comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

Eni réduit ses dépenses d'investissement

Ajouté le 09/03/2016 - Auteur : jazz

Eni a annoncé vendredi une baisse de 20% de ses investissements en 2016 après avoir enregistré au quatrième trimestre 2015, une perte nette en raison de la chute des cours du pétrole.

La quatrième compagnie pétrolière européenne par capitalisation boursière a précisé que sa perte nette ajustée trimestrielle était de 200 millions d'euros.


En tenant compte des dépréciations induites par l'évolution des cours du pétrole, la perte atteint 6,89 milliards d'euros.

Dans ce contexte, ENI a décidé de réduire ses dépenses d'investissement en 2016 de 20% sur un an à taux de change constants, en reformulant et en reprogrammant des projets, en étant de plus en plus sélectif concernant l'exploration et en renégociant des contrats de fourniture à long terme.

Eni est directement touchée par l'effondrement des cours du pétrole, qui ont chuté de 70% en un an et demi.

Elle a été la première grande compagnie occidentale à réduire la rémunération de ses actionnaires l'an dernier.

Elle a confirmé vendredi le dividende au titre de 2015 mais n'a fourni aucune précision sur son évolution à l'avenir.



Nouveaux gisements d'hydrocarbures

Par ailleurs, ENI a mis l'accent depuis 2014, sur la recherche de nouveaux gisements d'hydrocarbures.

La compagnie pétrolière a augmenté sa production de 14% au quatrième trimestre pour la porter à 1,88 million de baril par jour (bpj), un niveau qui n'avait plus été atteint au cours des cinq dernières années.

ENI, contrôlée par l'Etat italien, prévoit pour cette année une stabilisation de sa production de pétrole et de gaz globalement aux niveaux de 2015.

Elle a acquis l'année dernière 1,4 milliard de barils de nouvelles ressources, contre un objectif de 500 millions, à un coût de 70 cents le baril.

Cette performance est essentiellement due à la découverte du plus grand gisement de gaz naturel jamais réalisée en mer Méditerranée, celui de Zohr au large de l'Egypte. Le lancement de l'exploitation de ce gisement est prévu pour fin 2017.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF s’attise pour lancer ses EPR britanniques

Ajouté le 07/03/2016 - Auteur : jazz

EDF déploie « tous ses efforts » pour parvenir « dans un avenir proche » à une décision finale d'investissement sur son projet controversé de construire deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point, en Angleterre.

C’est ce que rapporte un communiqué publié, le 3 mars, par l’Elysée, à l’issue d’un sommet franco-britannique.


Depuis plus de deux ans, la décision finale d’investissement d’EDF est attendue pour lancer la construction de deux EPR en Angleterre. Un projet à 23 milliards d’euros.

Mais l'électricien prend le temps de boucler son financement, de gérer l’opposition interne et de solidifier son accord avec Londres.

MONTAGE FINANCIER DIFFICILE BOUCLER

Initialement, EDF devait financer 50 % des EPR laissant 40 % à des partenaires étrangers et les 10 % restants à Areva.

Mais les lourdes pertes du groupe nucléaire et sa restructuration en cours l’ont fait sortir de l’équation.

Côté partenaires étrangers, deux électriciens chinois « CGN » et « CNNC » ont répondu à l’appel et financeront 33,5 % du projet.

Le reste revient donc à EDF.



OPPOSITIONS EN INTERNE

En janvier, la CFE-CGC s’inquiétait, dans un communiqué, que ce grand projet industriel menace la pérennité même d’EDF.

En interne, une grande majorité préférerait attendre d’avoir un retour d’expérience complet des EPR en construction en Finlande et en France, les deux faisant face à des retards et un dépassement budgétaire.

D’autres veulent qu’EDF choisisse de construire des EPR Nouveau Modèle en cours de développement, censés être plus constructibles et moins chers.

Les deux options impliqueraient toutefois un délai de plusieurs années.

UNE GARANTIE MANQUANTE DE LONDRES

EDF a obtenu un tarif de rachat garanti de 91 livres par mégawattheure sur 35 ans.

Or, si à l’occasion d’un changement de dirigeant, le pays décidait de repenser sa politique nucléaire, EDF pourrait se retrouver sans aucune garantie. Un risque qui est sans doute trop lourd à porter.

Mais, malgré ces trois obstacles, les hauts dirigeants d’EDF continuent à croire en l’intérêt du projet d’Hinkley Point.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Engie marche sur les platebandes d'EDF

Ajouté le 03/03/2016 - Auteur : jazz

Le groupe énergétique Engie (ex-GDF Suez) vise les 3 millions de clients particuliers à la fin de l'année 2016.

Les ambitions de l'énergéticien dans l'électricité vont crescendo. À la fin 2015, le groupe disposait d'un portefeuille de 2,5 millions de clients particuliers (résidentiels), ce qui signifie un gain d'environ 400.000 clients par rapport à 2014.


En 2016, cette tendance devrait se poursuivre puisqu' Engie souhaite désormais atteindre le cap des trois millions de clients domestiques à la fin de l'année.

À plus long terme, d’ ENGIE vise 20% du marché électrique en 2020, tous segments de clientèle confondus, soit un socle de 5 millions de clients particuliers à cette échéance.

Cette stratégie commerciale est bien balisée avec un groupe qui met en avant sa gamme d'offres compétitives, dont des offres à prix fixe garanti pendant 1, 2 ou 3 ans et des offres d'électricité verte.

Parallèlement, Engie propose une gamme de services destinés à aider ses clients en matière de maîtrise de la consommation d'énergie.

À l'image de l'outil «Cap EcoConso», un service gratuit qui permet aux particuliers d'étudier au plus près leur consommation d'énergie (électricité et gaz naturel) et de repérer les pistes d'économies possibles.



Offre innovante

La montée en puissance d'Engie sur le segment des particuliers se fait sur un marché encore dominé à 90 % par EDF et ses tarifs réglementés.

Tous les acteurs présents sur le marché savent désormais que la simple fourniture d'énergie ne suffit plus et qu'il s'agit également, pour faire la différence, d'offrir des services performants.

ENGIE rappelle ainsi qu'il a conçu la première offre innovante du marché pour les clients disposant d'un compteur intelligent Linky, qui permet de bénéficier d'heures creuses tout le week-end à un prix du kilowattheure (KWh) réduit de 30% par rapport au prix des heures pleines.

Les prix proposés par Engie se situent entre 0 et 8% moins cher, que les tarifs réglementés d'EDF, en fonction de la gamme de prestations.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Gaz : les tarifs ont baissé de 3,22% en mars

Ajouté le 02/03/2016 - Auteur : jazz

Suez) ont baissé de 3,22% au 1er mars. La baisse atteint 15,4% depuis janvier 2015.

Mais cela ne se ressent pas totalement sur la facture finale en raison de l’augmentation de la Taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN) qui s'ajoute à la note.


Quelque sept millions de foyers français sont concernés par les prix réglementés du gaz appliqués par ENGIE.

Les tarifs réglementés du gaz, proposés par ENGIE (ex-GDF Suez) ont baissé de 3,22% en moyenne (hors taxes) au 1er mars, selon les données de la Commission de régulation de l'énergie.

Baisse différente en fonction de l’usage

La baisse diffère selon votre utilisation du gaz. En détails, les tarifs sont en recul de 3,3% pour les foyers se chauffant avec cette énergie, de 1,1% pour ceux qui l’utilisent pour cuisiner et de 2% pour ceux qui s’en servent à la fois pour la cuisson et l'eau chaude.



Baisse de 15,5% sur quinze mois

Cela fait six mois consécutifs que les tarifs reculent. La baisse atteint au total 15,4% depuis le 1er janvier 2015.

Ce mouvement est lié à la baisse des indices du prix à terme du gaz sur le marché de gros des Pays-Bas, et de celui d'une partie du marché français. Des indices qui suivent la chute des prix du pétrole.

Des taxes à ajouter

Les tarifs réglementés n'incluent pas les diverses taxes, qui peuvent alourdir la facture. Ainsi, la hausse de la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN) en janvier 2016 avait pratiquement annulé la baisse du prix du gaz de 2% à l'époque.

Cette taxe reversée aux douanes puis affectée au budget de l'Etat était alors passée de 2,64 euros par mégawattheure en 2015 à 4,34 euros/MWh en 2016.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les différents fournisseurs des ménages français

Ajouté le 25/02/2016 - Auteur : jazz

En France, il existe environ 180 fournisseurs d’électricité mais seule une vingtaine d’entre eux sont présents sur l’ensemble du territoire.

Depuis l’ouverture du marché en juillet 2007, tous les ménages en France peuvent choisir de souscrire au tarif règlementé de l'électricité (auprès des fournisseurs historiques comme EDF et les entreprises locales de distribution au niveau local) ou une offre de marché (auprès des fournisseurs historiques ainsi que des « nouveaux » entrants, baptisés fournisseurs « alternatifs »).


Les fournisseurs ne sont pas tous orientés vers les mêmes clients finaux (grands ou moyens sites non résidentiels, sites résidentiels, etc…).

Ainsi, on comptabilise que 12 fournisseurs d’électricité « nationaux » proposant des offres aux consommateurs particuliers :

- Le fournisseur historique EDF ;

- les fournisseurs alternatifs Direct Energie, Planète OUI, ENI et ENGIE , Enercoop, Energem, Alterna, Lampiris, Proxelia, Lucia, ou encore Sélia.



Auquel se rajoutent les fournisseurs locaux tels que ÉS Énergies à Strasbourg, Gaz Électricité Grenoble et aussi Séolis dans les zones rurales du département des Deux-Sèvres.

Fin septembre 2015, 28 millions des 31,5 millions de sites résidentiels (soit 88,9%) avaient un contrat de fourniture auprès de fournisseurs historiques EDF, (la grande majorité au tarif réglementé).

Les foyers ayant souscrit une offre de marché sont principalement clients chez les fournisseurs « alternatifs » ENGIE et Direct Energie.

Notons que les offres de marché peuvent être plus avantageuses que les tarifs réglementés et sont quelquefois indexées sur ces derniers avec un rabais).

Rappelons par ailleurs que la fin des tarifs réglementés a jusqu’ici uniquement touché les plus gros consommateurs (les tarifs « Jaune » et « Vert » d’EDF ayant notamment été supprimés en janvier 2016) et ne concerne donc pas encore les particuliers.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

L'incroyable paradoxe EDF

Ajouté le 24/02/2016 - Auteur : jazz

Payer plus cher notre électricité alors que les prix de l'électricité sont en baisse ?

En effet, sur les marchés de gros, le prix du mégawattheure (MWh) a reculé de 38% en un an, passant de 41 à 26 euros mais plutôt que d'en faire profiter le consommateur, EDF réclame, au contraire, une hausse des tarifs de 8%.


La cause : la transition énergétique

C’est incroyable paradoxe s’explique par l'intrusion du politique, avec sa fameuse transition énergétique.

Celle-ci encourage massivement la production d'électricité renouvelable subventionnée qui s'ajoute à la production nucléaire déjà existante.

De ce fait, on se retrouve avec une surproduction qui fait chuter les cours.

Mais, pour l’opérateur historique EDF, produire de l'électricité coûte toujours aussi cher. Son coût de fabrication est de 42 euros le MWh.

Résultat, l'entreprise doit revendre à perte, au prix de 26 euros, ses surplus d'électricité à l'exportation.

Ce qui était une source de profits est devenu une source de pertes.

Bien vue, la transition !



Des subventions financées par la CSPE

Deuxième effet : ces subventions en faveur des énergies renouvelables sont financées par une taxe sur l'électricité, baptisée « CSPE » (Contribution au service public de l'électricité).

Celle-ci représente 15% de notre facture et continue d'augmenter. Et voilà pourquoi nous payons toujours plus cher.

Ajoutons à cela qu'EDF doit, en plus, rénover son parc nucléaire vieillissant.

L'équation est devenue tellement compliquée pour le fournisseur historique que l'État va probablement devoir remettre au pot et recapitaliser l'entreprise.

Une facture qui se chiffre en milliards d'euros.

Décidément, politique et affaires ne font jamais bon ménage.

Et on connaît malheureusement la fin de l'histoire, le consommateur-contribuable va devoir payer la facture.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Certaines communes refusent Linky

Ajouté le 22/02/2016 - Auteur : jazz

Les ondes émises par les nouveaux compteurs électriques sont-elles dangereuses pour la santé ? Le déploiement du compteur « Linky » est loin de plaire à tout le monde.

Les anti-Linky dénoncent les dangers du nouveau compteur électrique pour la santé et ERDF, constate que, "faute d’étude indépendante", il lui est impossible de vérifier le risque sanitaire.


Chaque jour, le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité reçoit des lettres d'administrés refusant Linky, «un tiers des courriers proviennent des mairies».

Il s'agit souvent des copies de courriers rédigés d'après des modèles diffusés sur internet.



Ce que dénoncent les anti-Linky ?

Alors que depuis le 1er décembre 2015, le gestionnaire du réseau a commencé à poser les boitiers des compteurs (35 millions doivent être remplacés d’ici 2021), plusieurs associations ou collectifs, comme Priatrem-Électrosensibles ou Robin des Toits, dénoncent des risques.

Les associations soulignent que le compteur transmet des données diffusées via les fils électriques, grâce à la technologie du CPL (Courant porteur en ligne).

D’après eux, il en résulterait un rayonnement électromagnétique nocif "à l’intérieur du logement, car les fils ne sont pas blindés". Ce que répond ERDF "À l’exception d’une minute par jour, Linky fonctionne exactement comme les anciens compteurs", explique ERDF.

Pendant cette minute quotidienne, Linky reçoit un signal externe puis renvoie des informations, ceci passe effectivement par le courant électrique.

Est-ce dangereux pour la santé ? Non, affirme ERDF selon les trois arguments suivants :

- Linky génère un champ électromagnétique extrêmement faible, plus réduit que la plupart des appareils électriques branchés dans une maison (frigidaire, grille-pain, cafetière…).

À titre de comparaison, un ordinateur branché, mesuré à 40 cm, émet un champ de 5 volts par mètre, alors que le compteur « Linky », mesuré à 20 cm, émet moins de 0,1 volt par mètre.



- le temps communication des données est bref.

- Linky est testé depuis de nombreuses années par des cabinets externes. Une expérimentation sur 300 000 compteurs est menée depuis 2010.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Prix du GAZ : Nouvelle baisse au 1er mars

Ajouté le 18/02/2016 - Auteur : jazz

Les prix réglementés du gaz, appliqués par Engie devraient baisser en moyenne de 3,2% HT en mars, en recul pour le sixième mois consécutif.

Ce mouvement s'explique en particulier par la chute des cours du pétrole, sur lesquels les prix réglementés du gaz sont en partie indexés.


La CRE n’a pas encore confirmé

Bonne nouvelle pour quelque sept millions de foyers. Alors qu’on se rapproche du printemps et de la fin de la saison de chauffe, les prix réglementés du gaz appliqués par Engie vont donc baisser de manière assez sensible.

Depuis plusieurs mois déjà, les prix réglementés du gaz reculent à intervalles réguliers.

Ce mouvement s'explique en particulier par la chute des cours du pétrole, sur lesquels les prix réglementés du gaz sont pour partie indexés.

Le cours du baril de brut semble désormais durablement installé autour de la barre de 30 dollars. À titre de comparaison, il avait dépassé les 100 dollars en 2014.

Pour les prochains mois, les experts n'envisagent pas d’augmentations significatives pour les cours de l'or noir.

La dernière tendance baissière annoncée par plusieurs médias n’a cependant pas encore été confirmée par la Commission de régulation de l’Energie qui se prononcera dans le courant du mois de février.



Quelque sept millions de foyers concernés

Quelque sept millions de foyers français sont concernés par les prix réglementés du gaz appliqués par ENGIE.

Depuis 2013, les prix du gaz sont désormais fixés mensuellement et non plus trimestriellement comme auparavant, de manière à mieux lisser les éventuelles variations.

Cela permet aussi d'éviter de politiser le dossier car pendant plusieurs années, les gouvernements successifs refusaient d'endosser les hausses trop importantes des prix du gaz.

La loi stipule que les coûts d'approvisionnement d'Engie soient intégralement répercutés.

À noter que l'univers des prix réglementés ne concerne plus que les clients particuliers.

Pour les entreprises, les prix administrés du gaz ont progressivement disparu entre l'été 2014 et l'hiver 2015, au profit aussi des prix du marché.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF réclame une nouvelle hausse des tarifs

Ajouté le 17/02/2016 - Auteur : jazz

Le PDG Jean-Bernard Lévy réclame une nouvelle augmentation des tarifs réglementés auprès de l'Etat actionnaire pour faire face à la baisse des prix de marché de l'électricité et d'un manque à gagner dû au gel des tarifs en 2012 et 2013.

Après une hausse de 2,5% des tarifs de l'électricité jugée "acceptable" par son PDG en août 2015, EDF a plaidé mardi, en faveur d'une nouvelle augmentation en 2016.


Pour faire face à la chute des prix de marché de l'électricité, Jean-Bernard Lévy a également appelé à une réforme des régulations française et européenne, pour permettre aux fournisseurs de couvrir leurs coûts et d'investir dans de nouveaux moyens de production.

Compenser les gels tarifaires de 2012 et 2013

Cette hausse incluait un rattrapage sur un an du manque à gagner d'EDF en 2012 et 2013, lorsque ces tarifs s'appliquant à environ 28 millions de sites ne couvraient pas ses coûts en raison de gels tarifaires décidés par l'exécutif.



Le gouvernement, en charge de fixer les tarifs, a décidé une politique de petits pas.

Après les 2,5% d’augmentation de cet été, Jean-Bernard Lévy souhaite qu’un autre pas soit franchi pour contribuer au rattrapage du manque à gagner.

Une demande aussitôt repoussée par la ministre de l'Energie, Ségolène Royal, qui ne voit "pas de raisons d'accorder une hausse supplémentaire à celles accordées" à EDF, dont l'Etat est actionnaire à plus de 84%.

Selon elle, EDF doit faire des gains de productivité, en investissant dans les renouvelables, en relevant la productivité des installations, et pas toujours en se tournant vers les usagers.

Un avis non partager par le PDG d’EDF, puisque selon lui, aucun fournisseur n'est aujourd'hui en mesure d'investir dans de nouveaux moyens de production s'il n'est pas soutenu par des subventions publiques.

Ce même mardi, Jean-Bernard Lévy a annoncé, outre des bénéfices divisés par trois en 2015, qu'il ne procéderait pas à plus de deux fermetures de réacteurs nucléaires d'ici 2025, contre la vingtaine que les sages de la Cour des Comptes estiment nécessaires à la mise en œuvre de la loi sur la transition énergétique, selon leur dernier rapport annuel.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Electricité : Engie s'impose sur le marché

Ajouté le 15/02/2016 - Auteur : jazz

Engie vise les 3 millions de clients particuliers à la fin de l'année 2016.

Le groupe Engie (ex-GDF Suez) a largement réalisé ses objectifs dans l'électricité. Fin 2015, le groupe énergétique disposait d'un portefeuille de 2,5 millions de clients particuliers (résidentiels), ce qui signifie un gain d'environ 400.000 clients par rapport à 2014.


Pour fin 2016, Engie souhaite désormais atteindre le cap des trois millions de clients domestiques.

À l’horizon 2020, l'énergéticien vise 20% du marché, tous segments de clientèle confondus, soit un socle de 5 millions de clients particuliers à cette échéance.

Cette offensive commerciale est bien balisée, avec un groupe qui met en avant ses offres compétitives, dont des offres à prix fixe garanti pendant 1, 2 ou 3 ans et des offres d'électricité renouvelable.

En parallèle, ENGIE insiste sur la gamme de services destinés à aider ses clients en matière de maîtrise de la consommation d'énergie.

À l'image de l'outil «Cap EcoConso», un service gratuit qui permet aux consommateurs d'étudier au plus près leur consommation d'énergie (électricité et gaz naturel) et de repérer les pistes d'économies possibles.



La première offre innovante

La montée en puissance d'Engie sur le segment des particuliers se fait sur un marché encore largement dominé par EDF et ses tarifs réglementés puisque la part de marché de l'opérateur historique sur le secteur résidentiel dépasse les 90%.

Tous les fournisseurs en lice savent désormais que la simple fourniture d'énergie ne suffit plus et qu'il s'agit également, pour faire la différence, d'offrir des services performants.

ENGIE rappelle ainsi qu'il propose la première offre innovante du marché pour les clients disposant d'un compteur intelligent Linky - qui permet de bénéficier d'heures creuses sur l'ensemble du week-end à un prix du kilowattheure (KWh) réduit de 30% par rapport au prix des heures pleines.

Pour information, les prix proposés par Engie sont de 0 à 8% moins cher que les tarifs réglementés d'EDF, en fonction de la gamme de prestations.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités