comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz avec l'offre Online via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | »

les brèves

Tarifs d'électricité: Royal contre le TURPE

Ajouté le 18/01/2017 - Auteur : jazz

Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement et de l'Énergie a demandé au régulateur de l'énergie de revoir sa copie sur le tarif rémunérant le distributeur d'électricité Enedis, jugeant que l'augmentation décidée pour 2017 ne prenait pas suffisamment en compte la transition énergétique.

Mme Royal a écrit dans une décision adressée au président de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et parue mardi au Journal officiel :


"Tout en restant attentive aux enjeux de pouvoir d'achat des consommateurs, j'estime essentiel que les tarifs d'utilisation des réseaux publics puissent accompagner de façon appropriée la nécessaire mutation des réseaux afin de réussir la transition énergétique et d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris".

"Ils doivent permettre le développement des énergies renouvelables, de l'autoconsommation, des nouveaux usages de l'électricité, en particulier la mobilité électrique. Ils doivent faciliter le développement des territoires à énergie positive pour la croissance verte".

"Il me paraît nécessaire que le cadre d'élaboration de ces tarifs prenne mieux en compte les enjeux liés à la transition énergétique exprimés dans mes orientations de politique énergétique. Je souhaite donc que vous puissiez poursuivre vos travaux sur ces tarifs en vue de me proposer un nouveau projet".



Rappelons que la CRE avait décidé une augmentation moyenne au 1er août de 2,71% du tarif (appelé Turpe) rémunérant Enedis, avec un impact à la hausse de 2% en moyenne sur la facture d'électricité des ménages Français.

Le régulateur qui analyse actuellement ce courrier a cependant précisé que "cette décision tarifaire revient, en application du code de l'énergie, à la CRE".

Cette augmentation du tarif d'acheminement, qui représente environ 40% de la facture hors taxes des consommateurs résidentiels, est inférieure à celle que souhaitait Enedis.

Le Conseil supérieur de l'énergie, chargé de conseiller les pouvoirs publics, avait émis un avis consultatif défavorable en novembre et les fédérations syndicales FO et CFE-CGC avaient appelé le gouvernement à en tenir compte, jugeant elles aussi l'évolution tarifaire insuffisante pour assurer les investissements nécessaires dans les réseaux de distribution.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

2 commentaires - Voir | Rédiger

Les Français incités à économiser l’électricité

Ajouté le 16/01/2017 - Auteur : jazz

Vague de froid, réacteurs nucléaires à l'arrêt... Pour éviter une rupture d'approvisionnement, les Français pourraient être incités à modérer leur consommation en heures de pointe (8h-13h/18h-20h) dès mardi 17 janvier.

La vague de froid prévue à partir de demain pourrait pousser les Français à augmenter leur consommation de courant, au risque de compromettre l'approvisionnement national en électricité.


Selon les prévisions relayées par le gestionnaire du réseau de transport électrique RTE, les températures pourraient être de 6 à 9 degrés en dessous des normales saisonnières.

Or, les Français ont massivement recours au chauffage électrique. En hiver, lors d'une vague de froid, le chauffage « peut représenter jusqu'à 40% de la consommation électrique en début de soirée ».

La capacité de production pourrait être insuffisante

La France dispose pourtant en théorie d'un parc de production électrique de plus de 129 GW, mais plus de la moitié de cette production est assurée par ses 58 réacteurs nucléaires.

Or, cinq réacteurs sont actuellement à l’arrêt, représentant une perte de capacité d’environ 5 500 MW. Il y aurait pu en avoir plus mais l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a autorisé jeudi soir EDF à reporter de deux semaines l’arrêt d’un réacteur de la centrale du Tricastin, sur lequel elle doit faire des contrôles.



Des geste simples

Le gestionnaire du réseau va dans un premier temps en appeler à une mobilisation des Français.

Une alerte devrait être diffusée, via les médias et les réseaux sociaux, la veille pour le lendemain, encourageant les Français à réduire leur consommation pendant les heures de pointe, entre 8h et 13h puis entre 18h et 20h.

Éteindre la lumière en quittant la pièce, baisser la température de son logement de un ou deux degrés : ces "gestes simples" permettraient d'avoir au minimum 2.000 à 3.000 MW de consommation d'électricité réduite, soit l'équivalent de deux à trois réacteurs nucléaires.

Si les différentes mesures ne suffisent pas, RTE pourra réduire la tension de 5% sur le réseau sans interrompre l'alimentation en électricité.

En dernier recours, des coupures momentanées ne sont pas écartées. Il s'agirait de coupures programmées et annoncées à l'avance, d'une durée maximum de 2 heures pour les foyers concernés.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Gaz : Tarifs en baisse de 0,6% au 1er février

Ajouté le 12/01/2017 - Auteur : jazz

Bonne nouvelle pour les ménages ! Au 1er février 2017, les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie vont connaître une légère baisse.

Les mois se suivent et ne se ressemblent pas, après trois mois de hausses consécutives des prix du gaz, les consommateurs vont enfin pouvoir souffler.


Au 1er janvier, la facture de gaz avait enregistré une hausse de plus de 5%, alors que la saison de chauffe bat son plein, avec une alternance en France de températures très froides et plus douces.

Au 1er février prochain, le mouvement tarifaire ne sera pas du tout sur la même tendance puisque les prix réglementés vont cette fois observer une légère baisse de 0,6%.

Environ 7 millions de foyers sont concernés par cette mesure.

Désormais, les tarifs réglementés du gaz sont révisés mensuellement, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole.



Aujourd'hui, seul le marché des particuliers est encore concerné par les prix réglementés.

Ceux-ci ont disparu depuis le 1 er janvier 2016 pour l'ensemble des entreprises et des professionnels, avec obligation de s'approvisionner à des prix de marché.

Le maintien des prix réglementés à l'intention des ménages ne signifie pas l'absence de concurrence sur ce segment de clientèle.

Au contraire, depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, ENGIE est confronter à de solides concurrents comme, par exemple, ENI, Direct Energie, Lampiris, etc…, dont les positions se sont largement développées au cours des dernières années.

Ainsi fin 2016, le fournisseur italien Eni a atteint ses objectifs avec plus de 600 000 clients dans le gaz, dont des clients domestiques dans leur grande majorité.

ENI vise désormais un million de clients à fin 2017, étant entendu que ce cap recouvre également les clients électricité, un créneau qu'Eni se prépare à investir dans le cadre d'une offensive de grande ampleur.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Le fournisseur Direct Energie

Ajouté le 11/01/2017 - Auteur : jazz

Direct Energie, le 3ème fournisseur de Gaz et d’électricité en France affiche 2 millions de clients, un chiffre d'affaires de 1,6 milliard d'euros et un bénéfice opérationnel de 85 millions.

Le fournisseur alternatif est en concurrence avec EDF, ENGIE, l'italien ENI et Total, qui vient de racheter le belge Lampiris.



Direct Energie offre 7% de réduction en moyenne

Une remise de 7 % en moyenne est offerte par rapport aux tarifs réglementés de vente proposés par les fournisseurs historiques.

Le coût d'acheminement de la fourniture est facturé et reversé aux réseaux tiers utilisés.

Les coûts de gestion sont plus compétitifs que ceux des fournisseurs historiques. Mais surtout, la marge se fait sur l'agilité dans l'approvisionnement.

Il s'agit de choisir entre acheter et produire selon l'évolution des prix.

Seule contrainte, si la production n’est pas suffisante, il faut acheter des certificats de capacité aux autres intervenants. Cette réglementation incite à produire.



Les acquisitions de Direct Energie

Direct Energie a acquis une centrale fin 2015 pour un montant de 44 millions d'euros et une autre fin 2016 pour 36 millions.

Une troisième centrale est en projet en Bretagne pour 400 millions, dont 300 millions par endettement, en partenariat avec Siemens dont la part en capital sera de 40 %.

Augmentation du capital envisagée

Direct Energie devra donc trouver 60 millions d'euros progressivement durant les 30 mois entre la décision et le raccordement. Une augmentation de capital est donc envisagée.

En juin 2016, la dette nette était seulement de 20 millions et fin 2016, le bilan a fait apparaître une trésorerie nette malgré l'achat de la deuxième centrale.

Elles fonctionnent au gaz mais le 3 ème fournisseur français serait intéressé si les concessions des barrages étaient remises en cause comme attendu depuis de nombreuses années.

Pensez à comparer les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF pour réaliser des économies sur votre facture.

2 commentaires - Voir | Rédiger

Comment réduire sa facture énergétique

Ajouté le 09/01/2017 - Auteur : jazz

Pour réduire sa facture énergétique au quotidien, il suffit d’adopter les bons gestes.

Voici quelques astuces concernant l’utilisation de votre chaudière afin de réaliser d’importantes économies d’énergie.



Faire l’entretien régulier de sa chaudière pour réduire sa facture énergétique

Un réglage optimal associé à un entretien régulier de sa chaudière et de ses chauffages permet de réduire le montant de sa facture d’énergie :

- Une chaudière bien entretenue consomme entre 8 et 12 % d’énergie en moins : Faites donc appel à un professionnel chaque année pour l’entretien de votre appareil ;

- Pensez à purger régulièrement vos chauffages pour préserver votre confort thermique et évacuer l’air des radiateurs ;

- Installez un programmateur de chauffage et des robinets thermostatiques sur vos radiateurs. Cela vous permettra de faire jusqu’à 28 % d’économies sur votre facture énergétique ;

- Si vous envisagez de remplacer votre système de chauffage, choississez un modèle performant et rentable comme une chaudière à condensation.



A savoir

En hiver, le seul fait d’augmenter la température d’un degré entraîne une augmentation de 7 % sur votre facture énergétique.

Les bonnes habitudes pour réduire sa facture énergétique

En adoptant les bons gestes, vous diminuerez votre consommation d’énergie et donc le montant de votre facture, sans pour autant nuire à votre confort thermique.

Par exemple :

- Évitez de surchauffer. Une température de 19 °C dans le salon et 16 °C dans les chambres est largement suffisante ;

- En cas d’absence de plus de 2 heures, gardez votre chauffage allumé en baissant la température de 3 à 4° seulement ;

- En cas d’absence de plus de 48 h, programmez une température comprise entre 8 et 12° ;

- Fermez les volets et les rideaux lorsque vous vous absentez pour conserver la chaleur dans votre logement ;

- Pensez à aérer votre habitat, 5 minutes par jour, pour renouveler l’air ;

- Ne couvrez pas les radiateurs avec des rideaux ou du linge.

Pensez aussi à comparer les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF pour réaliser des économies sur votre facture.

DIRECT ENERGIE acquière une 2ème centrale à gaz

Ajouté le 05/01/2017 - Auteur : jazz

Le groupe Direct Energie, troisième fournisseur du marché de l’électricité et du gaz en France, vient d’annoncer la finalisation de l’acquisition de 100% du capital de la société Marcinelle Energie.

Située à Charleroi en Belgique, la société Marcinelle Energie spécialisée dans la production d'électricité détient et exploite une centrale thermique à cycle combiné gaz.


Construite en 2012, la centrale dispose d'une capacité installée d'environ 400 MW.12

Le montant de la transaction, intégralement versé en numéraire, s'élève, en valeur d'entreprise, à environ 36,5 millions d'euros.

Direct Energie indique que cette acquisition n'aura pas d'impact sur son Ebitda 2016.

Cette acquisition entre ainsi dans le cadre de la nouvelle stratégie d’intégration verticale mise en place par le Groupe.

Cette présence renforcée va permettre une meilleure couverture des conditions d'approvisionnement de son parc clients en France et en Belgique.



Pour rappel, Direct Energie avait déjà racheté, il y a un an, la société 3CB, filiale française du groupe suisse Alpiq dédiée à la production d’électricité.

Cette société exploite une centrale thermique à cycle combiné gaz (CCG) d’une capacité de 408 MW mise en service en 2011 à Bayet, dans l’Allier.

L’énergéticien Français dispose désormais d'une capacité globale de production de plus de 800 MW.

Stabilité de notre réseau électrique

A l’heure de la transition énergétique, l’investissement dans de nouvelles installations de production thermique de certains groupes énergétiques français pourrait surprendre.

Pourtant, les technologies thermiques, très peu utilisées, restent à ce jour les seules capables de garantir la stabilité de notre réseau électrique et doivent elles aussi s’adapter aux nouvelles exigences environnementales en matière d’émissions de CO2.

En offrant la possibilité de mobiliser une grande quantité d’énergie trapidement, la branche thermique permet de coordonner la production à la demande et de faire face aux pics de consommation.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

La précarité énergétique touche 1 Français sur 5

Ajouté le 04/01/2017 - Auteur : jazz

La vague de froid rend encore plus sensible les questions d'accession à l'énergie pour les ménages en situation de précarité énergétique.


Comment définir la précarité énergétique ?

Selon la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement : «Est en situation de précarité énergétique une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d'énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l'inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d'habitat.»

Pour recenser le nombre de personnes en situation de précarité énergétique, les spécialistes du secteur utilisent une combinaison de plusieurs indicateurs concernant les dépenses énergétiques, le niveau des revenus et le ressenti du froid.

Selon, les derniers chiffres publiés, par l'Insee 5,6 millions de ménages sont en précarité énergétique, soit 12,1 millions de personnes, c'est-à-dire 1 Français sur 5.



Quels sont les facteurs qui sous-tendent cette précarité ?

La précarité énergétique est liée à trois facteurs indissociables : la fragilité des ménages disposant de faibles revenus, la mauvaise isolation des logements et le prix de l'énergie.

Depuis dix ans, le revenu des catégories les plus modestes a peu évolué, et parfois pas à hauteur de l'inflation.

Par contre les prix de l'énergie ont beaucoup augmenté.

Selon les chiffres du dernier baromètre Énergie-Info, 33% des Français se sont privés de chauffage au cours de l'hiver 2015-2016, pourtant clément, pour éviter de payer des factures trop élevées.

Par ailleurs, 8 % des personnes sondées ont rencontré des difficultés pour régler certaines factures d'énergie et 2% d'entre-elles déclarent avoir subi une réduction de puissance en électricité ou subi une coupure d'électricité ou de gaz naturel.

Les personnes les plus en difficulté sont souvent celles qui habitent dans les logements vétustes, mal isolés, avec de ce fait des coûts énergétiques importants.

La libéralisation du marché a t’elle intensifié la précarité ?

L’ouverture des marchés de l'électricité et du gaz naturel à la concurrence reste encore peu connu des consommateurs Français.

La création par le législateur, d'un médiateur national de l'énergie, au moment de la libéralisation des marchés de l'énergie, a permis de mettre en place un nouvel interlocuteur, neutre et indépendant, observateur privilégié du fonctionnement des marchés.

Le médiateur intervient pour résoudre des litiges, informer et assister les consommateurs en situations financières délicates, voir parfois dramatiques.

Les difficultés de paiement de factures d'énergie représentent, selon les années, entre 10% et 20% des sollicitations.

Que propose le médiateur national de l'énergie pour remédier à la situation ?

Les dispositions prisent en faveur des consommateurs d'énergie en situation de précarité, sont par exemple : la trêve hivernale des coupures d'énergie du 1er novembre au 31 mars, l'interdiction des rattrapages de facturation remontant à plus de 14 mois et la mise en place du chèque énergie qui, à la différence des tarifs sociaux, apporte une aide, quelle que soit l'énergie de chauffage utilisée.

Le chèque énergie est aussi une solution. Il est pour l'instant en phase d'expérimentation dans 4 départements. Sa généralisation est prévue le 1er janvier 2018.

Enfin, le médiateur demande un fournisseur d'électricité universel, pour les consommateurs, particuliers ou petits professionnels, en situation financière difficile, qui ne parviennent plus à souscrire de contrat avec un fournisseur.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Prix du gaz: Les tarifs en hausse de 5%

Ajouté le 02/01/2017 - Auteur : jazz

Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie (ex-GDF Suez) à 5,8 millions de consommateurs en France, ont augmenté le 1er janvier 2017. La hausse moyenne des tarifs réglementés ajoutée à celle de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel ont entraîné plus de 5% d'augmentation.


Et bonne année ! La facture de gaz des quelque 5,8 millions de d’abonnés aux tarifs réglementés d’ENGIE(ex-GDF Suez) a augmenté de plus de 5 % le 1er janvier.

La raison, une taxe qui augmente et des coûts d’approvisionnement du fournisseur également en hausse.

Une hausse de 5%

Les consommateurs subissent donc, ce mois-ci, d’une part une hausse moyenne des tarifs réglementés (hors taxes) de 2,3 %.

Cette hausse sera de 2,4 % pour les foyers qui utilisent le gaz pour chauffer leur logement, de 0,8 % pour ceux qui l’utilisent pour la cuisson et de 1,4 % pour ceux qui en font un double usage cuisson et eau chaude.

Les tarifs réglementés connaissent d’autre part l’effet de la majoration de la taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (TICGN), qui s’applique à tous les consommateurs particuliers de gaz.



Elle est passée à 5,88 euros le mégawattheure (MWh), contre 4,34 euros actuellement, entraînant une hausse d’environ 3 % de la facture des consommateurs abonnés aux tarifs réglementés, selon un calcul de l’AFP.

Au total, l’augmentation sur la facture est de plus de 5 %. En cumulé, le prix moyen baisse depuis 2015.

Toutes taxes comprises, la facture annuelle de gaz augmentera ainsi de 55,90 euros pour le chauffage, de 9,90 euros pour l’usage cuisson et eau chaude, et de 2,50 euros pour la seule cuisson.

La Commission de régulation de l’énergie a toutefois, rappelé que les tarifs réglementés du gaz ont enregistré, en cumulé, une baisse moyenne de 1,2 % depuis le mois de janvier 2016, et de 12 % depuis janvier 2015.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Les tarifs d'acheminement du gaz vont baisser

Ajouté le 28/12/2016 - Auteur : jazz

Les tarifs qui rémunèrent les gestionnaires des réseaux français de gazoducs vont baisser à partir du 1er avril 2017, mais l'impact sera "modéré" sur les factures des consommateurs, selon une délibération du gendarme français de l'énergie, confirmé jeudi.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) avait déjà fait état de ces baisses dans un projet de décision publié fin novembre 2016 et qui a depuis reçu l'avis positif du Conseil supérieur de l'énergie (CSE).


Ce tarif d'utilisation des réseaux de transport de gaz naturel, qui sont définis pour une période d'environ 4 ans jusqu'en 2021, baissera de 3,1% pour GRTgaz, filiale d'ENGIE, et de 2,2% pour TIGF, qui exploite le réseau de gazoducs du sud-ouest de la France, a précisé la Commission de régulation de l'énergie dans sa délibération datée du 15 décembre dernier.

Ces baisses s'expliquent principalement par la diminution du coût du capital.



Les tarifs pourraient ensuite repartir à la hausse les années suivantes, en raison des coûts liés à la création une place de marché unique en France pour le gaz à l'horizon 2018, a-t-elle ajouté.

L'effet de ces évolutions sur la facture des consommateurs finals raccordés aux réseaux de distribution et se chauffant au gaz reste modéré, dans la mesure où les tarifs de transport représentent environ 8% de la facture globale de gaz d'un consommateur résidentiel se chauffant au gaz", a expliqué la CRE.

Des capacités de stockage de gaz suffisantes

En cas de pic de froid, aucune pénurie de gaz n’est à crainde. C'est ce qu'ont indiqué les deux principaux opérateurs de réseaux de transport GRTgaz et TIGF mardi 22 novembre dernier.

Ces derniers ont indiqué que leurs infrastructures pourraient approvisionner les consommateurs en gaz, durant tout l'hiver.

GRTgaz et TIGF ont par ailleurs précisé qu'ils disposaient de capacités excédentaires pour affronter les périodes de grand froid.

Donc, même en cas de conditions extrêmes, les foyers alimentés au gaz resteront bien chauffés. Les deux fournisseurs ont basé leur évaluation sur ce qu'on appelle la pointe du froid : une température basse trois jours de suite. Un phénomène qui se produit tous les cinquante ans.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

L’autoconsommation est en pleine essor

Ajouté le 26/12/2016 - Auteur : jazz

Un nouveau projet de loi devrait aider le développement de l'autoconsommation en France. L'Assemblée a approuvé mercredi dernier un projet de loi visant à encourager le développement de l'autoconsommation d'électricité, qui permet à un particulier ou une entreprise de consommer le courant qu'il produit, souvent grâce à des panneaux solaires.


Jusqu'à maintenant, l'absence de règles claires, les prix bas de l'électricité et les tarifs attractifs de rachat par EDF du courant produit par les énergies renouvelables, n’incitaient les particuliers et les entreprises à se lancer dans l’autoconsommation.

Le projet de loi publié cet été, adopte deux ordonnances qui obligent particulièrement les gestionnaires du réseau électrique à "faciliter les opérations d'autoconsommation", donnent "une définition des opérations d'autoconsommation collective" et prévoient "un tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité spécifique", a indiqué la ministre du Logement Emmanuelle Cosse.



70 Projets désignés lauréats

A la suite de la publication de ces ordonnances, environ 70 projets photovoltaïques, ont été désignés lauréats du premier appel d'offres national dédié au développement de projets d'autoconsommation.

Cet appel d'offre concernait des installations de taille moyenne (entre 100 et 500 kilowatts) déployées par des entreprises industrielles, tertiaires et les bâtiments commerciaux.

Le taux d'autoconsommation de ces projets sera en moyen de 97,4%. Si le l’énergie solaire est la plus utilisée dans les projets d'autoconsommation, elle peut concerner toutes les sources d'énergie renouvelables (petite hydroélectricité, moulins, etc.).

Un autre article du projet de loi interdit la valorisation des garanties d'origine de la production d'électricité renouvelable bénéficiant déjà d'un soutien public (obligation d'achat, complément de rémunération), afin d'éviter un cumul d'aides.

Un amendement a toutefois été voté, avec l'aval du gouvernement, visant à ce que "l'Etat puisse récupérer les garanties d'origine de la production d'électricité renouvelable soutenue et qu'il puisse la vendre aux enchères aux fournisseurs qui souhaiteraient utiliser ces garanties d'origine dans le cadre de leurs offres commerciales".

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités