comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

Nouvelle expérimentation pour Direct Energie

Ajouté le 14/09/2016 - Auteur : jazz

Le gouvernement lance une nouvelle expérimentation du « passeport de rénovation énergétique » avec Direct Energie.

La convention entre l’Etat français et le fournisseur Direct Energie pour la mise en place d’une expérimentation du « passeport de rénovation énergétique » a été signée le 12 juillet dernier, selon un arrêté publié mercredi 17 août au Journal officiel.


Une précédente expérimentation avait déjà été lancée en décembre 2015 avec le groupe énergétique ENGIE (ex-GDF).

Ce programme est mis en place dans le cadre des certificats d'économie d'énergie (CEE) qui obligent les fournisseurs à réaliser des actions d'économies d'énergie.

Inciter les ménages à procéder à la rénovation

Cette initiative du gouvernement consiste en un audit gratuit du logement des particuliers et une proposition de travaux personnalisés pour inciter les ménages qui le souhaitent à procéder à la rénovation énergétique de leur habitation (isolation, remplacement de chaudière par un modèle plus économe, etc.), par des entreprises du bâtiment qualifiées RGE (Reconnu garant de l'environnement).

Les passeports de rénovation concernent plus précisément les logements individuels construits avant le 1er janvier 2000 dans les territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV), c’est-à-dire des communes qui financent des projets de transition énergétique.



Ce passeport est financé dans le cadre des certificats d’économie d’énergie (CEE), qui obligent les fournisseurs de gaz et d'électricité à mettre en place et financer des actions d'économies d'énergie.

Le programme d’expérimentation prévoit de réaliser 1.000 passeports d'ici à fin 2017.

Bilan préliminaire

Pour avoir accès à ce service, il faut commencer par établir un bilan préliminaire en ligne pour évaluer les performances énergétiques du logement.

En ayant recours à ce service, les ménages sont encadrés et accompagnés dans le processus de transition énergétique notamment pour l'obtention des aides à la rénovation énergétique comme le crédit d'impôt transition énergétique ou l'éco-prêt à taux zéro.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Gaz naturel : La compétition s’accélère

Ajouté le 12/09/2016 - Auteur : jazz

La fin des tarifs réglementés de vente de gaz et la chute des prix de gros ont permis aux fournisseurs alternatifs de percer sur le marché de l’énergie. Après plusieurs années difficiles, la consommation de gaz naturel en France a augmenté en 2015, portée surtout par le redémarrage des centrales à gaz à cycle combiné.


La baisse des prix de gros a en effet rendu ces installations très compétitives, au point de réguler les autres moyens de production d’électricité au second plan.

En même temps, le gaz naturel souhaite s’imposer dans la transition énergétique avec le biogaz, le power to gaz,… Des nouvelles sources qui offrent des relais de croissance aux fournisseurs de gaz.

Toutefois, face à une fiscalité verte qui augmente et la multiplication des mesures pour limiter la consommation d’énergie, les perspectives sont incertaines.

Dans son scénario de référence, GRT Gaz table ainsi sur une baisse annuelle moyenne de 0,2% sur les dix prochaines années.



Les fournisseurs alternatifs ont bénéficié d’une fenêtre de tir idéale

La fin partielle des tarifs réglementés couplée à la chute des prix sur les marchés de gros a permis aux fournisseurs alternatifs d’accélérer leurs positions.

En effet, ils détiennent désormais plus de la moitié du marché en volume de consommation.

L’italien ENI ressort comme le plus dynamique d’entre eux et a déjà récupéré 15% du marché du gaz.

Sur le marché de l’électricité, ENI compte bien s’imposer aussi rapidement.

Du côté français, le pétrolier Total a crée une quatrième branche dédiée au gaz et à l’électricité, et racheté le fournisseur belge Lampiris, en juin 2016.

En réponse, certains fournisseurs d’électricité (et surtout EDF) devraient intensifier leurs efforts dans le gaz.

Parallèlement, la révolution numérique est en passe de bousculer le secteur et elle pourrait modifier l’équilibre actuel des forces concurrentielles à moyen terme.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Prix du gaz à moins 0,8% en octobre ?

Ajouté le 08/09/2016 - Auteur : jazz

Après trois mois consécutifs de hausse, les tarifs réglementés du gaz devraient baisser de 0,8% en moyenne, au 1er octobre prochain.

Dans l'entourage d'Engie, on prend bien soin de souligner que les trois mouvements de hausse intervenus pendant l'été ne correspondent pas à une tendance lourde.


L'entreprise note ainsi que depuis le début de l'année, les tarifs réglementés du gaz ont baissé en tout de plus de 9%. Faisant donc du gaz une énergie extrêmement compétitive.

Une baisse moyenne de 0,8%

Les tarifs réglementés du gaz pourraient enfin être à la baisse de 0,8%, au 1er octobre 2016.

Cette baisse attendue d'environ 0,8% constitue une moyenne, car l'évolution est différente pour les foyers se chauffant au gaz, pour ceux qui n'utilisent le gaz que pour la cuisson et pour ceux qui en ont un double usage cuisson et chauffage.

Ces tarifs réglementés, révisés mensuellement, ne comprennent pas encore les diverses taxes, mais incluent les coûts d'approvisionnement d'Engie.

La formule de calcul prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole.



10,6 millions de consommateurs

Depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz se sont vu proposer le choix entre les tarifs réglementés de l'ancien monopole et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, ENI, Lampiris, etc.).

S'ils subsistent pour les particuliers, les tarifs réglementés ont été totalement disparus au 1er janvier pour les clients professionnels du gaz naturel et de l'électricité, qui ont dû obligatoirement souscrire une offre à prix de marché.

Mercredi, la justice européenne a estimé que l'imposition de tarifs réglementés du gaz par l'Etat français pouvait se justifier par la sécurité de l'approvisionnement et la cohésion territoriale, mais pouvait aussi s'avérer discriminatoire.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Hinkley Point : EDF doit encore attendre

Ajouté le 07/09/2016 - Auteur : jazz

Le Royaume-Uni rendra sa décision sur le projet Hinkley Point courant septembre, a réaffirmé lundi la Première ministre, Theresa May, en marge du sommet du G20 en Chine.

EDF attendait une bonne nouvelle concernant le chantier de construction des deux réacteurs nucléaires sur le site britannique d'Hinkley Point, mais le fournisseur historique devra patienter encore.


En effet, à l’occasion du sommet du G20 qui se tient à Hangzhou, Theresa May a confirmé vouloir éviter de prendre des « décisions sur l'instant » et avoir besoin de plus de temps pour « examiner avec soin » le projet de construction des deux EPR britanniques à Hinkley Point.

Fin juillet dernier, au lendemain de la décision du conseil d'administration d'Electricité de France qui entérinait l'investissement de 21,2 milliards d'euros nécessaire au chantier, Theresa May avait déjà refroidi considérablement l'enthousiasme des acteurs et supporters de la filière nucléaire française en demandant un moratoire sur sa décision.



Un retard qui aura des conséquences

Attendre et voir, qui semble être en la matière la stratégie du gourvernement britannique, est une attitude qui suscite beaucoup d'agacement et de contrariété chez plusieurs protagonistes du projet.

Du côté d’EDF tout d'abord, puisque l'intersyndicale et les administrateurs salariés ont décidé de faire invalider devant la justice la décision du conseil d'administration. Ils estiment en effet que Jean-Bernard Lévy aurait été informé de la décision de Theresa May et aurait donc caché cette information aux membres du conseil d'administration.

Puis, en Chine la décision agace encore plus. En effet, les autorités chinoises interprètent ce moratoire comme une réticence vis-à-vis de la participation de leur champion nucléaire, CGN, au financement et à la réalisation du projet.

Il est d'ailleurs vrai que beaucoup de politiques britanniques ne sont pas favorables à la participation d'un groupe chinois à un projet aussi important et stratégique pour la Grande-Bretagne.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Choisissez une électricité verte

Ajouté le 05/09/2016 - Auteur : jazz

Et si vous optez pour le vent, le soleil ou l’eau pour vous fournir en électricité verte ?

Cette énergie nouvelle génération, plus responsable est aussi baptisée électricité renouvelable et tout le monde y a accès.


L’électricité classique que nous consommons quotidiennement a de nombreuses origines : charbon, pétrole, gaz, nucléaire, hydraulique, éolienne, solaire et même produite à partir de bio déchets.

L’ensemble de ses sources se baptise le mix énergétique. En France, le nucléaire reste encore majoritaire à 75%.

La spécificité de l’électricité verte c’est qu’elle ne préempte pas les ressources naturelles et ne nous fait prendre aucun risque : elle est produite à partir d’énergies naturelles disponibles à volonté grâce par exemple : aux rayons du soleil, à la force des cours d’eau, et au vent.

Si sa part dans le mix énergétique français est actuellement d’environ 19%, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte adoptée en juillet 2015, a fixé l’objectif de porter la part de l’électricité renouvelable à 40 % à l’horizon 2030.



Chaque consommateur peut contribuer à ce développement en optant pour une offre d’électricité verte auprès de son fournisseur habituel ou en choisissant une offre chez un autre opérateur !

Attention l'électricité que vous consommerez sera identique à celle que vous consommiez avant par contre votre fournisseur devra acheter ou produire la quantité que vous consommerez et l’injecter dans le réseau, influant ainsi directement sur le mix énergétique et donc sur l’environnement.

La plupart des fournisseurs alternatifs vous proposent un abonnement à une offre renouvelable, légèrement plus chère (de quelques %) que le tarif de base pour EDF, ENGIE et Enercoop ou encore Direct Energie.

Le fournisseur Belge Lampiris, récemment racheté par Total annonce même des tarifs 10% moins chers alors que Planète OUI, joue la carte du prix sur ses abonnements.

Dans la jungle des offres, un fournisseur se différencie : Enercoop, c’est un réseau de coopératives, une entreprise sociale, et pour son réseau de producteurs : des indépendants exclusivement.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Tarifs Gaz : Augmentation de 0,4 % en septembre

Ajouté le 01/09/2016 - Auteur : jazz

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a annoncé, lundi que les tarifs réglementés de vente HT d’Engie (ex GDF-Suez) augmenteront en moyenne de 0,4 % par rapport au barème en vigueur en août 2016.


Cette augmentation tarifaire concerne 6 millions de clients alimentés par Engie (ex-GDF Suez).

Pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson cette hausse sera de 0,1%, de 0,2% pour les usagers qui l’utilisent en double usage cuisson et eau chaude et de 0,4% pour les foyers qui se chauffent au gaz.

Il s’agit de la troisième hausse consécutive, après celles enregistrées en juillet (+ 0,4 %) et en août (+ 2 %). Auparavant, la dernière hausse remontait à septembre 2015.

« Légère Hausse » de l’indice mensuel du prix du gaz

La CRE justifie cette évolution tarifaire par une « légère hausse » de l'indice mensuel du prix du gaz sur les marchés de gros des Pays-Bas (principal indice de la formule tarifaire), et celui du marché français PEG Nord pour le mois de septembre par rapport au mois d’août 2016.

Les tarifs réglementés du gaz consistent en effet en un prix de détail, qui ne comprend pas encore les diverses taxes, mais inclut les coûts d'approvisionnement, révisés mensuellement, et les coûts hors approvisionnement (transport, distribution, stockage et coûts commerciaux).



Baisse depuis Janvier 2015

Mais, depuis le 1er janvier 2015, les tarifs réglementés de vente de gaz ont baissé en moyenne de 16,8%, rappelle la commission de régulation de l’énergie (CRE).

Depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés d’Engie, et les prix de marché, proposés tant par l’ancien monopole que par les nouveaux entrants Direct Energie, Planète OUI, ENI , Lampiris et même EDF.

S'ils subsistent pour les particuliers, ces tarifs réglementés, encadrés par les pouvoirs publics, ont été totalement supprimés au 1er janvier pour les clients professionnels du gaz naturel et de l'électricité, qui ont dû obligatoirement souscrire une offre à prix de marché.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Autoconsommation : Nouvelle Ordonnance

Ajouté le 28/07/2016 - Auteur : jazz

Ségolène Royal, la ministre de l’environnement a présenté mercredi 27 juillet en Conseil des ministres le projet d’ordonnance relative à l’autoconsommation d’électricité.

Le développement de l'autoconsommation est un des objectifs de la loi sur la transition énergétique adoptée en août 2015, et la ministre de l’énergie a annoncé le lancement prochain d'un appel d'offres dédié aux installations mises en place dans l'industrie, le tertiaire et les bâtiments commerciaux.


Un cadre réglementaire

L'autoconsommation d'électricité, qui permet à un particulier ou une entreprise de consommer le courant qu'il produit, est désormais dotée d'un cadre réglementaire, devant permettre de faciliter son développement, selon une ordonnance rendue publique mercredi en Conseil des ministres.

Cette ordonnance inscrit également l’obligation pour les gestionnaires de réseau de faciliter les opérations d’autoconsommation.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) devra définir un tarif d'usage du réseau électrique pour ces installations pour tenir compte des réductions de coûts d'utilisation des réseaux qu'elles peuvent apporter.

Par ailleurs, ce projet instaure pour les petites installations en autoconsommation avec injection du surplus, une dérogation à l’obligation d’être rattachées à un périmètre d’équilibre, le surplus de production pouvant être affecté à titre gratuit aux pertes réseau, afin de faciliter la réalisation de projets.



Appel d’offres

La publication d’un appel d’offres portant sur l’autoconsommation dans les bâtiments industriels, tertiaires et agricoles, et plus particulièrement dans les centres commerciaux, a été annoncée également par Ségolène Royal.

Il visera les installations de 100 à 500 kW, pour un volume alloué de 40 MW (soit 100 à 400 projets lauréats).

Si le solaire est l'énergie la plus utilisée dans les projets d'autoconsommation, elle peut concerner toutes les sources d'énergie renouvelables (petite hydroélectricité, moulins, etc.).

Les lauréats bénéficieront d’une valorisation financière pour l’électricité autoconsommée selon les modalités autorisées par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Plüm Énergie : Nouveau fournisseur sur le marché

Ajouté le 27/07/2016 - Auteur : jazz

Nouveau venu sur le marché, le fournisseur Plüm Énergie entend aider les français à réduire leur facture d’électricité en modulant ses tarifs en fonction de leurs efforts.

EDF ou >ENGIE (ex-GDF Suez) encore dominants dans le secteur et des fournisseurs alternatifs Direct Energie, ENI, Enercoop, Lampiris, Planète OUI….


Pour y arriver, le jeune fournisseur d’électricité mise sur le concept de la transition énergétique, qui incite particuliers et professionnels à moins consommer, ainsi que sur les nouvelles technologies.

Aider les clients à réduire leurs factures

Ainsi, le nouveau fournisseur s’est fixé comme mission "d’aider les usagers dans la transition énergétique".

Plüm Énergie ne compte pas se limiter à la vente d’électricité auprès de ses clients.

La jeune société souhaite vivre une véritable relation avec eux en effectuant un suivi personnalisé pour chaque client.

L’ambition de Plüm Énergie est d’aider ses clients à économiser et pour se faire le nouvel entrant s’engage à leur fournir "des conseils, des tableaux de bord, des moyens" pour suivre en temps réel leur consommation d'énergie.

À condition toutefois que les consommateurs autorisent contractuellement la société à collecter et à traiter les données de consommation les concernant.

Les clients les plus assidus qui parviennent à diminuer significativement leur consommation d’électricité en suivant les conseils prodigués par l’énergéticien ont droit à un bonus.

S’ils économisent de l’énergie, Plüm Énergie s’engage à diminuer le prix auquel ils accèdent à l’électricité.



Lancement commercial prévu à la rentrée 2016

Pour recruter ses premiers utilisateurs, la start-up à lancé une campagne de crowdfunding via Ulule.

Une centaine de clients a déjà souscrit à l’offre proposée par Plüm Énergie.

Durant tout l’été, ils vont pouvoir tester les services proposés par la jeune société, et tenter de réduire leur consommation. Cette phase de tests permettra également aux équipes de la société de se rôder avant le lancement commercial prévu à la rentrée 2016.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Tarifs d'électricité : Une baisse quasi-invisible

Ajouté le 25/07/2016 - Auteur : jazz

Après 10 ans d’augmentation continue, le prix du tarif réglementé de l’électricité va enfin baisser de -0,5 %, mais face aux +5 % régulièrement réclamés par EDF et à l’augmentation de +27 % du tarif régulé depuis 2011, les usagers ne vont pas s’en rendre compte.

La ministre de l’environnement vient d’annoncer une baisse de 0,5 % du tarif réglementé de l’électricité au 1er août, mais les consommateurs n’en verront strictement rien face aux +2,5 % prélevés actuellement sur leurs factures à titre rétroactif.


D’autant que ce surplus à payer porte sur les consommations d’électricité sur la période entre le 1er août 2014 et le 31 juillet 2015.

En dépit de cette infime baisse de 0,5 %, l’addition est salée. De plus, ce recul ne peut être que temporaire, le tarif réglementé ne prenant actuellement pas en compte les coûts d’investissement planifiés d’ EDF sur ses centrales nucléaires.



Néanmoins, cette évolution du tarif réglementé due aux prix de gros baissiers présente un avantage. Elle met en lumière les offres que les fournisseurs alternatifs d’électricité proposent aux particuliers.

Ils ont en effet totalement cessé de s’approvisionner auprès d’ EDF au tarif Arenh de 42 € le MWh pour se fournir sur le marché de gros européen à des prix très inférieurs et peuvent donc se permettent de répercuter cette diminution de leurs coûts sur le prix de leurs offres commerciales.

De plus, des associations de défense des consommateurs s’investissent également pour obtenir des tarifs énergétiques très compétitifs.

C’est le cas d’UFC que choisir qui vient de lancer une nouvelle campagne « Energie moins chère ensemble » et qui entend faire bénéficier un maximum d’usagers de ces baisses de prix sur les marchés de gros, tant pour l’électricité que le gaz.

Plus il y aura de candidats, plus les offres des enchères qui se dérouleront le 22 septembre prochain seront compétitives.

Vous aussi comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE, EDF et choisissez la plus compétitive du marché.

Charges du service public de l’énergie en hausse

Ajouté le 21/07/2016 - Auteur : jazz

Le régulateur français de l'énergie a évalué le montant prévisionnel des charges de service public de l'énergie pour 2017 à 8 milliards d'euros, en hausse de 19 % par rapport à 2015.

Le soutien aux énergies renouvelables en métropole continentale représente 67 % des charges de service public de l'énergie (dont 35 % pour le photovoltaïque et 19 % pour l'éolien), la péréquation tarifaire dans les zones non interconnectées (ZNI) 21 %, le soutien à la cogénération 6 %, les dispositifs sociaux 5 % a détaillé la Commission de régulation de l'énergie (CRE), dans un communiqué.


Le montant total des charges de service public de l'énergie à compenser en 2017 s'affiche à 9,7 milliards d'euros, total qui prend en compte les régularisations au titre de l'année 2015, la mise à jour des prévisions effectuées par certains opérateurs au titre de 2016 et le déficit de compensation d’EDF accumulé par le mécanisme de la contribution au service public de l'électricité au 31 décembre 2015.

Ce déficit s'élève à 5,9 milliards d'euros. La prise en compte de son échéancier de remboursement, défini par un arrêté du 13 mai 2016, conduit à n'y intégrer qu'une fraction du déficit et des intérêts y afférents pour un montant total de 1,3 milliards d'euros.



Jusqu'en 2015, ces charges, qui couvrent aussi la péréquation tarifaire et les tarifs sociaux, étaient financées par le biais d’une contribution prélevée sur les factures d'électricité.

Le montant de la contribution était évalué par la Commission de régulation de l'énergie et fixée au final par le gouvernement.

Cette année, par exemple, elles représentent 22,5 euros le MWh consommé, soit environ 16% de la facture moyenne d'un client particulier.

Fin 2015, le gouvernement a changé son statut juridique dans le cadre du projet de loi de finances rectificatives (PLFR) pour 2015.

Le financement de ces charges de services publics est désormais inclus dans les taxes intérieures sur la consommation finale d'énergie, et donc définies par le Parlement, dans le cadre de l'adoption de la loi de Finances.

Dans ce nouveau dispositif, la commission continuera d'évaluer chaque année le montant des charges du service public de l'énergie.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités