comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin

Prolongation des centrales nucléaires ?

03/03/2016 - Lu 1288 fois
En se disant «prête à donner « le feu vert» au prolongement de dix ans des centrales nucléaires d’EDF, la ministre de l’Environnement et de l’Energie, Ségolène Royal remet ainsi en cause sa propre loi de transition énergétique.

En effet, l’un des objectifs majeurs de la loi de transition énergétique étant de réduire à 50% d’ici 2025 la part du nucléaire dans la production électrique française, contre 77% aujourd’hui, dans le but de favoriser les énergies renouvelables.

Que signifie exactement la déclaration de Ségolène Royal ?

Certains estiment qu’elle parle a priori d’un allongement de la durée d’amortissement des centrales. Pas forcément de la durée de vie réelle de 100% des centrales, mais c’est ambigu, et probablement volontairement.

Dans tous les cas, ce que propose Ségolène Royal amène à augmenter encore le problème de surcapacités pour la production d’électricité, ce qui pénalise les producteurs car cela génère des prix de marché trop bas.



Finances d’EDF en berne

Les prix de l’électricité sont déjà très bas, mettant à mal les finances d’EDF.

L’électricien a annoncé en février un bénéfice net divisé par trois pour 2015, à 1,2 milliard d’euros, et aura certainement besoin d’une recapitalisation massive de l’Etat s’il veut financer à la fois l’entretien de son parc de réacteurs existants et ses divers grands projets nucléaires comme les EPR britanniques d’Hinkley Point.

Or, pour maintenir le parc actuel des 58 réacteurs d’EDF «en état de répondre à la consommation électrique et aux normes de sûreté nucléaire, durcies après la catastrophe de Fukushima» en 2011, il faudra débourser près de 100 milliards d’euros d’ici à 2030, soit 1,7 milliard d’euros par réacteur.

Comment EDF, endetté à hauteur de 37 milliards d’euros, pourra-t-il financer cette addition (qu’il estime, lui, à 55 milliards d’euros d’ici à 2025) ?

Difficile, voire impossible. A moins d’augmenter nettement la facture de ses clients… ou de faire payer les contribuables.

En attendant, la déclaration de Ségolène Royal en déroute plus d’un. C’est à l’évidence un signal, voire un gage donné à EDF, en très grande difficulté, et à Areva, au bord de la faillite.

L’Autorité de sûreté nucléaire a son mot à dire

Quoi qu’il arrive, le gendarme du nucléaire a son mot à dire et veut au préalable s’assurer de leur conformité aux exigences de sûreté.

Sa position «générique» sur les améliorations proposées sera prise, a priori, en 2018. Et l’Autorité ne prendra ensuite position, réacteur par réacteur, qu’à partir de 2020.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités