comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | »

les brèves

Le « tarif réglementé » d'EDF est sauvé

Ajouté le 23/05/2018 - Auteur : jazz

Le Conseil d'État a sauvé les tarifs réglementés de l'électricité d'EDF, qui profite à 26,5 millions de ménages et plus de 3 millions d'entreprises.

Dans une décision publiée vendredi 18 mai, l'institution a estimé que les tarifs réglementés de l’électricité, qui sont fixés par l’État, devaient être maintenus en France.


Une décision inattendue

C’est en revanche, un mauvais retour pour ENGIE et les fournisseurs alternatifs (regroupés au sein de l’Anode) qui avaient saisi la plus haute juridiction administrative pour demander la suppression des tarifs réglementés au nom de la libre concurrence.

La position du conseil d’État est aussi une surprise.

Le 4 mai, lors de l’audience, le rapporteur public, dont les avis sont généralement suivis, avait préconisé l’annulation de la décision, estimant que ce dispositif était contraire au droit européen.

C’est d’ailleurs l’argument qu’avaient retenu les juges sur les tarifs réglementés du gaz, en 2017, considérant qu’il s’agissait là d’une « entrave à la réalisation d’un marché concurrentiel » et qu’« il n’était plus possible de se fonder sur un objectif d’intérêt général pour justifier le maintien ».



L’électricité est un « bien de première nécessité »

Mais pour l’électricité, le conseil d’État estime qu’il en va autrement, car il s’agit d’un « bien de première nécessité », qui n’est pas substituable.

Résultat, « l’entrave » au développement de la concurrence se justifie, selon les juges, car la suppression des tarifs réglementés «risquerait d’entraîner une volatilité des prix qui ne pourrait être encadrée de manière appropriée par des mesures temporaires».

L’UFC-Que Choisir a accueilli avec «un grand soulagement» cette décision «particulièrement salutaire pour les consommateurs».

Ils peuvent tester sans risque la concurrence en choisissant une offre de marché puis revenir lorsqu’ils le souhaitent chez EDF, avec le tarif réglementé.

Pour un client moyen, le prix de marché en électricité est en moyenne inférieur de 10% à celui du tarif réglementé, selon la comission de régulation de l'énergie (CRE).

Selon l’Anode, si tous les clients actuellement au « tarif » basculaient sur l’offre la moins chère, le gain de pouvoir d’achat s’élèverait à 2,5 milliards d’euros.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Fin du tarif réglementé d'EDF ?

Ajouté le 09/05/2018 - Auteur : jazz

Le rapporteur public du Conseil d'État a préconisé vendredi 4 mai, d’annuler une décision fixant un tarif réglementé de vente d’électricité, qui pourrait signifier la disparition future de ces tarifs appliqués à des millions de clients d’EDF.

Le rapporteur public du Conseil d'État a préconisé vendredi dernier d'annuler un arrêté tarifaire pris l'an dernier par le gouvernement.


Celui-ci majorait de 1,7 % les tarifs réglementés de l'électricité au 1er août 2017.

Une telle annulation pourrait impliquer plus largement l'extinction de ces tarifs historiques qui sont toujours appliqués à 26,5 millions de foyers et petits professionnels, soit 82 % des clients résidentiels.

La haute juridiction administrative avait été saisie par le groupe ENGIE (ex GDF Suez) et par l’Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode), qui regroupe des opérateurs alternatifs.

Ils demandaient l’annulation d’une décision du 27 juillet 2017 par laquelle le gouvernement avait fixé le niveau des tarifs réglementés de vente (TRV) d’électricité.

Ceux-ci considèrent les tarifs réglementés comme une distorsion de concurrence qui nuit aux nouveaux entrants.

La décision a été mise en délibéré et devrait être rendue publique d’ici à quelques semaines.



Les conclusions du rapporteur public sont généralement suivies.

Si tel était effectivement le cas, cela mettrait en cause l’existence des tarifs réglementés de vente de l’électricité appliqués par EDF à plus de 27 millions de consommateurs en France.

En juillet, il avait d'ailleurs annulé un décret sur les tarifs réglementés du gaz deux semaines après que le rapporteur public les eut jugés contraires au droit européen.

La plus haute juridiction administrative estimait qu'il n'était «plus possible de se fonder sur un objectif d'intérêt général» pour justifier leur maintien. Ils doivent disparaître d'ici à 2023.

Ces «tarifs publics» reposent à l'origine sur le principe de péréquation, par lequel tous les Français paient leur kilowatt au même prix où qu'ils habitent.

Mais leur pertinence est remise en cause dans un contexte de plus grande concurrence où la quasi-totalité des offres alternatives(ENI, Total Spring, Cdiscount…) proposent des prix inférieurs de 3 % à 15 % sur le montant hors taxe.

Or un Français sur deux ignore toujours qu'il peut changer de fournisseur.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Gaz : les tarifs réglementés + 0,4 % au 1er mai

Ajouté le 02/05/2018 - Auteur : jazz

Les tarifs réglementés du gaz naturel, appliqués par Engie (ex Gdf-Suez) à plusieurs millions de clients en France, ont augmenté de 0,4% au 1er mai.

Cette augmentation s’explique par la progression des prix de gros, selon Commission de régulation de l'énergie (CRE).


Gaz : + 0,4 % au 1er mai

Vendredi dernier, la Commission de régulation de l'énergie annonçait une augmentation de 0,4%, dès le 1er mai, pour les tarifs réglementés du gaz naturel, appliqués par ENGIE à plusieurs millions de clients en France, reflétant la progression des prix de gros.

« Cette augmentation est de 0,1 % pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,2 % pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude et de 0,4 % pour les foyers qui se chauffent au gaz », détaille le régulateur dans un communiqué.



Vers une fin progressive des tarifs réglementés du gaz ?

Les prix du gaz sur le marché de gros sont en effet en légère hausse pour le mois de mai, explique la CRE.

Depuis le 1er janvier 2015, les tarifs réglementés de vente de gaz ont en moyenne baissé de 14,4 %.

Cette année, ils ont augmenté de 6,9% en janvier puis de 1,3% en février avant de baisser de 3% en mars puis encore de 1,1% en avril.

Depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l'ancien monopole et les prix de marché, proposés tant par ENGIE que par les fournisseurs alternatifs.

Mais le gouvernement envisage une fin progressive de ces tarifs réglementés du gaz, avec leur extinction à l'horizon 2023 pour les particuliers, afin de se conformer au droit européen.

Cette mesure pourrait figurer dans le projet de loi Pacte sur la croissance des entreprises que prépare le gouvernement.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Electricité : Le fournisseur le moins cher ?

Ajouté le 25/04/2018 - Auteur : jazz

Pour trouver le fournisseur le moins cher en électricité, il est indispensable de comparer les abonnements, les frais de contrat ou de résiliation via un comparatif.

En effet, la concurrence est féroce sur le marché et une offre intéressante peut rapidement être devancée par la nouvelle offre d’un concurrent.


Il est donc nécessaire que vous ayez des informations à jour.

La variation de ces fluctuations ne permet pas de déterminer quel est l’opérateur le moins cher sur une longue durée.

En effet, vous pourrez trouver des informations intéressantes pour vous aider à comparer auprès des fournisseurs eux-mêmes ou des associations de consommateurs.

Pour déterminer quelle est l’offre la plus compétitive pour vous il vous faut prendre en compte deux éléments indispensables : le prix de l’abonnement et le prix du kW/h.

Ainsi, par exemple, les tarifs EDF bleu ciel ne seront pas les mêmes pour les autres fournisseurs d’électricité.



Le prix de l’abonnement

Le prix de l’abonnement est la part fixe de votre facture d’énergie.

Elle couvre les frais de gestion de votre dossier et dépend de l’abonnement souscrit.

Le prix de l’abonnement est mensualisé et vous payerez cette part fixe à chaque échéance. Un abonnement coûte 7 € en moyenne pour un contrat de base de 06kVA.

Le prix du kW/h

Le prix du kW/h est la part variable de votre facture d’énergie.

Elle varie en fonction du volume consommé. Le prix définit au kW/h est composé du prix nécessaire à sa fabrication, de la CSPE (Contribution au Service Public de l’Electricité), de la TCFE (Taxe sur la Consommation Finale d’Electricité), la CTA (Contribution Tarifaire d’Acheminement) et de la TVA.

Donc, la meilleure solution pour savoir si il est avantageux de changer de fournisseur, c’est d’utiliser un comparateur en ligne pour voir vos potentiels gains d’économie.

A vous de choisir ce qui vous convient le mieux.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Trois fournisseurs accusés de pratiques trompeuses

Ajouté le 18/04/2018 - Auteur : jazz

L’association de consommateurs CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) a annoncé, vendredi dernier, avoir assigné en justice CDiscount, Total Spring (Total) et Engie.

Les trois fournisseurs d’électricité sont accusés de "pratiques commerciales trompeuses".


Les fournisseurs d'électricité se livrent à une rude concurrence, ce qui les amènerait à afficher dans leurs publicités des offres plus avantageuses que la réalité.

Des publicités pas assez précises

CLCV a confirmé ces informations, en précisant que selon ses calculs, ces fournisseurs promettent des rabais plus avantageux que le montant réel des économies faites par rapport aux tarifs réglementés.

"On se rend compte que les offres sont en deçà de ce qui est annoncé par ces trois fournisseurs", explique ainsi Vincent Licheron, chargé de mission environnement pour la CLCV.

"Par exemple, CDiscount annonce une différence de 15% par rapport au tarif réglementé alors qu'en réalité on constate que c'est plutôt 10%", poursuit-il.



Selon CLCV, les publicités des électriciens ne sont pas assez précises, car elles ne mentionnent pas que le rabais mais concerne uniquement la part variable, c'est-à-dire la consommation d'électricité et non la part fixe (abonnement et taxes...).

Par conséquent, les véritables économies réalisées grâce à ces offres de marché "sont de fait inférieures. Globalement, de 3% à 5% par rapport aux promesses des fournisseurs".

ENGIE (ex Gdf-Suez) et CDiscount ont réagi vendredi en affirmant respecter scrupuleusement les règles en vigueur en matière de communication de leurs tarifs.

Les deux groupes estiment qu'ils expliquent clairement que leurs réductions sont basées sur la seule consommation (donc hors éléments fixes).

Total, de son côté, n’avait pas donné suite aux sollicitations vendredi soir.

5,9 millions de foyers ont choisi une offre de marché

Le marché de l'électricité pour les particuliers a été libéralisé il y a plus de dix ans et si l'électricien historique EDF conserve une position dominante, les consommateurs sont de plus en plus nombreux à choisir une offre de marché chez un fournisseur alternatif, moins cher.

Presque 5,9 millions de foyers (18%) sont désormais en offre de marché où en moyenne le tarif est inférieur de 9 à 10% à celui du tarif réglementé.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Eni vise 2 millions de clients d'ici 2021

Ajouté le 11/04/2018 - Auteur : jazz

L'italien Eni a annoncé mardi 10 avril avoir atteint son objectif initial d'un million de clients en France, dont 300.000 pour l'électricité et vise désormais 2 millions de clients dans le pays d’ici 2021.

ENI est présent en France depuis 2012 et a fait son apparition il y a un an sur le marché français de l'électricité pour les particuliers.


Deux millions de clients d'ici quatre ans

Le groupe italien vise 1,3 million de clients en France cette année et une croissance annuelle de 15% à partir de l'an prochain pour atteindre les deux millions d'ici quatre ans.

ENI fait partie des fournisseurs alternatifs de gaz et d'électricité qui ont émergé sur le marché français depuis que le secteur a été ouvert à la concurrence en 2007, face aux anciens monopoles EDF et ENGIE (ex Gdf-Suez).

Le groupe pétrolier Total ou encore Direct Energie figurent parmi les autres fournisseurs alternatifs d'énergie.

Mais la progression de la part de marché des fournisseurs alternatifs a été lente en raison de la régulation des prix du gaz et de l'électricité, a déclaré à la presse Daniel Fava, directeur général d'Eni Gas & Power France.



"Si les autorités souhaitent que la fin des tarifs réglementés du gaz et de l'électricité pour les particuliers soit une réussite au bénéfice des consommateurs, il faudra que le délai de la phase de transition visant à la suppression des TRV (tarifs réglementés de vente) se fasse dans un délai rapide, moins de trois ans", a-t-il souligné.

Selon des données de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), qui fixe les tarifs réglementés d'EDF et ENGIE sur la base des propositions du gouvernement, les fournisseurs alternatifs possédaient fin 2017 environ 18% des parts du marché de l'électricité pour les ménages et 26% de celui du gaz.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Electricité : EDF annonce un plan de stockage

Ajouté le 28/03/2018 - Auteur : jazz

Afin de favoriser l'essor des énergies renouvelables, EDF vient d’annoncer un grand plan de stockage pour l’électricité.

Le PDG du groupe, Jean-Bernard Lévy a annoncé mardi, lors d'une conférence de presse, vouloir "développer 10 gigawatts (GW) supplémentaires de stockage dans le monde" d'ici 2035.


Un ensemble de projets représentant huit milliards d’euros d’investissements sur la période 2018-2035

Avec ces projets représentant huit milliards d’euros d’investissements, EDF compte bien devenir leadeur européen du secteur d’ici à 2035.

Le stockage est essentiel pour le développement des énergies renouvelables, dont la production dépend du soleil et du vent qui ne sont pas au rendez-vous tous les jours.

L'offre d'EDF concerne d'une part les grands projets destinés à favoriser l'équilibre d'un système électrique, à l'échelle d'un territoire ou d'un pays entier.

Et d’autre part les clients particuliers et les entreprises qui veulent se lancer dans l'autoconsommation de leur énergie d'origine renouvelable.

De plus, EDF cible aussi les particuliers qui n'ont pas accès à un réseau électrique, comme dans certains pays d'Afrique.



L’électricien français ambitionne 1,2 million de clients sur le continent, à l'horizon 2035, en s'appuyant sur des partenariats locaux, avec ses micro-kits solaires.

EDF souligne que la baisse spectaculaire du coût des batteries lithium-ion lui permet d’envisager un tel développement.

Leur prix a diminué de 80 % entre 2010 et 2017, selon une étude du cabinet Bloomberg New Energy Finance, et pourrait encore reculer de manière radicale dans les prochaines années.

Le volet le plus tangible du nouveau plan sera l'accroissement des dépenses de recherche et développement dans ce secteur, qui doubleront, à 70 millions d'euros en 2018-2020.

Quinze millions d'euros seront aussi consacrés à des projets et start-up liés au stockage électrique et à la flexibilité.

En se faisant, par son plan solaire et son plan de stockage électrique, le chantre de la transition énergétique, EDF cherche à répondre à la demande expresse de Nicolas Hulot.

Ces derniers mois, le ministre de la transition écologique et solidaire a appelé plusieurs fois le groupe, détenu à 83 % par l’Etat, à s’engager plus fermement dans les énergies renouvelables.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

EDF va construire six EPR en Inde

Ajouté le 21/03/2018 - Auteur : jazz

Emmanuel Macron a effectué sa première visite officielle en Inde, du 10 au 12 mars dernier, afin de relancer le partenariat stratégique historique qui existe depuis environ 20 ans entre l’Hexagone et le Sous-Continent.

A cet effet, un accord portant sur la construction de six réacteurs EPR dans la ville de Jaitapur a été signé entre EDF et son homologue indien.


Décarboner l’électricité indienne

C’est au cours de la visite de François Hollande en Inde, en janvier 2016, que le groupe EDF et la Nuclear Power Corporation of India (NPCIL) signent un protocole de coopération portant sur la construction de six réacteurs EPR à Jaitapur, un petit village portuaire situé dans l’État du Maharashtra.

L’électricien français se félicite à l’époque d’un accord qui permettra à la France d’accompagner la transition énergétique de l’Inde grâce la construction de ce qui deviendra la plus grande centrale nucléaire du monde.

Ce projet nucléaire de grande ampleur vient de franchir une nouvelle étape.

Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF, et Satish Kumar Sharma, PDG de NPCIL, ont en effet profité de la visite diplomatique d’Emmanuel Macron pour signer un accord industriel qui définit le schéma du projet ainsi que les rôles et les responsabilités des différents partenaires.



Un schéma industriel collaboratif

Les termes de cet accord entérinent donc la construction d’une centrale nucléaire d’une puissance de 10 GW sur le site de Jaitapur et permettent de préciser que le groupe EDF interviendra en tant que « fournisseur de la technologie EPR ».

L’électricien français aura la responsabilité des études d’ingénierie et de l’achat des composants pour les deux premiers réacteurs.

Une partie de ces responsabilités pourra être déléguée à des entreprises locales pour les quatre autres unités.

En plus de l’obtention des autorisations requises, c’est à l’électricien indien que reviendra en revanche la responsabilité de construire et d’exploiter la centrale nucléaire de Jaitapur et l’ensemble des infrastructures qui composeront ce futur site nucléaire.

L’accord-cadre précise cependant que le groupe EDF apportera aux équipes de NPCIL son expérience en matière de construction de réacteurs EPR.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Direct Énergie élu meilleur fournisseur d'énergie

Ajouté le 14/03/2018 - Auteur : jazz

Le fournisseur alternatif, Direct Energie est récompensé pour ses tarifs et sa qualité de service.

Dix ans après l'ouverture du marché de l'électricité aux particuliers, la concurrence s’accentue avec l’arrivée de nouveaux acteurs.


Si la plupart proposent des prix inférieurs aux tarifs réglementés, toutes les offres ne sont pas forcément compétitives.

Par exemple, pour un particulier consommant 4200 kWh d’électricité par an à Paris, il est plus cher de choisir Enercoop (+138 euros par an) ou Mon Elec 1 an chez Engie (ex Gdf-Suez)(+16 euros par an) que de rester au tarif Bleu proposée pas le fournisseur historique EDF.

Bref, mieux vaut bien se renseigner avant de changer.



Direct Energie mis à l’honneur

Pour 2017, si on compare des critères hors prix, comme les avis des clients, ou le nombre de litiges portés devant le Médiateur de l'Énergie, c'est Direct Energie qui était mis à l'honneur grâce à «son offre claire, promettant à tous les profils de consommation sans exception de payer moins cher que les tarifs réglementés».

Le 3ème fournisseur français a également été remarqué pour la qualité de son service client.

Deux autres prix viennent compléter le palmarès.

Plüm Énergie, qui propose une électricité d'origine hydraulique produite en France, sur la Seine, à des tarifs inférieurs à ceux d'EDF, remporte la catégorie des petits fournisseurs d'énergie (moins de 100.000 clients).

Mais c'est le dernier arrivant ekWateur qui est nommé dans la catégorie «verte».

La start-up parisienne propose de l'électricité et du gaz, avec une «communauté» de 47.000 et 3000 clients respectivement.

Elle s'approvisionne auprès de petits producteurs hydroélectriques tandis que le gaz comprend 100% de biométhane produit au Royaume-Uni.

L’apparition de nouvelles offres d’énergie est de bon augure pour les consommateurs.

Reste qu'un Français sur deux ignore encore qu'il peut changer de fournisseur.

Un travail de pédagogie demeure nécessaire, avec en toile de fond la disparition attendue, mais à l'horizon encore incertain, du tarif réglementé d'EDF.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger

Vers une fin progressive des tarifs réglementés

Ajouté le 07/03/2018 - Auteur : jazz

Le gouvernement souhaite faire disparaître progressivement les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie à 5 millions de foyers, d’ici 2023.

Une suppression, qui toucherait d'abord, dès 2019, 73 000 sites professionnels avant de concerner les 5 millions de consommateurs résidentiels, rapporte l'AFP.


Les tarifs réglementés jugés contraires au droit européen

Saisi par des concurrents d'ENGIE (ex GDF Suez), le Conseil d'Etat avait ordonné en juillet dernier, la fin des tarifs réglementés de vente (TRV) du gaz, jugés contraires au droit européen.

Dès la promulgation de la future loi qui doit entériner la fin des tarifs réglementés, il sera impossible de souscrire de nouveaux contrats aux TRV (lors d'un déménagement ou d'un changement d'option tarifaire), détaillent les documents consultés par l'AFP.

Une suppression réalisée en deux étapes

La suppression des tarifs réglementés pourrait se réaliser en deux étapes.

Elle concernerait en premier, dès 2019, ceux appliqués aux professionnels, soit 73 000 sites.

Concernant les consommateurs résidentiels, soit 5 millions, le ministère précise que le processus nécessite en revanche d'informer les usagers et du temps pour adapter les moyens techniques.



De ce fait, la suppression des tarifs réglementés ne serait effective qu'à « l'horizon 2023 ».

A cette échéance, les clients qui n'auraient toujours pas changé de contrat seraient basculés automatiquement sur une offre de marché du fournisseur de gaz historique, c'est à dire ENGIE (ou les entreprises locales de distribution dans certaines régions), selon le scénario établi par le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Ce dernier a débuté une concertation avec les fournisseurs et les consommateurs sur les pistes qui ont été avancées.

D’après les derniers chiffres de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), 5,5 millions de sites résidentiels sur un total de 10,6 millions abonnés au gaz sont actuellement en offre de marché, soit un peu plus de la moitié.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

1 commentaire - Voir | Rédiger
Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités