comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

Hausse de 1,59 % des prix du gaz en novembre

Ajouté le 26/10/2016 - Auteur : jazz

Les tarifs réglementés du gaz vont augmenter de 1,59% en moyenne le mois prochain, mais depuis le début de l'année ils ont baissé d'environ 10%.

Selon une délibération de la Commission de régulation de l’énergie, publiée mardi 25 octobre au Journal officiel, les tarifs réglementés du gaz, appliqués par ENGIE (ex-GDF Suez) à 7 millions de consommateurs, augmenteront de 1,59 % hors taxes en novembre.


Cette hausse sera de 0,5 % pour les foyers qui utilisent le gaz uniquement pour la cuisson, de 1,6 % pour ceux qui se chauffent au gaz et de 1 % pour ceux qui en ont un double usage cuisson et eau chaude, détaille la CRE.

Les tarifs du gaz restent très compétitifs

Cette hausse tarifaire n'est pas une surprise: les prix réglementés du gaz sont indexés pour une partie sur les cours du pétrole et le baril a entamé une lente remontée depuis plusieurs semaines déjà.

Tombé à 26 dollars en janvier, le brent cote désormais 50 dollars à Londres.

La hausse qui va intervenir en novembre coïncide avec l'entrée dans la «saison de chauffe», qui va se prolonger jusqu’au mois de mars.

Au mois d'octobre, les prix du gaz avaient enregistré une légère baisse de 0,8%.



Ce mouvement de recul se produisait après trois mois consécutifs de hausse : en juillet, août et septembre, les tarifs administrés du gaz appliqués par Engie avaient respectivement augmenté de 0,2%, 2,3% et 0,4%.

Le mouvement de hausse qui se dessine pour novembre n'empêchera pas le groupe ENGIE de mettre en avant la compétitivité des prix du gaz.

Depuis le début de l'année, et avant le mouvement de novembre, ils ont baissé d’environ 10%.

Les tarifs du gaz sont revus tous les mois

Désormais, les prix du gaz sont revus tous les mois, de manière à mieux lisser les variations éventuelles.

Auparavant, ils étaient révisés tous les trimestres, ce qui favorisait les mouvements d'ampleur, très impopulaires auprès de l'opinion publique quand il s'agissait d’augmentation.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Pénurie d’électricité : EDF se veut rassurant

Ajouté le 24/10/2016 - Auteur : jazz

À l'approche de l'hiver, et alors que de nombreux réacteurs sont à l’arrêt, EDF demande à l'Etat la suspension temporaire du mécanisme d'Accès régulé à l'électricité nucléaire historique (Arenh).

Ce dispositif oblige EDF, pour contrebalancer son monopole sur la production nucléaire, à revendre à ses concurrents qui le souhaitent jusqu'à 100 térawattheures d'électricité par an (soit environ un quart de sa production nucléaire), à un prix régulé (42 euros par mégawattheures).


Des arrêts de réacteurs pour des raisons de sécurité

Selon RTE, le gestionnaire du réseau électrique, sur les 58 réacteurs exploités par EDF dans l’hexagone, 20 étaient hors service mercredi 19 octobre.

La plupart sont arrêtés pour maintenance classique, comme c'est habituellement le cas avant l'hiver. Pour sept d'entre eux, ces arrêts planifiés ont été mis à profit pour inspecter leurs générateurs de vapeur.

Ces composants clés sont susceptibles de présenter une teneur excessive en carbone qui affaiblit leur résistance.

À la demande de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), cinq réacteurs supplémentaires seront arrêtés au cours des prochaines semaines, afin de réaliser un contrôle avant le 18 janvier 2017, sans forcément attendre leur maintenance.



Royal inquiète

Inquiète, la ministre de l'Environnement et de l'Energie, Ségolène Royal, n'a pas tardé a écrire au PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy pour lui enjoindre d'assurer la continuité de l'approvisionnement en électricité du territoire : "Il est impératif qu'EDF se prépare à maîtriser la situation pour assurer la continuité de l'approvisionnement".

L'électricité va t’elle manquer cet hiver en France ?

En réponse, le président du groupe EDF s’est voulu rassurant, affirmant que tout était mis en œuvre pour s’assurer « qu’un maximum de réacteurs nucléaires seront en situation de fonctionner entre le début du mois de décembre et la fin du mois de février », il a néanmoins reconnu que la situation est « plus difficile qu’habituellement à cette période de l’année ».

Pour RTE, il est toutefois encore "trop tôt" pour se prononcer. Le gestionnaire de réseau met la dernière main à son étude prévisionnelle sur les capacités du pays à faire face à ses besoins pour l'hiver, qu'il présentera début novembre.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Le prix de l’energie préoccupe 1/3 des Français

Ajouté le 20/10/2016 - Auteur : jazz

Attentifs à leurs factures d'énergie, les consommateurs Français peinent cependant à comprendre le marché de l'électricité et du gaz, selon le baromètre annuel du Médiateur national de l'énergie.

Le baromètre annuel du Médiateur national de l'énergie publié mardi 18 octobre, rapporte que 71% des personnes interrogées déclarent que la consommation d'énergie est pour elles "un sujet de préoccupation important".


Pour un cinquième des sondés cette problématique est même considérée comme "très importante".

Cette préoccupation est due, pour 56% des ménages, à la part jugée trop élevée des factures de gaz ou d'électricité dans leur budget, même si cette proportion a baissé de 6 points par rapport à 2015 pour atteindre le niveau le plus faible depuis 2007.

Un tiers des Français a même dû diminuer la température de son chauffage pour limiter le montant de la facture et 8% des personnes interrogées ont déclaré avoir rencontré des difficultés pour régler certaines factures.



Les abonnés favorables aux compteurs intelligents

Toujours selon ce baromètre, les Français sont de plus en plus nombreux à être informés sur l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence (62% contre 57% en 2015).

Pourtant, l'organisation de ce marché reste encore "confuse" pour la majorité des sondés : seuls 28% des consommateurs différencie ENGIE (ex-GDF Suez) d' EDF, deux sociétés concurrentes et 42% disent connaître les tarifs réglementés.

Par ailleurs, 55% des Français interrogés disent avoir entendu parler des compteurs communicants Linky, déployés par Enedis pour l'électricité, et Gazpar installés pour le gaz par GrDF.

Au total, 60% des sondés se disent favorables au déploiement de ces boîtiers intelligents.

Le reste des personnes sondées craint, en premier lieu, des suppressions d'emplois (23%), n'en voient pas l'utilité (14%) ou préfèrent garder un contact humain (14%).

Parmi les Français défavorables, les inquiétudes liées aux ondes et à la protection des données personnelles sont mises en avant par respectivement 9% et 10% des sondés.

L'enquête a été réalisée par téléphone par l'institut d'études Market Audit courant septembre 2016 auprès d'un échantillon représentatif de 1.491 ménages français.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Et si on changeait d'électricité

Ajouté le 19/10/2016 - Auteur : jazz

Les différentes sources d’électricité (charbon, nucléaire et l’éolien) n’ont pas les mêmes conséquences sur l’environnement.


Est-ce que les consommateurs ont un rôle à jouer dans ce secteur ?

Et si chacun décidait d’abandonner le nucléaire qui est à l’origine de 75% de notre consommation d’électricité pour choisir le renouvelable, une énergie produite par la force du vent, des rayons du soleil ou des cours d’eau.

Cette hypothèse technique a déjà été envisagée par l’ADEME (l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie).

Selon son rapport publié fin 2015 la possibilité d’une électricité 100% renouvelable dans l’hexagone est envisageable dès 2050.

Mais dans ce cas le MWh couterait 2 fois et demi plus cher qu’aujourd’hui.



Actuellement chacun peut choisir une offre d’électricité renouvelable ?

Bien sur, c’est très simple il vous suffit de contacter votre fournisseur habituel ou de choisir une offre verte chez un autre fournisseur qui correspond au mieux à vos attentes :

- L’offre par le prix : Lampiris ou Direct Energie par exemple, proposent des prix moins chers que le tarif réglementé.

- L’offre classique : propose des prix quasi identiques aux tarifs de base ou légèrement supérieurs pour EDF ou ENGIE.

- Ou encore l’offre militante du fournisseur Enercoop, un peu plus chère mais c’est la coopérative se fournit auprès de producteurs indépendants et locaux.

En tout cas quel que soit votre choix, les démarches sont faciles et rapides : votre nouveau fournisseur se charge de toutes les démarches administratives liées à votre changement de fournisseur.

Vous n'avez aucun soucis à vous faire sur la qualité de l'électricité fournie, puisque c’est la même que celle que vous utilisiez avant.

Votre fournisseur devra acheter ou produire autant d’électricité renouvelable que ce que vous consommerez désormais, résultat : vous aurez une influence directe sur le Mix énergétique.

Pour info, en 2015, l’électricité renouvelable a représenté 19 % du mix, mais cela pourrait évoluer si nous sommes nombreux à opter pour une offre renouvelable.

D’ailleurs la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte a fixé l’objectif de porter la part consommée d’électricité renouvelable à 40% d'ici 2030.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

L’énergie solaire à travers le monde

Ajouté le 17/10/2016 - Auteur : jazz

Les capacités du parc photovoltaïques européen sont actuellement de 100 GW, ce qui représente 10 % de la capacité énergétique du continent.

Une part en progression de 7% par rapport à 2005, ce qui montre que l’énergie solaire est en phase de devenir une alternative fiable et compétitive à l’énergie électrique traditionnelle.


La France se classe au 3e rang

La France se classe au 3e rang en matière de production d’énergie solaire en occupant 12 % du marché européen.

Tout comme en Europe, l’énergie solaire est en pleine croissance aux États-Unis dans la production énergétique.

National Geographic rapporte que le prix de l’énergie solaire a baissé de 70 % en 7 ans. Une chute qui s’explique en grande partie par la baisse du coût des installations de panneaux solaire photovoltaïques (50 % entre 2009 et 2014) et l’amélioration de leur rendement.



Les modules photovoltaïques rentables dès 2020 ?

En France, le prix des installations solaires a également chuté.

Selon l’Ademe, (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), les modules photovoltaïques pourraient s’avérer rentables à partir de 2020.

L’agence estime que dans un premier temps, cette viabilité financière ne sera effective que dans le sud de la France pour les centrales solaires au sol et les panneaux photovoltaïques installés sur les toits des grands bâtiments tertiaires ou industriels.

L’énergie solaire pourrait par la suite séduire des structures plus petites, qui seront capables, à leur tour, de produire leur propre électricité et réaliser ainsi de réelles économies.

Aides financières pour les installations solaires

Si les panneaux solaires photovoltaïques rencontrent autant de succès ces dernières années dans l’hexagone, c’est notamment parce que l’installation de ces modules permet de bénéficier de la TVA à taux réduit à 5,5 %, du CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) à un taux unique de 30 %, et des aides financières de l’Anah ainsi que des subventions locales.

Comparez les offres d'énergie verte des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Changer de fournisseur d’électricité ou de gaz

Ajouté le 13/10/2016 - Auteur : jazz

Selon le Baromètre Energie-info 2015 du médiateur national de l’énergie, 73 % des ménages français se disent préoccupés par leurs dépenses énergétiques.

Onze ans après libéralisation du marché, une bonne majorité de Français est restée fidèle aux tarifs publics d’électricité ou de gaz proposés par les fournisseurs historiques EDF ou ENGIE ex Gdf-Suez.


Faites des économies en changeant de fournisseur

En France, 73 % des ménages se disent préoccupés par leur budget énergétique, mais seuls 13 % d’entre eux déclarent avoir choisi de partir chez un nouveau fournisseur d’énergie (gaz et/ou électricité) courant 2015, rapporte le Baromètre Énergie-Info 2015 du médiateur national de l’énergie.

Les raisons sont sans doute dues au fait que les factures de gaz ou d’électricité ne sont pas les premières auxquelles on pense pour réaliser des économies.

La possibilité de changer de fournisseur et de souscrire une nouvelle offre au prix de marché contre une offre aux tarifs réglementés reste encore peu connue.



Ces tarifs fixés par les pouvoirs publics restent le monopole d’ EDF pour l’électricité (le Tarif Bleu), d’ ENGIE (ex-GDF Suez) pour le gaz, et dans une moindre mesure, d’entreprises locales de distribution dans certaines villes (Électricité de Strasbourg, Gaz et électricité de Grenoble...).

Pourtant, malgré la hausse de 39 % de la facture pour les foyers au tarif réglementé chauffés à l’électricité entre 2007 et 2015, et de 26 % pour le gaz naturel, selon le dernier rapport annuel du médiateur, une large majorité d’entre eux reste avec les fournisseurs historiques, alors que les possibilités sont désormais nombreuses sur le marché.

Alors n’hésitez pas à comparer les différentes offres des fournisseurs alternatifs Direct Energie, Planète OUI, ENI, Lampiris, Enercoop, etc.. et optez pour celle qui convient au plus près à vos besoins, vous réalisez à coup sûr des économies sur vos factures énergétiques.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Electricité : L’arrivée de l’hiver inquiète

Ajouté le 12/10/2016 - Auteur : jazz

Le froid commence à se faire sentir et certains spécialistes du secteur de l'énergie s'inquiètent de l'approvisionnement en électricité pour cet hiver.

En effet, en France les infrastructures électriques, tournent au ralenti, sur 58 réacteurs nucléaires 23 sont à l’arrêt ou en service réduit, une situation qui fait grimper les prix de gros.


De quoi faire diminuer mathématiquement la production d'électricité dans l’hexagone.

Il s'agit d'ailleurs d'un niveau exceptionnellement bas, causé par la multiplication des contrôles sur les installations nucléaires depuis la découverte d'anomalies sur la cuve de l'EPR en construction à Flamanville.



Une hausse des prix sur le marché du gros

Selon les estimations d’EDF la moitié de ces réacteurs devraient redémarrer dès ce mois-ci, mais sept d'entre eux resteront à l'arrêt jusqu'à la fin de l'année au plus tôt.

Mais les investigations menées par Areva et EDF à la demande de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur des générateurs de vapeur laissent planer des incertitudes sur d'éventuels arrêts supplémentaires.

Une situation qui pourrait, rapidement, faire grimper les prix du gros sur les marchés de l'énergie.

Alors qu'ils avaient connu une forte chute au début de l’année 2016, les prix de gros pour livraison en 2017 ont flambé, dépassant 40 euros/MWh, alors qu'ils évoluaient à moins de 32 euros/MWh, le mois dernier.

Une augmentation des prix qui ne se répercutera pas, à court terme, sur la facture du consommateur. En revanche, ce dernier peut s'inquiéter d'un moins bon approvisionnement électrique.

Le « mécanisme anti-coupure » de RTE

À l'heure actuelle, le nucléaire fournit les trois quarts de la production d'électricité en France.

En cas de couverture insuffisante des besoins de leurs clients, les fournisseurs devront bientôt « acheter » les capacités de production manquantes de gré à gré ou sur un nouveau marché, baptisé « marché de capacité ».

La Commission européenne vient, en effet, de faire part des amendements qu'elle souhaitait sur ce « mécanisme anti-coupure » bâti par RTE.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Nouvelle hausse des tarifs du gaz en novembre

Ajouté le 10/10/2016 - Auteur : jazz

Après une baisse de 0,8% au 1er octobre, les tarifs du gaz devraient repartir à la hausse en novembre.

Selon le Figaro, qui publie cette information, la demande tarifaire qu'Engie (ex GDF Suez), doit transmettre à la CRE (Commission de régulation de l'énergie) prévoit une hausse moyenne de 1,6% des tarifs réglementés du gaz.


Sept millions de consommateurs concernés

La baisse de 0,8% des prix du gaz appliquée par ENGIE au mois d'octobre aura été de courte durée. En novembre, la tendance s’inverse et les tarifs repartiront à la hausse, rapporte le Figaro.

Selon le quotidien, l’énergéticien va appliquer une augmentation de 1,6% des prix du gaz hors taxes. 7 millions de consommateurs sont concernés.

Depuis janvier 2015, les prix réglementés du gaz sont cependant toujours en net recul, d’environ 16%, même en intégrant la hausse prévue en novembre.

Les tarifs réglementés du gaz n’incluent pas encore les taxes diverses, mais comprennent les coûts d’approvisionnement d’Engie.



Ils sont révisés mensuellement, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole.

Ce dernier a d’ailleurs entamé une lente remontée depuis quelques semaines. Le brent à Londres cote désormais plus de 50 dollars, soit le double qu’au début de l’année.

Une hausse différente selon les usages

La hausse attendue de 1,6% constitue une moyenne, puisque l’évolution est différente pour les foyers se chauffant au gaz, pour ceux qui ne l’utilisent que pour la cuisson et pour ceux qui en ont un double usage cuisson et chauffage.

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de ménages abonnés au gaz peuvent choisir entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole et les prix de marché proposés tant par ENGIE que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, ENI, Lampiris, etc.).

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF : Les abonnés vont payer 30 euros en plus

Ajouté le 06/10/2016 - Auteur : jazz

EDF va effectuer un rattrapage des prix, d’environ un milliard d'euros. Il est estimé à 30 euros par foyer, pendant dix-huit mois.

La facture des clients EDF va donc augmenter en moyenne de 1,7 euro par mois pendant 18 mois, soit 30 euros au final.


Cette hausse concerne 28 millions de clients : les abonnés au tarif « bleu » résidentiel et les abonnés « vert ».

Pour les premiers, le rattrapage s’élèvera à 30 euros (soit un montant total de 814 millions d’euros). Pour les seconds, professionnels, gros consommateurs, le rattrapage atteindra 184 millions d’euros.

Ce rattrapage des tarifs pratiqués entre le 1er août 2014 et le 31 juillet 2015 qui se chiffre à près d'un milliard d'euros, découle de la décision mi-juin du Conseil d'Etat, annulant deux arrêtés qui avaient entraîné un gel puis une hausse de 2,5% des tarifs réglementés au 1er novembre 2014.



L'annulation de la hausse par le Conseil d'Etat


Mais cette hausse modérée n’était pas au goût des fournisseurs alternatifs (Direct Energie ou Lampiris notamment) regroupés au sein de l'Anode (Association Nationale des Operateurs Detaillants en Energie).

Bien sûr, ces derniers ont vu s'envoler l'opportunité de récupérer des clients qui auraient quitté le fournisseur historique, pratiquant des tarifs élevés.

Ces professionnels ont donc déposé un recours, devant le Conseil d’État, qu’ils viennent de gagner.

En effet, après avoir étudié la requête, la plus haute juridiction administrative leur a donné raison en juin 2016.

Ce qui s'est traduit par une annulation de la hausse des tarifs de 2,5%, jugée insuffisante.

Le gouvernement a donc été chargé de fixer une nouvelle augmentation, à effet rétroactif, hausse quantifiée dans les textes publiés début octobre.

Au final, la facture de rattrapage s'élève précisément à 998 millions d'euros au total. Ce qui se traduira par une hausse de rattrapage de 30 euros en moyenne par abonné.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Hinkley Point : Londres donne son accord à EDF

Ajouté le 05/10/2016 - Auteur : jazz

EDF a signé jeudi dernier le contrat relatif à la centrale d’Hinkley Point avec le gouvernement britannique et son partenaire chinois CGN. Après dix ans de préparation, le projet gigantesque de centrale nucléaire à Hinkley Point a été signé par le gouvernement britannique, EDF et leurs partenaires chinois CGN, jeudi 29 septembre à Londres.


Les contrats donnent le feu vert définitif au projet de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point, sur la côte ouest de l'Angleterre.

Coopération de longue durée

Les contrats garantissent une coopération de longue durée entre EDF et CGN en Grande-Bretagne. Le groupe français va céder 33,5 % du projet de Hinkley Point à son partenaire chinois.

CGN prendra à sa charge un tiers des 2,5 milliards de livres (2,9 milliards d'euros).

Les documents donnent aussi le coup d'envoi à la phase de développement d'un autre EPR d'EDF situé à Sizewell, sur la côte est de l'Angleterre, dont CGN prendra 20 % des parts.



Plus de 5 milliards de contrats pour Areva

Pour EDF, le travail ne fait que commencer ; le « premier béton nucléaire », qui marque le début de la construction du réacteur, doit être coulé en 2019 à Hinkley Point.

Une fois cette étape franchie, le groupe recherchera un investisseur pour lui céder une partie de sa participation.

La mise en service du premier réacteur est prévue en 2025, le second un an après.

Pour Areva, concepteur de l'EPR, Hinkley Point se traduit par des contrats de sous-traitance de plus de 5 milliards d'euros, avec notamment la livraison de deux chaudières nucléaires et la fourniture de leur combustible.

Un investissement de deux milliards d'euros

Au vu des retards sur les autres projets EPR à Flamanville, en Finlande et en Chine, le risque porté par EDF inquiète.

Les syndicats craignent en effet que l’énorme coût de Hinkley Point n’affaiblisse le groupe déjà confronté à un mur d’investissements, notamment la rénovation du parc nucléaire français et le rachat de l’activité réacteurs d’Areva, dans un environnement énergétique fortement dégradé.

Hinkley Point représentera un investissement de deux milliards d'euros par an au début de la prochaine décennie et il ne générera aucun cash-flow durant la très longue phase de construction».

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités