en amont un souhait qui sera suivi ou non par les autorités.

L'an dernier la hausse s'est finalement élevée à 2,5% (au 1er août 2015).

En rappelant lundi sur Europe 1 ce chiffre et en précisant "souhaiter des hausses régulières et modestes", le patron d'EDF laisse entendre qu'il table sur une hausse de cet ordre là.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Le président d'Engie bataille le prix du carbone

Ajouté le 25/04/2016 - Auteur : jazz

Gérard Mestrallet, le PDG d'Engie (ex-GDF Suez), a été nommé par Ségolène Royal, la ministre de l'Énergie, à la tête d'une commission sur le prix du carbone.

Depuis longtemps, Gérard Mestrallet souligne que les investisseurs et les industriels ont besoin de visibilité pour s'engager fermement sur le chemin de la transition énergétique.


Cela tombe bien, Gérard Mestrallet va pouvoir préciser ses propositions avec encore plus de résonnance, il a été nommé par Ségolène Royal à la tête d'une commission sur le prix du carbone.

Dans ce cadre, le PDG d’ ENGIE vient de participer à Washington à une réunion de la Banque mondiale, dont l'objet consistait notamment à évoquer les suites de la COP21.

Autour de la table, se trouvaient également des représentants du FMI et de grandes institutions internationales.

Le dirigeant, soutient le schéma d'un corridor pour ce prix du C02, autrement dit une fourchette dans lequel le signal prix viendrait s'inscrire.

Dans cette fourchette, c'est évidemment le prix plancher qui serait le premier élément pris en considération.



Protection de l'environnement

Pour le PDG d' ENGIE, si ce signal prix ne parvient pas à être déterminé, les objectifs de l'Union européenne de diminuer de 40% les émissions de C02 risquent d'être difficiles à tenir.

Le dirigeant ne cache pas la difficulté à calibrer un prix du carbone devant l'hostilité affichée par certains pays.

Il fait référence notamment à la Pologne, dont le «mix» énergétique fait actuellement la part belle au charbon.

Au passage, le dirigeant souligne que la fixation d'un prix pour le carbone ne doit pas se faire à deux vitesses, autrement dit, alors que certains pays s'efforceraient d'être vertueuses, d'autres économies ne feraient aucun geste.

En effet, cette situation consisterait pour certains pays fortement émetteurs de fabriquer des produits très carbonés à meilleur prix ailleurs.

L'une des solutions pour le PDG, consiste à prévoir des mesures spécifiques, comme octroyer des quotas d'émissions de CO2 gratuits aux acteurs les plus exposés.

Une bataille du prix du carbone qui s'annonce longue !

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF: trois chiffres qui font exploser les comptes

Ajouté le 21/04/2016 - Auteur : jazz

La situation financière d’Edf inspire l'inquiétude de l’état, son actionnaire majoritaire.

Mercredi 20 avril à l'Elysée, sous l'égide du président François Hollande, s’est tenue une réunion interministérielle consacrée à EDF, dont la situation financière dégradée inquiète son actionnaire principal, l'Etat.


Une dette de 37,4 milliards d'euros

Face à la baisse du prix de l'électricité, le fournisseur historique est de moins en moins rentable. Sa dette est passée de 34,2 milliards d'euros à 37,4 milliards d'euros entre 2014 et 2015, tandis que son résultat net passait de 3701 à 1187 millions d'euros.

La dette représente 50% du chiffre d'affaires d’ EDF qui s'est élevé à 75 milliards en 2015. L'action a perdu les deux tiers de sa valeur depuis 2014. En Bourse, l'entreprise ne vaut plus que 23 milliards d'euros.

Dans le même temps, pour se développer, EDF doit investir massivement. Le fournisseur mise son avenir sur le chantier des deux réacteurs EPR d'Hinkley Point au Royaume-Uni. Un projet d’un montant de 23 milliards d'euros, dont un tiers est pris en charge par son partenaire chinois CGN. Reste à sa charge environ 15 milliards.



Un chantier de 100 milliards d'euros

Mais cette somme reste modeste par rapport à ce que doit lui coûter le "grand carénage" exigé par l'Autorité de sûreté nucléaire après la catastrophe de Fukushima.

Il a été estimé par la Cour des comptes à 100 milliards d'euros d'ici 2030. EDF, pour l'instant, ne le chiffre qu'à 55 milliards d'ici 2025.

A côté de ces chiffres sans commune mesure avec les capacités réelles de l'entreprise, les 2,5 milliards qu' EDF doit sortir pour racheter et sauver l'activité réacteurs d'Areva semblent presque négligeables.

L'opération en elle-même est pourtant lourde de menace, car aucun des deux acteurs n'est en mesure d'assumer les surcoûts du chantier de l'EPR finlandais d'Olkiluoto.

Alors que les retards enregistrés mettent en péril la technologie nucléaire qu'EDF veut développer à l'avenir.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Engie signe 2 contrats d’énergie en Egypte

Ajouté le 20/04/2016 - Auteur : jazz

Engie a annoncé le lundi 18 avril 2016 la signature de deux contrats en Egypte. Ces opérations se sont déroulées à l’occasion de la visite officielle du président de la République française François Hollande.

Ainsi, un premier accord de coopération a été signé avec la National Renewable Energy Association (NREA) et l'Egyptian Electricity Transport Company (EETC) pour continuer le développement des énergies renouvelables.


Dans le pays, ENGIE mènent déjà plusieurs projets relatifs aux énergies renouvelables, notamment le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance de projets solaires photovoltaïques (2 X 50 MW) à Benban, encadrés par un dispositif de tarif d’achat, le parc éolien « Ras Ghareb » de 2 X 50 MW ou encore le complexe « West of Nile » pour lequel la société a été présélectionnée pour la construction et l’exploitation (Build-Own-Operate) de projets éoliens, solaires photovoltaïques et de solaire à concentration.

Tous ces projets font partie du programme du Gouvernement égyptien qui vise à promouvoir le développement de l'électricité renouvelable et à porter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique à 20 % en 2022. Il permettra également de diminuer la tension entre la demande et l'offre d'électricité en Égypte et de diversifier les sources d'énergie du pays.



Le 18 avril, Engie et la société nationale égyptienne EGAS ont également signé un contrat de coopération portant sur l'importation de GNL en Égypte.

Partenaire de longue date de l’industrie gazière locale, Engie contribuera ainsi à l’approvisionnement du marché égyptien en gaz.

En Egypte, ENGIE développe aussi des activités de services à l'énergie et des offres pour les villes durables, s'inscrivant dans le cadre des programmes du gouvernement pour le " Nouveau Caire " et le nouvel aménagement urbain de la région du Canal de Suez.

Par ailleurs, Engie et ses partenaires Orascom et Toyota Tsusho ont un projet de construction et exploitation d'un parc éolien de 250 MW dans le Golfe de Suez.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Gaz : Légère baisse des prix en mai

Ajouté le 18/04/2016 - Auteur : jazz

Les tarifs réglementés du gaz proposés par Engie (ex-GDF Suez) baisseront de 0,6% à compter du 1er mai.

Les mois s’enchainent et les prix du gaz d’ENGIE continuent de reculer régulièrement, dans le sillage de la baisse des cours du pétrole.


Certes, la baisse qui va intervenir en mai de 0,6 % est moins sensible qu'en avril, mais c'est une baisse tout de même qui profitera à environ 7 millions de foyers.

Depuis plusieurs mois déjà, les prix du gaz révisés désormais mensuellement ne cessent de reculer, dans le sillage de la chute du baril.

Sur un an et demi, le baril a perdu plus des deux tiers de sa valeur. Et même si les experts anticipent un léger rebond, la stabilité à la baisse des cours du brut devrait rester pérenne en 2016.



Les professionnels doivent choisir une offre de marché

Cet environnement se répercute sur les contrats de livraison de gaz entre les grands fournisseurs. Ainsi, récemment, le géant russe Gazprom a annoncé avoir trouvé un accord révisant le prix du gaz cédé au groupe Engie.

Celui-ci avait déclenché une procédure d'arbitrage pour obtenir du gaz à meilleur marché.

Le gazier historique français a obtenu gain de cause, même si de part et d'autre, on ne communique aucune information sur le montant du rabais obtenu par ENGIE.

Gazprom est le partenaire d'Engie depuis quarante ans et ses livraisons représentent plus de 20% des contrats d'approvisionnement à long terme de l'énergéticien français en Europe.

Les tarifs réglementés en France ne concernent plus que les consommateurs domestiques.

L'ensemble des professionnels sont désormais obligés de choisir une offre de marché, que ce soit chez Engie ou un fournisseur alternatif Direct Energie, Planète OUI, ENI et EDF.

Ce mouvement n'est d'ailleurs pas totalement achevé: sur 108 000 sites alimentés en gaz et obligés de faire la bascule (vers une offre de marché), près de 13 500 n’ont pas encore migrer.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités