comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin

Les énergies renouvelables en France

16/02/2017 - Lu 643 fois
La filière des énergies renouvelables reste en retard sur ses objectifs pour 2020, mais les professionnels pensent pouvoir atteindre ceux de 2030.
Après de sombres années, une légère éclaircie se profile pour les énergies vertes en France.

Certes, leur place reste infime, puisque fin 2015, leur part dans la consommation finale d’énergie n’était que de 14,9 %, alors qu’elle aurait dû atteindre 17 % pour être en phase avec l’objectif de 23 % en 2020, fixé dans le cadre du « paquet énergie-climat » européen.

Les chiffres de 2016 n’ont pas encore été dévoilés, mais le différentiel ne devrait guère avoir changé.

Ces mauvaises performances placent la France, dernière du peloton européen, loin de la Suède (52,6 % de renouvelables fin 2014), de la Finlande (38,7 %), de l’Autriche (33,1 %) ou du Danemark (29,2 %).

De tous les pays de l’Union européenne, elle est celui qui accuse le retard le plus important sur son objectif.

Du côté des professionnels, on reste « ambitieux » car même si les objectifs 2020 ne seront pas atteints, ils pensent pouvoir atteindre ceux de 2030.

La loi de transition énergétique d’août 2015 prévoit de porter, à cette échéance, la part des énergies renouvelables à 32 % du mix énergétique.

Le bilan de l’année 2016 reste en demi-teinte

Même si les industriels veulent faire preuve d’optimisme, le bilan de l’année 2016 reste en demi-teinte.

Dans l’éolien terrestre, 1 345 mégawatts (MW) de capacités nouvelles ont été installés, un record historique.

Pour autant, le parc en place au 30 septembre dépassait tout juste 11 000 MW, très en dessous des 19 000 MW fixés pour 2020.

La situation est inverse dans le solaire photovoltaïque, avec seulement 576 MW de puissance installées en 2016, le plus mauvais résultat de ces dernières années.

Le parc en place n’en atteignait pas moins 6 650 MW fin septembre (7 500 MW avec l’outre-mer), déjà au dessus des 5 400 MW escomptés en 2020.



C’est pour l’éolien en mer que le tableau est le plus sombre.

Les turbines des 6 parcs au large des côtes normandes, bretonnes et vendéennes, pour un total de 3 000 MW, ne seront pas mises en service avant la prochaine décennie.

Et les résultats d’un nouvel appel d’offres pour une puissance de l’ordre de 500 MW au large de Dunkerque (Nord) restent toujours en attente.

La programmation pluriannuelle de l’énergie

L’embellie espérée tient surtout à la programmation pluriannuelle de l’énergie, publiée en octobre 2016.

Cette feuille de route, qui décline la loi de transition énergétique prévoit de faire grimper la capacité d’énergie renouvelable en France de 41 000 MW en 2014 à 71 000 ou 78 000 MW, selon les scénarios, en 2023.

La ministre de l’environnement et de l’énergie, Ségolène Royal, a lancé deux appels d’offres dans le photovoltaïque, pour une capacité totale de 4 500 MW sur trois ans. Les industriels en réclament autant pour l’éolien terrestre.

La filière profite aussi d’un travail de simplification administrative.

A compter du 1er mars, une autorisation environnementale unique sera exigée pour les installations de production d’énergie renouvelable, alors que de nombreuses autorisations étaient jusqu’alors nécessaires – au titre des réserves naturelles, des sites classés, de la protection de la faune et de la flore sauvages…

Cela n’empêchera pas les recours, mais ils devraient être moins nombreux, ce qui pourrait diviser par deux la durée de réalisation des parcs éoliens (de six à sept ans aujourd’hui).

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités