comparatif
Offre ELECTRICITE
Offre GAZ
Les meilleures promos
direct energie

-10% sur l'electricité et le gaz via fournisseurelectricite.info
PROMO
direct energie

25€ de réduction sur votre 1ère facture en choisissant l'un de nos parrains ENI - il suffit de saisir le code du parrain au moment de l'inscription
PROMO
gdf suez

-8% sur le prix de votre consommation d'électricité
PROMO
Nous suivre
      

Dossier mode d'emploi

Sondage electricité/Gaz
Votre fournisseur d'electricité préféré ?
541 votes 32.2%
Direct Energie
730 votes 43.4%
EDF
148 votes 8.8%
GDF
141 votes 8.4%
Proxelia
48 votes 2.9%
Alterelec
74 votes 4.4%
PlaneteUI
 1682 votes Archives 
Zone admin

Les quatre maux d’EDF

15/12/2015 - Lu 1482 fois
La sortie d'EDF du CAC révèle les difficultés, parfois passagères, parfois profondes, rencontrées par l'entreprise publique.
A quelques jours de quitter le CAC 40, dont elle est exclue pour cause de cash flow insuffisant, la direction de l'électricien est rapidement montée au créneau pour rassurer les marchés et les clients.

Mardi, le conseil d'administration a réaffirmé que le capital flottant devrait être à nouveau positif en 2018, et que les « coûts opérationnels » reculeront dès l'année prochaine.

Mais les quatres maux dont souffre EDF perdurent.

1- Un actionnaire omniprésent

L'État est actionnaire à hauteur de 84,4 % d'EDF, ce qui lui donne un statut à la fois de régulateur du marché de l'électricité et d’actionnaire prépondérant de son acteur principal, (donc EDF).

Jean-Bernard Lévy, le PDG d'EDF, n'est donc pas libre des grandes décisions.

Il n'a pu qu'accepter, par exemple, la fermeture de la centrale de Fessenheim, alors que cette décision va à l'encontre de ses intérêts économiques.

Tout comme, le refus d’augmentation des tarifs de 5% qu’il souhaitait en 2015, pour couvrir ses coûts, dont le gouvernement n’a pas prit en considération.

L'État est en revanche gourmand quand il s'agit de ses propres intérêts.

En 2014, EDF lui a versé 2 milliards d'euros, ce qui est beaucoup même si le résultat net était positif (+ 3, 7 milliards d'euros).

La Cour des comptes s'en est d'ailleurs alarmée : dans un rapport récent, les sages indiquent que cette ponction dans les caisses d'EDF dépasse de 500 millions d'euros le montant prévu dans la loi de finances.

Un chèque de 500 millions supplémentaires que l'énergéticien a dû signer sans rechigner.



2- Des projets incertains

Ce qui devait être l'étendard du nucléaire français, devient un gouffre financier pour EDF.

En effet, le chantier Flamanville démarré en 2007, devrait être achevé dans trois à cinq ans, soit entre 6 à 8 années de retard sur le calendrier initial.

Les coûts, affectés par diverses déconvenues techniques, ont dérapé : le devis de départ, devrait passé d’un peu plus de 3 milliards d'euros à 10 milliards !

Toujours sous la contrainte de l'État, Jean-Bernard Lévy a dû voler au secours d’Areva, au bord de la faillite.

3- Des milliards à investir

EDF est engagé dans la construction de deux EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre.

Le projet a lui aussi pris du retard, car EDF doit remplacer Areva, qui devait figurer parmi les partenaires financiers.

Il semble acquis qu'EDF prendra plus de 50 % du projet, aux côtés d'entreprises chinoises. Le coût du chantier est estimé à plus de 20 milliards d'euros...

Mais c'est surtout le « grand carénage » qui s'annonce à l'horizon, pour un coût estimé à 55 milliards d'euros.

L'entreprise publique affirme avoir les capacités financières pour réaliser les travaux indispensables pour que la durée de vie des 58 réacteurs du territoire français, soit prolongée au-delà de quarante ans.

4- La fin du monopole

EDF se frotte depuis déjà pas mal d'années à la concurrence, puisque les particuliers comme les industriels peuvent s'adresser à des fournisseurs « alternatifs » depuis 2007.

Mais c'est une nouvelle étape que Bruxelles fait franchir à EDF.

Le 1er janvier 2016, les tarifs de l'électricité ne seront plus réglementés (pour les gros consommateurs, comme l'industrie).

EDF devra donc proposer des prix « de marché », et non plus des prix fixés par les pouvoirs publics.

Comparez les offres d'énergie des fournisseurs alternatifs, Direct Energie, Planète OUI, ENI, ENGIE et EDF.

Offre électricite Particulier
Offre électricite Professionnels
Offre gaz

© Copyright TVH concept / Tous droits réservés - 2015 / Nous contacter - Mentions légales - Accès dossiers - Plan des actualités